PUBLICIDAD

Iberdrola

L'OTAN va porter ses forces à haut niveau de préparation à plus de 300 000 hommes

Les dirigeants de l'Alliance atlantique prévoient d'augmenter le nombre de troupes lors du sommet de Madrid
Jens Stoltenberg

PHOTO/AFP  -   El secretario general de la OTAN, Jens Stoltenberg

Les dirigeants de l'OTAN espèrent convenir, lors de leur sommet de Madrid mercredi et jeudi, de porter leurs forces à haut niveau de préparation à " plus de 300 000 ", a annoncé aujourd'hui le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse précédant la réunion. Il a ajouté que les chefs d'État et de gouvernement de l'OTAN décideront de renforcer au niveau de la brigade certains des bataillons déployés dans les pays d'Europe orientale. 

À Madrid, "nous allons transformer la Force de réaction de l'OTAN. Et nous porterons le nombre de nos forces à haut niveau de préparation bien au-delà de 300 000", a annoncé Stoltenberg. 

La Force de réaction de l'OTAN, une force multinationale hautement prête et technologiquement avancée, composée de composantes terrestres, aériennes, maritimes et de forces d'opérations spéciales, que l'Alliance peut déployer rapidement partout où elle est nécessaire, compte actuellement 40 000 hommes. 

Pour mener à bien ce renforcement, l'OTAN prévoit de disposer de davantage d'équipements prépositionnés et de stocks d'approvisionnement militaire, de déployer davantage de capacités, telles que la défense aérienne, de renforcer le commandement et le contrôle et d'améliorer la planification de la défense, avec des forces "pré-affectées" pour défendre des alliés spécifiques.

Ces troupes, a déclaré Stoltenberg, "s'exerceront aux côtés des forces de défense intérieure et se familiariseront avec le terrain local, les installations et nos nouvelles réserves prépositionnées", "afin de pouvoir répondre sans heurts et rapidement à toute urgence".

Ces initiatives représentent "le plus grand remaniement de notre dissuasion et de notre défense collectives depuis la guerre froide", a déclaré l'homme politique norvégien. Lors du sommet, il a déclaré : "Nous allons renforcer nos bataillons dans la partie orientale de l'Alliance jusqu'au niveau de la brigade". 

À la suite de l'agression de la Russie en Ukraine en 2014, l'OTAN a décidé d'installer quatre bataillons multinationaux en Pologne et dans les États baltes, tandis que la guerre lancée par Moscou cette année contre son voisin a conduit les alliés à doubler leurs effectifs et à en déployer quatre autres en Roumanie, en Bulgarie, en Hongrie et en Slovaquie.

Stoltenberg a précisé qu'il s'attend à ce que cette conversion de bataillon en brigade ait lieu dans "certains" de ces pays et a fait valoir qu'il n'existe pas de solution unique qui convienne à tous, car elle dépend des "besoins" de chaque allié. 

Le secrétaire général de l'Alliance a également évoqué le fait qu'à Madrid, l'OTAN approuvera un nouveau concept stratégique, le document qui orientera ses actions au cours de la prochaine décennie en réponse à "une nouvelle réalité de sécurité" et qui représentera "un changement fondamental en matière de dissuasion et de défense" pour l'Alliance. "Il nous guidera dans une ère de concurrence stratégique", a-t-il déclaré, espérant que le nouveau concept stratégique "montrera clairement que les Alliés considèrent la Russie comme la menace la plus importante et la plus directe pour notre sécurité".

Dans le Concept stratégique actuel, adopté lors du sommet de Lisbonne en 2010, les alliés classent toujours la Russie comme un partenaire stratégique. Au lieu de cela, Stoltenberg a expliqué que la Russie " s'est éloignée du dialogue que nous essayons d'avoir depuis de nombreuses années " et que les accords signés avec Moscou ne fonctionnent plus " simplement parce qu'elle a choisi la confrontation plutôt que le dialogue ".

"Nous devons répondre à cette réalité. D'où le changement fondamental de notre dissuasion et de notre défense", a-t-il déclaré, tout en reconnaissant qu'il sera toujours nécessaire de maintenir des "lignes de communication" avec la Russie afin d'éviter les incidents. D'autre part, il a assuré que le Concept stratégique qui sortira de Madrid "abordera pour la première fois" la Chine et "les défis qu'elle pose à notre sécurité, nos intérêts et nos valeurs", ainsi que l'évolution d'autres menaces et défis, notamment le terrorisme, le cyberespace et la guerre hybride.