PUBLICIDAD

Iberdrola

L'UE accepte de réduire ses émissions de CO2 de 55% d'ici 2030

Les pays européens, malgré la résistance initiale de la Pologne, ont réussi à établir un accord sur la réduction d'ici la fin de la décennie
Atalayar_cumbre europea

AP/OLIVIER MATTHYS  -   Les dirigeants de l'Union européenne se réunissent pour un sommet de fin d'année qui abordera tous les sujets, du climat aux sanctions contre la Turquie en passant par le budget et les plans de relance pour le virus

L'Union européenne continue de progresser vers son objectif de devenir neutre sur le plan climatique d'ici 2050. Les pays ont convenu de porter la réduction à 55 % d'ici 2030. L'accord a été annoncé par le président du Conseil européen, le Belge Charles Michel, qui a indiqué que l'Union européenne "est un leader dans la lutte contre le changement climatique". Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a également déclaré sur Twitter que c'était "la meilleure façon de célébrer l'anniversaire du Pacte vert européen", qui était l'un des piliers de son mandat de cinq ans à la tête de la Commission.

Le sommet européen, qui a débuté hier, a été confronté à des heures de nombreuses négociations, au cours desquelles il a fallu traiter des questions qui traînaient déjà sur le blocus de certains pays. Chypre et la Grèce en ce qui concerne la Turquie, la Hongrie et la Pologne en ce qui concerne les fonds de recouvrement, et la Pologne également en ce qui concerne la question des émissions, sont les obstacles qu'il a fallu surmonter au cours des dernières heures. Au final, un consensus a été atteint sur les trois questions, bien que l'approbation des fonds de relance ait facilité la transition énergétique à laquelle des pays comme la Pologne et la République tchèque devront faire face pour atteindre les objectifs fixés.

Atalayar_Von der Leyen
REUTERS/YVES HERMAN - La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, arrive au sommet de l'UE

L'objectif pour 2030 a été initialement fixé à 40 %, ce qui est légèrement inférieur aux 60 % proposés par le Parlement européen. La difficulté réside aussi dans le fait que d'autres pays comme l'Allemagne, traditionnellement favorables aux grands accords, ont également des réticences en raison de la révolution en jeu. Afin de rendre tous ces changements possibles, le Pacte vert annoncé à l'époque par le président de la Commission comprenait ce qui était connu sous le nom de Fonds pour une transition juste, afin de fournir un soutien financier aux pays dont les changements devaient être plus profonds. 

L'accord cache un certain piège, puisqu'il est proposé que 55 % soit un chiffre collectif, et de cette façon, il y aura des pays qui tireront plus de la charrue et il y aura plus de marge pour les capitaux qui ont besoin d'un peu plus de temps pour ajuster leurs économies. Il convient également de souligner qu'il s'agit d'un accord minimum, et donc d'un clin d'œil au fait que le chiffre pourrait être plus proche des 60% susmentionnés demandés par le Parlement européen.

Atalayar_Teresa Ribera
REUTERS/SUSANA VERA - Greta Thunberg et la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25) à Madrid

Au niveau national, la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, a souligné la difficulté de l'accord, en particulier la manière de s'assurer que les objectifs et les mécanismes de soutien à la conversion sont atteints. Selon le ministre, les objectifs nationaux sont alignés sur les objectifs européens et, sur certains aspects, tels que la réduction des émissions ou les énergies renouvelables, sont encore plus ambitieux que les objectifs communautaires.

Teresa Ribera avertit que nous ne pouvons pas tomber dans la démagogie avec cette question, et que la transition énergétique doit être soutenue dans le temps pour la rendre viable. En ce sens, elle a valorisé la décarbonisation progressive que l'Espagne a réalisée ces dernières années, avec 90 % des centrales au charbon déjà fermées. 

Atalayar_Cop 21
REUTERS/BENOIT TESSIER - Message d'espoir et de paix devant la Tour Eiffel à Paris, France, le 6 décembre 2015, à l'occasion de la Conférence mondiale sur le changement climatique (COP21)
Insuffisant pour les associations environnementales et Les Verts

Les Verts considèrent que l'accord conclu lors du sommet européen est insuffisant, même s'ils se félicitent de l'augmentation de 15 % initialement proposée. Leur groupe parlementaire au Parlement européen a été l'un des plus fervents défenseurs de l'augmentation des objectifs à 60%, bien que leur manque de présence dans les gouvernements nationaux qui débattent ces jours-ci au Conseil européen explique en partie cet accord minimum de 55%.

De même, des associations comme Greenpeace ont regretté de ne pas avoir voulu être plus ambitieuses, rappelant que le Royaume-Uni lui-même a proposé une réduction de 68% du CO2 d'ici 2030. Greenpeace a également fait référence à certains points de l'accord, qui signifierait que seuls 50 % seraient réduits dans les secteurs les plus polluants, comme l'énergie, les transports ou l'agriculture industrielle.