L'OPEP+ confirme qu'elle prolonge la réduction de son offre jusqu'au 31 juillet

Le comité ministériel de surveillance de cet organisme se réunira une fois par mois jusqu'à la fin de l'année pour vérifier le niveau de conformité avec l'accord convenu en avril
Raffinerie de pétrole dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak

AFP/ HAIDAR MOHAMMED ALI  -   Raffinerie de pétrole dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak

L'alliance OPEP+, responsable de près de 60 % de la production mondiale de pétrole, a accepté samedi de prolonger d'un mois supplémentaire, jusqu'au 31 juillet, la réduction de ses approvisionnements, pour un total de 9,7 millions de barils par jour (mbj), qui expire à la fin du mois.

C'est ce qu'a assuré le ministre iranien du pétrole, Biyan Zanganeh, après une téléconférence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), avant la réunion télématique OPEP+, avec la Russie, le Mexique et d'autres producteurs indépendants.

"Il a été décidé que la limite de 9,7 millions sera prolongée d'un mois supplémentaire en juillet", a déclaré Zanganeh dans une vidéo publiée sur Twitter et sur le site web de Shana, l'agence officielle du ministère iranien du pétrole.

Il a ajouté qu'en outre, l'Irak et d'autres pays qui n'ont pas encore rempli leur part de l'engagement de réduire leur pompage de 23% en mai et juin, compenseront jusqu'en septembre en retirant du marché les barils qu'ils ont pompés au-delà du quota établi.

Tanque de almacenamiento en la Cuenca Pérmica en Mentone, Loving County, Texas, Estados Unidos
REUTERS/ANGUS MORDANT - Réservoir de stockage du bassin Permien à Mentone, comté de Loving, Texas, États-Unis

"Les accords ont été conclus conformément à ce qui avait été dit et prévu auparavant, plus la question de l'Irak et de certains autres pays qui ne s'étaient pas bien conformés. On leur a laissé le soin de réduire ce qu'ils n'avaient pas réduit dans les mois à venir", a déclaré le ministre.

La réduction de 9,7 mbj inclut également les pays alliés, qui devront sanctionner la prolongation de la validité de l'accord dans les prochaines heures, lors d'une deuxième téléconférence ouverte dans quelques minutes. Zanganeh a assuré que la décision sera approuvée par les 23 nations.

"La première étape de la réduction des extractions convenue pour mai et juin 2020 sera prolongée d'un mois, jusqu'à la fin juillet", peut-on lire dans la déclaration finale de la réunion télématique de l'OPEP, selon l'agence russe, qui a approuvé le projet de document.

Instalación petrolera de Saudi Aramco en Abqaiq, Arabia Saudí
REUTERS/MAXIM SHEMETOV -  Installation pétrolière de Saudi Aramco à Abqaiq, Arabie Saoudite

Il a également été décidé que le comité ministériel de suivi OPEP+ se réunira une fois par mois jusqu'à la fin de l'année pour vérifier le niveau de conformité avec l'accord conclu en avril.

La plus grande réduction de l'approvisionnement en "or noir" de l'histoire de l'industrie pétrolière est entrée en vigueur le 1er mai, dans le cadre d'un pacte visant à limiter l'approvisionnement pendant deux ans.

Le plan initial prévoyait deux augmentations modérées : la première, de 2 mbj, devait entrer en vigueur le 1er juillet, car l'engagement de réduire le pompage devait être allégé de 9,7 à 7,7 mbj au cours du second semestre.

La seconde entrerait en vigueur le 1er janvier 2021, date à laquelle la coupe est limitée à 5,8 mbj jusqu'au 30 avril 2022.

Avec la décision d'aujourd'hui, la réduction à 7,7 mbj prendra effet le 1er août et restera en vigueur jusqu'à la fin de l'année.