L'UA soutient l'EMA et l'utilisation du vaccin anti-virus d'AstraZeneca

L'Afrique pourrait acquérir 180 millions de doses supplémentaires du médicament d'ici 2022
PHOTO/AP  -   Sesión de apertura de la 33ª Cumbre de la Unión Africana (UA) en la sede de Adís Abeb

PHOTO/AP  -   Session d'ouverture du 33e Sommet de l'Union africaine (UA) au siège d'Addis-Abeba

L'Union africaine (UA) a apporté aujourd'hui son soutien à l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui a maintenu mercredi un avis positif sur le bénéfice du vaccin covid-19 d'AstraZeneca, malgré le développement de très rares thromboembolies comme effet secondaire du médicament détecté dans plusieurs dizaines de cas.

"Cette semaine, l'Agence européenne des médicaments a indiqué, sur la question des caillots sanguins, que ceux-ci devaient figurer sur la liste des effets secondaires très rares du vaccin AstraZeneza", a déclaré aujourd'hui le directeur du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC), une agence de l'UA, John Nkengasong.

"Cependant, il est toujours reconnu que les avantages de recevoir le vaccin l'emportent sur les risques de ces effets secondaires rares", a souligné M. Nkengasong lors d'une conférence de presse sur la télématique, où il a insisté sur le fait que "le mot clé ici est la rareté".

"Donc, je pense que ce vaccin est toujours sûr. Nous continuerons à recommander l'utilisation du vaccin", a déclaré le virologue camerounais, qui a préconisé de donner "du crédit à ce que l'EMA a fait" avec "des systèmes de surveillance très solides".

Dans le même sens, le directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique, Matshidiso Moeti, a confirmé aujourd'hui, lors d'une autre conférence de presse virtuelle, que son bureau maintient la recommandation d'utiliser le vaccin dans la région.

Ciberespacio: ¿el Salvaje Oeste?

Lors de la même réunion, le Dr Richard Mihigo, du programme de l'OMS pour le développement des vaccins et la vaccination, a également noté qu'aucun cas de caillots sanguins n'a encore été détecté en Afrique.

Bien que quatre semaines de recherche n'aient pas permis de définir des facteurs de risque spécifiques pour expliquer les caillots sanguins inhabituels chez les personnes ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca, l'EMA a déclaré qu'elle voyait une "forte association" de ces événements "indésirables" et qu'ils constituaient un "signal qu'il existe une relation causale probable" entre le médicament et la thromboembolie.

Les avantages l'emportent sur les risques

Cependant, Emer Cooke, directeur exécutif de l'EMA, a déclaré que "le bénéfice du vaccin d'AstraZeneca dans la prévention du covid-19 l'emporte sur le risque d'effets secondaires" car il a été démontré qu'il était "très efficace dans la prévention de maladies graves".

Le produit de la société pharmaceutique anglo-suédoise est le principal vaccin utilisé en Afrique, où il est arrivé principalement par le biais du COVAX, un mécanisme promu par l'OMS, entre autres, pour faciliter un accès équitable au médicament pour les pays moins développés.

Toutefois, l'UA a confirmé fin mars l'achat de 220 millions de vaccins covid-19 à dose unique auprès de Janssen, une filiale de Johnson & Johnson Pharmaceuticals, qui seront distribués au troisième trimestre de 2021.

L'Afrique pourrait également acquérir 180 millions de doses supplémentaires du médicament en 2022, soit un total de 400 millions de doses.

Le continent, qui compte environ 1,3 milliard d'habitants, n'a administré que 11 millions de vaccins contre le covid-19, a indiqué l'OMS mercredi, mettant en garde contre les "inégalités" d'accès au médicament.

Lors de la conférence de presse susmentionnée, M. Nkengasong a également évoqué aujourd'hui l'idée de créer un "passeport de vaccination", que le Royaume-Uni, par exemple, envisage afin d'ouvrir l'économie.

"Toute imposition d'un passeport de vaccination créerait d'énormes inégalités", a déclaré le virologue, qui est plutôt favorable à la délivrance de "certificats d'immunisation" pour les voyages.

À ce jour, l'Afrique a officiellement enregistré un peu plus de 4,3 millions de cas de covid-19, dont environ 114 600 ont entraîné des décès et un peu plus de 3,8 millions sont des patients guéris, selon les dernières données publiées par Africa CDC.