PUBLICIDAD

Marruecos

L'UE et le Maroc renforcent leurs relations commerciales grâce à de nouvelles mesures

Le Tribunal de l'UE a annulé les accords agricoles et de pêche conclus avec le Maroc, principal partenaire commercial de l'UE
tribunal-justicia-europeo

 -  

L'Union européenne et le Maroc ont annoncé qu'ils prendront "les mesures nécessaires" dans le but "d'assurer le cadre juridique qui garantit la poursuite et la stabilité de leurs relations commerciales". Cette décision fait suite à l'arrêt du Tribunal de l'Union européenne, qui a ordonné l'annulation des accords commerciaux en matière d'agriculture et de pêche avec le Maroc, en réponse aux revendications du Front Polisario dans ce domaine.

La Cour a également laissé une période de deux mois pendant laquelle les accords peuvent continuer à être appliqués, mais en cas de recours de l'UE, les accords resteront en vigueur jusqu'à ce que la Cour de justice de l'Union européenne puisse se prononcer définitivement sur la question.  

pesca-marruecos-españa

En outre, elle a jugé que les accords commerciaux, qui incluent des produits du Sahara occidental, ne sont pas légaux, car cette zone du Sahara "ne fait pas partie du territoire marocain". Cette annulation fait référence aux accords de pêche signés en 2019 avec Rabat, accords dans lesquels l'avis de la population sahraouie n'a pas été pris en compte.

Dès que la résolution a été connue, le Haut Représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, et le ministre marocain des Affaires étrangères, Naser Burita, ont informé dans une déclaration commune que les appels du Front Polisario demandant l'annulation des accords pour y inclure le Sahara occidental ont été confirmés.

 sahara-occidental-campamento

A cet effet, il annonce que l'UE et le Maroc continueront à œuvrer "pour développer les multiples dimensions de ce partenariat stratégique" et le feront "dans le même esprit de mobilisation, de cohérence et de solidarité". Le communiqué indique qu'ils resteront "pleinement mobilisés pour poursuivre la coopération entre l'Union européenne et le Royaume du Maroc, dans un climat de sérénité et d'engagement", afin de "consolider le partenariat euro-marocain de prospérité partagée, lancé en juin 2019".

L'une des questions clés de cet arrêt était de voir quelle influence le Front Polisario pouvait exercer en s'érigeant en représentant légal du peuple sahraoui, dont un arrêt de 2016 avait déjà exigé d'être consulté sur l'application de ces accords dans ce qui est considéré comme son territoire et ses eaux. 

barco-pesquero-sahara
AFP/ FADEL SENNA - Des pêcheurs déchargent des caisses de poissons dans le port de Laayoune, la principale ville du Sahara occidental sous contrôle marocain.

Le Front Polisario est favorable à cette décision, même si la résolution restera gelée pour l'instant "pendant un certain temps" car cette annulation a de "graves conséquences" pour l'action extérieure de l'Union européenne.

Dans cet arrêt, les juges ont révélé que "son annulation avec effet immédiat pourrait avoir des conséquences graves pour l'action extérieure de l'Union et remettre en cause la sécurité juridique des engagements internationaux souscrits par l'Union". Cette déclaration signifie que les pactes continueront à s'appliquer jusqu'à ce que la Cour se prononce sur un éventuel recours final devant la Cour de justice de l'Union européenne.

Le rôle de l'Espagne dans les accords

Depuis l'Europe, le pouvoir judiciaire affirme que le Polisario "n'est pas un sujet de droit international et ne répond pas aux critères établis par les organes juridictionnels de l'Union pour lui reconnaître un statut juridique". Cependant, ils affirment qu'on ne peut pas faire "une interprétation restrictive du concept" et qu'il est "représentatif". 

Cependant, avant que la résolution finale du Parlement ne soit connue, le représentant du Front Polisario auprès de l'UE, Oubi Bucharaya, a prévenu qu'en cas de décision en faveur du Polisario, "tous les navires européens pêchant au Sahara occidental doivent quitter les eaux immédiatement".

Les relations commerciales entre l'UE et le Maroc sont d'une importance capitale. En ce sens, l'UE est le premier partenaire commercial du Maroc, et le royaume alaouite est le principal partenaire de l'UE dans son voisinage méridional. Selon les chiffres de la Confédération générale des entreprises du Maroc, les échanges entre les deux partenaires s'élèvent à 35,3 milliards d'euros, avec un excédent de 5 milliards d'euros.

ministro-marruecos-bourita
AP/MOSA’AB ELSHAMY - Ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita

D'autre part, le rôle de l'Espagne dans ces accords est de la plus haute importance puisque, d'un point de vue économique, l'Espagne bénéficie de l'accès de ses navires de pêche au Sahara occidental. Dans ce contexte, 92 des 128 navires autorisés battent pavillon espagnol. Ceci s'inscrit d'ailleurs dans le contexte de la récente crise diplomatique dont le Maroc et l'Espagne ont réussi à sortir. La crise déclenchée après l'arrivée du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, en Espagne, sans consultation préalable du Maroc, montre que "le fond de la crise est une question d'arrière-pensées hostiles de l'Espagne à l'égard du Sahara, cause sacrée de tout le peuple marocain", selon un communiqué du ministère marocain des affaires étrangères. La déclaration poursuit en avouant que cette crise ne prendra fin que lorsque l'Espagne "clarifiera sans ambiguïté ses choix, ses décisions et ses positions sur la question du Sahara occidental".

Le successeur d'Arancha González Laya, José Manuel Albares, ouvre la voie à la reconstruction et au renforcement des relations diplomatiques entre les deux royaumes, sans avoir encore programmé un voyage au Maroc. Cependant, l'arrêt de la Cour en faveur du Polisario pourrait avoir des conséquences très négatives pour l'Espagne dans le secteur de la pêche, et rouvrir une blessure qui n'est pas encore cicatrisée.