PUBLICIDAD

Iberdrola

Loznitsa et l'enterrement de l'empire soviétique

Né en Biélorussie, ce réalisateur ukrainien formé en Russie et vivant en Lituanie entend les tambours de la guerre comme le défi d'un empire perdu
Serguéi Lozanitsa

 -  

Si quelqu'un peut jouer les quatre coins dans la guerre à venir, c'est Sergey Lozanitsa. Né en Biélorussie, élevé en Ukraine, étudiant en Russie et vivant aujourd'hui en Lituanie, il est clairement un produit du puzzle soviétique en décomposition que Poutine tente de reconstruire.  Loznitsa est actuellement à Madrid pour présenter une filmographie documentaire déjà longue, qui ressemble à un catalogue des détritus de la vie sous la guerre froide. Par une nuit glaciale, son chef-d'œuvre "Funérailles d'État" est projeté à la Filmoteca de Madrid, un défilé impayable de mannequins en manteaux et chapeaux de la saison 53, sous lequel s'échappent quelques larmes, que ce soit pour le défunt Staline ou pour le début de la fin qui se profilait déjà : la lente agonie de l'empire soviétique.

À la mort de Staline, la machine de propagande s'est mise en marche sans ménagement. La radio d'État a repris tous les canaux et a commencé une série de messages à la population, qui s'est rassemblée en masse autour des places avec des haut-parleurs qui suivaient tout, des détails du rapport médical aux slogans sur la victoire certaine du communisme et la bonté du camarade aimé dans le monde entier. Les réactions populaires programmées avec zèle ont été filmées par les meilleures caméras et les meilleurs réalisateurs de l'époque et transformées en un film inoubliable : Le grand au revoir.

Serguéi Lozanitsa
Serguéi Lozanitsa

Le film n'a jamais vu le jour. Lorsque Loznitsa s'est lancé dans un projet de récupération des funérailles nationales de diverses personnalités de l'époque, il a découvert que rien que pour les funérailles de Staline, il y avait des piles de boîtes contenant plus de 40 heures de séquences. "Faire un film sur un homme mort et maintenir l'attention n'est pas une tâche facile", admet Sergei, qui a réalisé une reconstitution méticuleuse et ordonnée des célébrations massives, des mouvements de masse, des porteurs de couronnes et des rassemblements d'adieu massifs à travers toute l'Union soviétique, de Moscou à Vladivostok. Arrivent également les dirigeants des partis frères, de Hongrie, de RDA, de Pologne.... et Chu En Lai de la Chine de Mao, ainsi qu'une représentation particulière du parti communiste du Royaume-Uni.

Il n'y a pas de narration, seulement les paroles des annonceurs radio qui vantent inlassablement, dans un langage aussi ampoulé que creux, la bonté de celui qui s'est avéré être l'un des plus grands meurtriers de masse de l'histoire. Pendant deux heures et demie, nous assistons à l'arrivée des partisans et des pénitents dans le hall du bâtiment du syndicat, y compris les délégations étrangères (dont Dolores Ibárruri accompagnée de Victor Claudin), les nombreux militaires, les bureaucrates et les gens du peuple pour rendre hommage au mort, qui est finalement porté sur les épaules du politburo jusqu'à sa place dans le mausolée sous le mur du Kremlin à côté de Lénine. Tant de faste, poussé ici jusqu'à l'extase par la Sixième de Tchaïkovski, culmine dans les discours sous la neige de Khrouchtchev (maître de cérémonie) et de Beria (le chef brutal du NKVD).Serguéi Lozanitsa

Le bouffon Nikita Khrouchtchev (comme l'appelle Loznitza) s'empare inopinément du pouvoir, tandis que Lavrenti Beria (l'impitoyable, qui sera accusé d'avoir même tué Staline) disparaît de la carte.... ; et Yossif Vissarionovich Dzhugashvili, plus connu sous le nom de Joseph Staline, a droit à des funérailles, mais pas de film et même pas de place dans le mausolée de Lénine, d'où il sera bientôt retiré de nuit.

Poutine est tellement impliqué dans la restauration de la grandeur territoriale de l'empire des tsars - que l'alibi communiste a consacré comme soviétique - que la contemplation de ces funérailles montre clairement à la fois l'intérêt de la moitié de la Russie à se sentir impériale et celui de l'autre moitié à se considérer comme victime d'angoisses démesurées.

Lonita, notre homme entre les quatre coins, ne prend pas de parti national, il ne le veut pas car pour lui "ma patrie est l'école où j'ai été éduqué, pas une nation". Nomade dans sa jeunesse, il l'est aussi aujourd'hui et vit entre Vilnius, Berlin et Amsterdam, tandis que les tambours de la guerre l'accompagnent ou le poursuivent partout où il va.Serguéi Lozanitsa

Je me suis demandé si Poutine - que j'imagine en train de rêver d'un enterrement de luxe après sa mort improbable - avait vu son film, et Sergei m'a répondu qu'il était "trop occupé à porter le monde entier sur ses épaules". Il a également fait remarquer, je ne sais pas si c'est avec vraisemblance ou dérision, que l'actuel dirigeant russe aurait dit qu'"après la mort de Gandhi, je n'ai personne à qui parler". Les proclamations creuses qui ont accompagné le dernier adieu inadmissible du dirigeant sont aujourd'hui présentées comme des "fake news" dans l'appareil de propagande renouvelé.

Le rêve et le cauchemar de l'Union soviétique sont donc toujours présents, chez ceux qui en ont la nostalgie et chez ceux qui la détiennent. Contempler la mégalomanie d'un empire brisé lors de l'enterrement du plus vil de ses dirigeants, diffusant des inepties et des louanges sans fin, nous fait penser que si les rêves fous prennent le pas sur la réalité, toute forme de dislocation est possible. Même la guerre.