PUBLICIDAD

Iberdrola

L'OTAN définit la Russie comme "la menace la plus importante et la plus directe" pour l'Alliance dans le nouveau Concept stratégique

Moscou passe du statut de partenaire potentiel à celui de menace existentielle pour l'organisation transatlantique après l'invasion de l'Ukraine
Stoltenberg Biden Sánchez

PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, et le Président du gouvernement, Pedro Sánchez, reçoivent le Président des États-Unis, Joe Biden, à l'IFEMA

IFEMA - Les alliés de l'OTAN ont scellé à Madrid le nouveau Concept stratégique de l'organisation, qui guidera l'action de l'Alliance atlantique pour les 10 prochaines années. Le document, publié mercredi à l'issue de la première réunion au niveau des chefs d'État et de gouvernement, au cours de laquelle le président ukrainien Volodymir Zelenski a pris la parole, énumère les défis en matière de sécurité et reconnaît la Russie de Vladimir Poutine comme la principale menace pour l'organisation. La dernière fois, Moscou a été défini comme un "partenaire potentiel", mais l'invasion de l'Ukraine a conditionné dès le départ la rédaction du texte.

Le Concept stratégique est un document qui énonce les " valeurs et les objectifs de l'OTAN et fournit une évaluation collective de l'environnement de sécurité ", selon l'OTAN. Depuis la fin de la Guerre froide, il a fait l'objet de plusieurs mises à jour décennales afin de prendre la mesure du contexte mondial et de tracer une feuille de route définie dans les domaines de la dissuasion et de la défense, de la prévention et de la gestion des crises, et de la sécurité coopérative. Bien que les partenaires accordent la priorité à la dissuasion, comme le démontre l'ambitieux renforcement militaire du flanc oriental.

Il a fallu plus de 10 mois, des dizaines de projets et de débats pour finaliser un document de 11 pages qui remplace celui approuvé en 2010 au sommet de Lisbonne. Douze ans plus tard, le scénario géopolitique est complètement différent, même si l'organisation transatlantique affirme avoir pris en compte certains détails du dernier Concept stratégique "qui sont toujours pertinents". Mais cette fois, l'OTAN se concentre sur la Russie, le terrorisme et les conflits au Moyen-Orient, au Maghreb et au Sahel.

Le sommet de l'OTAN à Madrid coïncide avec un moment décisif dans l'ordre international émergent. La guerre en Ukraine a fait de la réunion dans la capitale espagnole un nouveau "tournant" pour l'Alliance atlantique, comme l'avait été la dernière réunion à Madrid en 1997. À cette époque, un nouvel élargissement vers l'est a été approuvé et est devenu effectif deux ans plus tard, et a inclus des pays qui avaient fait partie du Pacte de Varsovie. Aujourd'hui, l'Alliance s'étend vers le nord et va prolonger sa frontière avec la Russie de 1 300 km.

Jens Stoltenberg
PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, lors de la première réunion du sommet au niveau des chefs d'État et de gouvernement

La signature des protocoles d'adhésion avec la Suède et la Finlande est prévue le 5 juillet à Bruxelles. Ensuite, les 30 parlements nationaux devront approuver l'adhésion des pays nordiques et, enfin, les documents d'adhésion devront être déposés auprès du département d'État américain. L'objectif des partenaires est d'"accélérer les procédures autant que possible", selon des sources à Moncloa.

Avec une préface et quatre sections, le nouveau Concept stratégique expose en une cinquantaine de points à peine son diagnostic du scénario mondial et reprend certains des points clés qui marqueront son action dans les années à venir. Premièrement, il définit la Russie comme " la menace la plus importante et la plus directe pour la sécurité des Alliés et pour la paix et la stabilité dans la région euro-atlantique ", en raison de son agression et de l'utilisation de moyens conventionnels, cybernétiques et hybrides, mais il précise que l'OTAN " ne cherche pas la confrontation et ne représente aucune menace " pour Moscou.

Le terrorisme revient sur le devant de la scène plus de deux décennies après le 11 septembre, cette fois en tant que "menace asymétrique la plus directe pour la sécurité de nos citoyens et pour la paix et la prospérité internationales". Les Alliés conviennent que les groupes terroristes ont renforcé leurs capacités. "Les groupes armés non étatiques, y compris les réseaux terroristes transnationaux et les acteurs soutenus par l'État, continuent de tirer parti des conflits et de la faible gouvernance pour recruter, mobiliser et étendre leur position", note le Concept stratégique, en faisant référence au Sahel, une région troublée qui figure pour la première fois parmi les cibles de l'Alliance.

La Chine est un autre des points principaux du document de stratégie, bien que le texte reflète les désaccords au sein de l'Alliance sur cette question. Les États-Unis ont poussé jusqu'à la dernière minute à une plus grande belligérance contre le géant asiatique dans un contexte d'hégémonie mondiale : "[La République populaire de Chine] utilise son poids économique pour créer des dépendances stratégiques et accroître son influence. Il s'efforce de renverser l'ordre international fondé sur des règles, y compris dans les domaines spatial, cybernétique et maritime".

Zelenski OTAN Biden
PHOTO/NATO SUMMIT  -   Le président américain Joe Biden et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg écoutent le discours du président ukrainien Volodymir Zelenski

"L'approfondissement du partenariat stratégique entre la République populaire de Chine et la Fédération de Russie et leurs tentatives, qui se renforcent mutuellement, de saper l'ordre international fondé sur des règles sont contraires à nos valeurs et à nos intérêts", affirme le nouveau Concept stratégique, même si, au point suivant, il précise que les partenaires restent "ouverts à un engagement constructif" avec Pékin. Moncloa assure que la Chine n'intervient pas comme une menace, mais comme un défi dans lequel la coopération est recherchée. Dans ce cas, l'Espagne est d'accord avec l'Union européenne, qui était représentée au sommet, car "elle n'interprète pas un alignement entre Moscou et Pékin".

Intégrité territoriale

Selon des sources gouvernementales, l'Espagne a vu ses demandes satisfaites dans le nouveau Concept stratégique. La vision à 360º et le renforcement du flanc sud, envisagés dans le document avec la référence à l'Afrique du Nord et au Sahel, répondent aux préoccupations avec lesquelles l'Espagne est arrivée au sommet. En particulier, Moncloa fait valoir qu'il a introduit l'amendement relatif à l'"intégrité territoriale", un Concept qui est mentionné à quatre reprises, mais qui ne fait référence à aucun territoire spécifique dans le texte.

"Nous ne pouvons pas exclure la possibilité d'une attaque contre la souveraineté et l'intégrité territoriale des alliés. Si l'OTAN est une alliance défensive, personne ne doit douter de notre force et de notre détermination à défendre chaque pouce du territoire allié, à préserver la souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les Alliés et à l'emporter sur tout agresseur", déclarent les partenaires dans le document stratégique.

Le pouvoir exécutif affirme ne pas douter que l'intégrité territoriale de l'Espagne est garantie et couverte par l'article 5 du traité de l'Atlantique Nord, bien qu'il n'y ait aucune mention expresse des villes autonomes de Ceuta et Melilla, ni aucun article laissant de côté l'ambiguïté caractéristique de ce domaine, ce qui laisse penser que la volonté politique l'emportera dans n'importe quel scénario.