L'UE hausse le ton face à l'impolitesse du Venezuela

L'organe de l'UE a déclaré la chef de la mission vénézuélienne à Bruxelles persona non grata après l'ordre d'expulsion de l'ambassadrice européenne du pays vénézuélien
Claudia Salerno, chef de la mission du Venezuela auprès de l'Union européenne

REUTERS/KACPER PEMPEL  -   Claudia Salerno, chef de la mission du Venezuela auprès de l'Union européenne

La tension entre l'Union européenne (UE) et le Venezuela augmente de façon exponentielle après les coups diplomatiques portés ces dernières heures. L'exécutif vénézuélien a ordonné l'expulsion de l'ambassadrice européenne sur son territoire, Isabel Brilhante, en raison des sanctions reçues par le bloc communautaire, et, en réponse, l'organe européen a déclaré persona non grata Claudia Salerno, chef de la mission vénézuélienne à Bruxelles. 

"L'Union européenne considère que cette déclaration est totalement injustifiée et contraire à l'objectif de l'Union de développer des relations et de construire des partenariats dans les pays tiers", a déclaré le Conseil dans une déclaration.

La décision a été prise "à l'initiative du haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité", a indiqué la note officielle de Josep Borrell. Claudia Salerno elle-même, ainsi que le chef de la mission vénézuélienne auprès de l'UE, est ambassadrice en Belgique et au Luxembourg. Précisément, Salerno n'aura pas à quitter Bruxelles puisqu'elle est la représentante de Maduro auprès des pays belges et luxembourgeois, donc, pour l'instant, elle pourra rester dans cette ville en remplissant de telles fonctions.Toutefois, elle ne pourra pas entrer dans les installations de l'Union européenne. 

Le Venezuela a explosé avant les sanctions reçues par l'UE et avant la visite prévue de la ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya, en Colombie pour rencontrer le président Iván Duque, un grand ennemi du régime bolivarien vénézuélien. 

Duque a souligné que González Laya va revoir le statut de protection temporaire des migrants vénézuéliens, la déclaration des droits que le gouvernement colombien a annoncée le 8 février dernier au profit de quelque deux millions de Vénézuéliens en situation régulière ou irrégulière qui se trouvent dans le pays. "L'Espagne a joué un rôle fondamental dans la coordination des tables de donateurs, tant avec le roi Felipe qu'avec le président (du gouvernement, Pedro Sánchez) ; nous avons réussi à leur faire comprendre la portée de cette mesure et nous voulons que l'Espagne soit un articulateur pour que cette aide internationale passe des déclarations aux décaissements", a souligné M. Duque. Face à ce scénario, le régime de Nicolas Maduro a répondu publiquement aux critiques, même de Jorge Arreaza, le ministre vénézuélien des affaires étrangères. 

El alto representante de la Unión Europea para Asuntos Exteriores y Política de Seguridad, Josep Borrell
PHOTO/REUTERS - Le Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell

Selon les données de Migration Colombia, au 31 décembre, il y avait 1,72 million de migrants vénézuéliens dans le pays, dont environ un million sont sans papiers et environ 800 000 ont leur statut régularisé.

Dans cette situation tendue qui s'accumule, suite aux sanctions imposées par l'UE au Venezuela, le président du pays des Caraïbes lui-même, Nicolas Maduro, a expliqué la décision du gouvernement vénézuélien d'expulser Isabel Brilhante du pays. "Nous le faisons contre notre volonté, même, parce que nous voulons avoir les meilleures relations avec toute l'Europe, mais nous ne pouvons pas accepter que quelqu'un vienne offenser le Venezuela, attaquer, sanctionner le Venezuela. Nous ne l'accepterons de personne", a déclaré M. Maduro. 

