L'OPEP atténue la coupure de pompage historique avec la réouverture de l'économie

La reprise de la demande a été plus forte que prévu grâce à la reprise en Asie, aux États-Unis et en Chine
Le champ pétrolifère de Shengli exploité par Sinopec à Dongying, dans la province du Shandong, en Chine

REUTERS/CHEN AIZHU  -   Le champ pétrolifère de Shengli exploité par Sinopec à Dongying, dans la province du Shandong, en Chine

Bien que la pandémie du COVID-19 continue de faire des ravages dans le monde entier, en particulier en Amérique latine, l'activité économique commence à se redresser. Et cela signifie une augmentation de la consommation de pétrole. L'Asie et les États-Unis demandent de plus en plus de pétrole et la reprise est plus intense que prévu. Face à ce rééquilibrage du marché, OPEC+, l'alliance formée par les pays membres de l'OPEP et dix producteurs indépendants, a annoncé qu'elle allait assouplir la réduction historique de la production à partir du 1er août prochain, au cours d'une réunion virtuelle ce mercredi. À partir de cette date, ils retireront 8,1 millions de barils par jour (mbj) au lieu des 9,7 millions (mbj) qu'ils ont retirés jusqu'à présent.  

« Je pense que les difficultés majeures liées à la chute de la demande mondiale sont désormais derrière nous », a déclaré Alexander Novak, ministre russe de l'énergie. « Nous voyons des signes d'amélioration encourageants. Les économies du monde entier s'ouvrent, bien que ce soit un processus progressif et prudent, et il pourrait y avoir des fermetures localisées partielles dans certains endroits », a déclaré Abdelaziz bin Salman, le ministre de l'énergie de l'Arabie saoudite.  

Ministro de Energía
REUTERS/DENIS BALIBOUSE - Le ministre de l'énergie d'Arabie Saoudite, le Prince Abdulaziz bin Salman Al-Saud

Il ne s'agit pas d'un changement dans les plans de l'organisation, puisqu'un plan avait été convenu pour adoucir la réduction historique lancée le 1er mai lorsque la demande a commencé à se redresser. Dans cette deuxième phase, la réduction devait être ramenée à 7,7 mbj, bien que Bin Salman lui-même ait déclaré que ce chiffre pourrait en fait se situer autour de 8,1 mbj, car certains pays qui n'ont pas mis en œuvre les réductions en mai et juin le feront désormais dans une plus large mesure, afin de contribuer à l'effort commun de réduction de l'offre.

Cependant, le ministre saoudien a expliqué que le chiffre exact « sera connu début août ». Cela signifie qu'une augmentation de l'offre allant jusqu'à 1,6 mbj est prévue pour le mois d'août, et qu'elle passera à 2 mbj entre septembre et la fin de l'année. Au cours des 16 mois suivants, la réduction totale sera ramenée à 5,8 mbj. 

« L'OPEP a des raisons de mettre fin à la période de coupes ultra-intenses, car les marchés pétroliers réagissent beaucoup plus rapidement que prévu à l'offre excédentaire. La reprise mondiale est très forte en Asie et aux États-Unis », a déclaré Michel Salden, responsable des Comodities Vontobel Asset Management, dans une analyse de la clientèle envoyée aux médias jeudi.  

Les ministres de l'énergie de l'OPEP ont souligné que la mesure ne devrait pas exercer de pression à la baisse sur les prix du baril, qui, bien qu'ils se soient redressés après les creux auxquels ils ont chuté en avril, se situent maintenant au-dessus de 43 dollars, ce qui est loin d'être satisfaisant pour les producteurs. Dans ce contexte, ils ont souligné que l'augmentation de l'offre ne sera guère exportée, car elle sera en grande partie absorbée par la croissance de la demande intérieure dans les pays producteurs.

Pozo Texas
AP/ERIC GAY - Le soleil se couche derrière une pompe à pétrole près de Karnes City, Texas

« Les marchés pétroliers souffriront d'un grand manque d'investissements en 2021, car les grandes compagnies pétrolières occidentales se désinvestissent. Seuls Exxon et Total maintiennent leur capacité de production stable, tandis que leurs concurrents européens réorientent leurs investissements de la production de pétrole vers le gaz et les énergies renouvelables », explique Michel Salden, responsable du cabinet de conseil Comodities Vontobel Asset Management. Discipline dans les coupes  

Le comité qui s'est réuni jeudi, chargé de contrôler la discipline interne, a assuré que le respect des réductions était de 107 % en juin, bien que tous les pays n'aient pas respecté leurs engagements de la même manière. Ceux qui ne le font pas doivent non seulement respecter les quotas établis, mais aussi retirer ce qu'ils ont produit en excès. Selon diverses sources consultées par l'agence Efe, cela pourrait signifier une réduction supplémentaire de plus de 800 000 mbj dans les deux prochains mois.

Dès le début, l'engagement de limiter la production est plus souple pour le Venezuela, l'Iran et la Libye, en raison des chutes involontaires que leurs activités pétrolières subissent pour diverses raisons (sanctions, crises économiques, conflits armés). Depuis le 1er juillet, le Mexique a également été laissé de côté. Il a participé à la réduction en mai et juin, comme l'a confirmé le ministre algérien de l'énergie et actuel président de l'OPEP, Abdelmadjid Attar.