PUBLICIDAD

Iberdrola

L'UE accorde le statut de candidat à l'Ukraine et à la Moldavie, tandis que la Géorgie est laissée pour compte

Les Vingt-sept donnent le coup d'envoi d'un processus qui pourrait prendre plusieurs années, voire des décennies, mais qui pourrait aboutir à l'adhésion du deuxième plus grand pays du continent
PHOTO/REUTERS  -   La presidenta de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen, y el presidente del Consejo Europeo, Charles Michel

PHOTO/REUTERS  -   Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et président du Conseil européen Charles Michel

L'Ukraine est désormais un candidat officiel à l'adhésion à l'UE. Jeudi, 120 jours après le début de l'invasion russe, les dirigeants européens réunis en sommet au Conseil européen de Bruxelles ont décidé d'approuver les recommandations de la Commission européenne et de lier l'avenir de la république à celui de l'Union. En outre, les 27 États membres de l'UE ont également accordé le statut de candidat à la Moldavie, tandis que la Géorgie s'est vu accorder une perspective européenne et, après avoir satisfait à un certain nombre d'exigences, la possibilité d'avaliser sa candidature.

S'adressant à la presse après le sommet, Charles Michel, président du Conseil européen, a qualifié cette décision d'"historique". "C'est un message très fort : à la fois un message d'unité et un message de détermination dans le domaine géopolitique", a-t-il déclaré.

PHOTO/JANIS LAIZANS  -   Von der Leyen entrega el cuestionario a responder por Ucrania al presidente Volodímir Zelenski, paso previo a la candidatura para la adhesión a la Unión Europea
PHOTO/JANIS LAIZANS - Mme Von der Leyen remet au président Volodymir Zelenski le questionnaire à remplir par l'Ukraine, première étape de la demande d'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

La présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, a déclaré que "c'est un bon jour pour l'Europe", soulignant que l'accord renforce l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, mais aussi l'UE. "[Cette décision] montre une fois de plus au monde que nous sommes unis face aux menaces extérieures", a souligné la politicienne allemande sur son compte Twitter.

Volodymir Zelenski, pour sa part, a salué la décision de Bruxelles, la qualifiant de "victoire". "Maintenant, nous allons vaincre l'ennemi, reconstruire l'Ukraine, devenir un État membre de l'UE et alors nous pourrons enfin nous reposer", a déclaré le dirigeant ukrainien sur son compte Twitter, ajoutant que cette décision ne profiterait pas seulement à Kiev, mais à l'Europe dans son ensemble.

Un processus très exigeant

Kiev a déposé une demande d'adhésion à l'UE quatre jours après le début de l'invasion russe. Après avoir reçu l'approbation de la Commission, Bruxelles lance maintenant une procédure qui pourrait conduire le deuxième plus grand pays du continent à rejoindre le bloc européen.

Ce processus est toutefois d'une énorme complexité, exigeant des réformes globales pour mettre la législation et les systèmes des pays candidats en conformité avec les normes européennes exigeantes, selon toute une série de critères, ce qui peut prendre de nombreuses années (Ankara, par exemple, est aux portes du bloc depuis 1999), générant lassitude et lassitude dans les autres pays candidats

AFP/YOAN VALAT - El presidente francés Emmanuel Macron
AFP/YOAN VALAT - Le président français Emmanuel Macron

Même avant la guerre, l'Ukraine était loin des exigences européennes, et l'octroi de ce statut, selon le président français Emanuel Macron, est une "décision politique". Auparavant, le président français avait déclaré que l'adhésion de Kiev à l'UE prendrait "plusieurs années, probablement plusieurs décennies".

En outre, Bruxelles insiste sur le fait que le niveau des exigences sera maintenu. Von der Leyen a elle-même déclaré que l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie devront "faire leurs devoirs". Zelesnki a également souligné que l'Ukraine s'engage dans un long voyage. "Nous entendons l'ode à la joie. De la joie, mais pas de l'euphorie. Beaucoup de travail nous attend", a insisté le président ukrainien dans un discours, appelant la Verkhovna Rada (le parlement du pays) à se mettre au travail. Outre la défaite des troupes russes, Kiev devra également se plier aux dures exigences de l'Europe pour rejoindre le bloc.

AFP/GENYA SAVILOV  -   El presidente ucraniano Volodymyr Zelensky
AFP/GENYA SAVILOV - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky
La Moldavie rejoint la file d'attente, la Géorgie devra répondre à une liste d'exigences

L'Ukraine sera rejointe par la Moldavie, une décision saluée par sa présidente Maia Sandu comme "un signal fort et sans équivoque de soutien à nos citoyens et à l'avenir européen de la Moldavie". La dirigeante de la petite république ex-soviétique, qui, comme l'Ukraine, souffre également de la rébellion de ses territoires orientaux par des proxies pro-russes, a déclaré que Chisinau était "déterminée à avancer sur la voie des réformes". 

La Géorgie, cependant, devra attendre. Bruxelles ne se prononcera sur son cas que lorsque Tbilissi aura mis en œuvre une série de demandes formulées par la Commission, allant du problème de la polarisation politique du pays à l'indépendance du pouvoir judiciaire et de la presse, entre autres mesures. Le Premier ministre de la république du Caucase, Irakli Garibashvili, s'est néanmoins félicité de cette décision, affirmant que Tbilissi était prêt à mettre en œuvre toutes les priorités "bientôt", sans préciser quand. 

La Géorgie a historiquement mené ce groupe de 3 sur la voie de l'UE, mais elle a récemment été freinée par une polarisation croissante entre le parti du rêve géorgien au pouvoir et la formation de l'ancien dirigeant du pays, Mikheil Saakashvili, qui est en prison depuis quelques mois.

La colère dans les Balkans occidentaux

Quelques heures avant l'annonce, les Vingt-sept ont rencontré leurs partenaires des Balkans occidentaux, qui sont à l'arrière du bloc européen depuis des années, et qui ont exprimé leur frustration face au manque de progrès et à la nouvelle focalisation sur Kiev, Chisinau et, dans une moindre mesure, Tbilissi. Lors de ce sommet tendu, marqué par le blocage par la Bulgarie du début des négociations avec la Macédoine du Nord (candidate depuis 2005) et l'Albanie (candidate depuis 2014) et l'absence de progrès avec les autres candidats (Serbie, Kosovo et Monténégro), les dirigeants des Balkans ont montré leur colère contre Bruxelles.

Edi Rama
PHOTO/FILE - Premier ministre albanais Edi Rama

"Il est temps que l'UE tienne ses promesses avant d'en faire de nouvelles", a protesté le Premier ministre norvégien, Dimitar Kovačevski, lors d'une conférence de presse de colère organisée avec les dirigeants serbes et albanais. "Ce qui se passe maintenant [le blocus de la Bulgarie] est un coup sérieux porté à la crédibilité européenne. Nous perdons un temps précieux que nous n'avons pas", a poursuivi le dirigeant d'un pays qui a changé de nom et de constitution pour s'intégrer aux institutions occidentales.

Le Premier ministre albanais Edi Rama est allé encore plus loin en qualifiant le processus d'élargissement de l'UE de "malhonnête". "La Macédoine du Nord est candidate depuis 17 ans, si je n'ai pas perdu le compte, l'Albanie depuis 8... alors bienvenue, Ukraine", a ironisé Rama. "C'est bien de donner le statut à l'Ukraine. Mais j'espère que le peuple ukrainien ne se fait pas d'illusions", a insisté l'homme politique albanais.