Pendant ce temps, Isabel Brilhante fait profil bas, sans déclaration après avoir reçu la lettre d'expulsion du pays de Jorge Arreaza. Maintenant, il s'agit de savoir si le dirigeant laissera sans effet l'expulsion d'Isabel Brilhante, comme cela s'est déjà produit en juillet 2020, ou s'il mettra à exécution sa menace de se débarrasser également d'autres ambassadeurs comme ceux d'Espagne, de France, d'Allemagne ou du Royaume-Uni, comme le rapporte le journal La Razón. Brilhante est toujours au Venezuela, en principe tant que le délai de 72 heures qui lui a été accordé pour quitter le territoire est écoulé. Pendant ce temps, le régime vénézuélien continue de refuser de reconsidérer la mesure. 

La embajadora de la Unión Europea en Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa
REUTERS/MANAURE QUINTERO - Ambassadeur de l'Union européenne au Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa
Sanctions de l'UE

Lundi dernier, l'UE a sanctionné 19 fonctionnaires et hauts fonctionnaires vénézuéliens pour leur rôle dans des actes et des décisions qui, selon elle, portent atteinte à la démocratie et à l'État de droit au Venezuela. Cette décision a porté à 55 le nombre de fonctionnaires et de hauts fonctionnaires sanctionnés par l'UE, avec interdiction de voyager et gel des avoirs sur le territoire de l'UE. 

Le commandant de police Remigio Ceballos, le gouverneur de l'État de Zulia, Omar José Prieto, et la présidente du Conseil national électoral, Indira Alfonzo, font partie de la nouvelle liste des dirigeants qui ne seront pas autorisés à entrer sur le territoire de l'UE et dont les avoirs et les biens dans l'Union européenne seront gelés. Plusieurs membres de l'Assemblée nationale ont également été pénalisés pour ne pas avoir été "démocratiquement élus", ainsi que certains membres de la Cour suprême. 

Ce brouillage des positions entre l'UE et le gouvernement de Chavista découle de la situation générée par les élections législatives du 6 décembre, qui se sont déroulées sans la participation des candidats de l'opposition et ont enregistré de graves irrégularités et un taux d'abstention élevé. Les élections n'ont été reconnues ni par l'Union européenne ni par les États-Unis et une grande partie des gouvernements de la région, qui continuent de considérer l'opposition Juan Guaidó comme un interlocuteur valable.  

Nicolás Maduro, presidente de Venezuela
PHOTO/PALACIO DE MIRAFLORES - Nicolas Maduro, Président du Venezuela

Le régime de Chavista a catégoriquement refusé de changer la date du vote, en invoquant les délais de la Constitution, et a poursuivi le processus lundi dernier, le 22 février, l'Union européenne a imposé une série de sanctions contre 19 hauts fonctionnaires, législateurs et membres des forces de sécurité vénézuéliennes en réponse à ce qui s'est passé avec les élections législatives. Selon le bloc, les élections ont été truquées en faveur de parlementaires sympathiques à M. Maduro.  

Le leader de l'opposition Juan Guaidó a perdu le contrôle de facto de l'Assemblée nationale, dont il était président depuis janvier 2019, après les élections de décembre. Sa position à la tête du pouvoir législatif a également favorisé la large reconnaissance internationale en tant que président intérimaire contre Nicolás Maduro, qu'il a obtenue il y a deux ans au milieu de la lutte pour obtenir la démission du successeur d'Hugo Chávez et la formation d'un gouvernement de transition. Cependant, lorsqu'il a été exclu du Parlement, plusieurs organes ont cessé de lui attribuer ce rôle. Parmi eux, l'Union européenne elle-même, bien que Bruxelles le considère comme un interlocuteur de première ligne pour la résolution de la crise vénézuélienne. 

Le chef de l'opposition vénézuélienne a lui-même rejeté la mesure d'expulsion, tout en soulignant le soutien d'Isabel Brilhante à la protection des droits de l'homme. "Nous sommes solidaires de l'ambassadeur européen, qui a toujours manifesté en faveur des droits de l'homme et de la démocratie au Venezuela au nom de l'Europe. L'arrogance du dictateur l'isole davantage du monde et prétend entraîner le pays avec lui dans sa chute", a déclaré M. Guaidó.