L'ouverture officielle du nouveau "Chemin des agneaux" d'Égypte

Le président Abdel Fattah al-Sisi a assisté à la grande cérémonie dans un spectacle de lumières et d'histoire ancienne
Ceremonia de inauguración en Karnak

AFP/KHALED ELFIQI  -   Cérémonie d'inauguration à Karnak

L'Égypte a rouvert l'ancienne route archéologique connue sous le nom de "route des béliers" qui, à l'époque pharaonique, reliait le temple de Louxor à celui de Karnak. Le président du pays, Abdel Fattah al-Sisi, ainsi qu'un certain nombre de hauts fonctionnaires et de représentants de délégations étrangères, ont assisté à une grande cérémonie qui a recréé l'Égypte ancienne avec un spectacle de lumières, de danse, de musique, de feux d'artifice et de documents audiovisuels diffusé sur différents médias. 

Ce chemin, aujourd'hui restauré, est long d'environ 2 700 mètres et consiste en une allée de pierre avec des statues de béliers de chaque côté. Il y a aussi des statues de sphinx et des rois Amenhotep II et Nechtenbo II. La chaussée est composée de 1 059 sculptures qui sont en très bon état de conservation, bien qu'une grande partie du parcours ait été affectée par les effets du temps. La première statue a été trouvée en 1949, et depuis lors, la recherche d'autres statues n'a pas cessé.  

Dans l'Égypte ancienne, ces représentations de béliers étaient construites devant les temples pour les protéger des mauvais esprits. Elles pouvaient être réalisées de deux manières : la statue d'un bélier complet et une autre qui n'avait que la tête du bélier, mais le corps d'un lion. Cette voie représente la consécration au culte de l'ancienne divinité Amon Ra, le Dieu Soleil

luxor templo
AFP/KHALED ELFIQI - Les sphinx flanquant la promenade d'entrée du temple de Karnak

La cérémonie s'est ouverte par une représentation imagée de la Vallée des Rois, de divers temples anciens tels que Louxor, Karnak, Habu et Hashput et une présentation du Musée de Louxor par une équipe de journalistes professionnels du pays. Al-Sisi, accompagné du ministre du tourisme et des antiquités, Khaled Anani, a entamé la visite, que le ministre a décrite en détail. Il a également déclaré qu'il y a encore beaucoup d'autres vestiges archéologiques à découvrir et à mettre au jour. Anani a expliqué que ce projet était déjà en cours depuis un certain temps, depuis 2004, mais qu'en raison des événements de 2011, il a dû être arrêté. 

L'année 2011 a été une année clé dans le pays africain, puisque le 25 janvier de cette année-là, des centaines de milliers de jeunes, fatigués du régime de l'époque, sont descendus dans la rue pour protester contre le président Hosni Moubarak. Moubarak a refusé de démissionner et a envoyé les forces de sécurité de l'État pour réprimer les manifestations de plus en plus violentes. Au final, la révolution a fait 850 morts et de nombreux blessés à cause des représailles du gouvernement, mais le peuple a obtenu ce qu'il voulait et Moubarak a démissionné. 

Ce défilé a été suivi d'une reconstitution de la fête appelée Opet, à l'époque des pharaons. Cette cérémonie représente la régénération d'Amon-Rê, l'un des principaux dieux de l'Égypte ancienne, et la crue du Nil était vénérée comme un symbole de bonne fortune. La marche s'est poursuivie à l'intérieur du temple de Louxor où les chanteurs Mohamed Maki et Lara Iskandar ont interprété la chanson "Our Sweet Country" en arabe et en anglais. Ensuite, sur la scène de cérémonie, Heido Moussa a interprété son single "Chant Hatshot" et l'artiste Izz al-Fleet "The Song of Amun". En outre, un documentaire intitulé "Luxor. The Secret" avec la participation et la direction de diverses personnalités du pays représentant le patrimoine culturel de la nation et invitant les touristes à venir. Il a révélé une grande partie du travail des missions archéologiques qui ont été menées et diverses découvertes

luxor templo
AFP/KHALED ELFIQI - Inauguration de la grande avenue des sphinx à Louxor

Ce spectacle s'inscrit dans le cadre de la campagne menée par le gouvernement égyptien pour stimuler le tourisme dans le pays et améliorer son image ailleurs. Le nouveau musée en plein air est l'un des espoirs du président pour un retour à la normalité et une restitution de ce qui a été perdu. L'Égypte vise à regagner le nombre de touristes étrangers perdus depuis la révolution de 2011, qui a été un fléau économique pour la nation puisque plus de 15 millions de visiteurs annuels ont été perdus. Bien que cette situation se soit normalisée au fil du temps, la pandémie de COVID-19 a également eu un impact sur le tourisme dans la région, c'est pourquoi les administrations tentent de retrouver une fois pour toutes l'ancienne normalité.