PUBLICIDAD

Marruecos

L'Ukraine dénonce une cyber-attaque massive contre des sites gouvernementaux

"Ukrainiens, ayez peur et préparez-vous au pire", préviennent les auteurs de la cyberattaque dans un message où le drapeau national ukrainien est barré
zelenski

PHOTO/Service de presse présidentiel ukrainien via REUTERS  -   Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy

Une cyberattaque a paralysé plusieurs sites web du gouvernement ukrainien vendredi, selon les autorités ukrainiennes. "En raison d'une cyberattaque massive, les sites web du ministère des Affaires étrangères et d'autres agences gouvernementales sont temporairement hors service", a déclaré le porte-parole du ministère, Oleg Nikolenko, à l'agence de presse AFP. Il en a été de même pour le ministère de l'Éducation et des sciences, qui a annoncé sur Facebook que son site web avait subi une "cyberattaque mondiale" aux premières heures de la matinée. Le ministère de l'Urgence et le cabinet présidentiel ont également signalé des problèmes avec leurs sites web.

Le ministère des Affaires étrangères a assuré qu'aucune donnée personnelle n'avait été divulguée et que des spécialistes étaient déjà à l'œuvre pour remettre le système en état de marche. La cyberpolice a également ouvert une enquête

Outre la désactivation des sites web gouvernementaux, les auteurs de l'attaque ont laissé un message en ukrainien, en russe et en polonais. "Ukrainiens ! Toutes vos données personnelles ont été supprimées et sont impossibles à restaurer. Toutes les informations vous concernant sont devenues publiques, ayez peur et attendez-vous au pire", préviennent les pirates.

PHOTO/Imagen del sitio web del Ministerio de Relaciones Exteriores
PHOTO/Image du site web du ministère des affaires étrangères - Les sites web du gouvernement ukrainien ont été touchés par une importante cyberattaque ce matin.

En haut du message figurent le drapeau ukrainien, les armoiries nationales et une carte barrée du pays. Le message fait allusion à la "terre historique" de Volyn, de Polésie et de Galicie. Il mentionne également l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), l'aile militaire des nationalistes ukrainiens qui ont combattu l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. L'UPA, dans le but de nuire à l'Armée rouge, a collaboré et conclu des accords avec les nazis. "Il s'agit de leur passé, de leur présent et de leur avenir", disent les pirates.

"On peut imaginer qui est derrière tout ça"

Concernant l'auteur de la cyberattaque, le porte-parole du gouvernement a déclaré qu'il était "trop tôt pour tirer des conclusions". Il a toutefois noté la "longue histoire des attaques russes contre l'Ukraine" depuis 2014, lorsque Moscou a annexé la péninsule de Crimée et que la guerre du Donbas a commencé. Cet été, Kiev a accusé la Russie d'avoir piraté le réseau informatique des forces armées. Auparavant, en 2015, des pirates informatiques russes présumés ont piraté le réseau électrique du pays, provoquant la perte d'électricité de milliers d'Ukrainiens. 

PHOTO/AFP  -   El presidente ruso, Vladímir Putin
PHOTO/AFP - Le président russe Vladimir Poutine

En 2017, le virus informatique "NotPetya" a attaqué plusieurs institutions ukrainiennes, dont la Banque nationale. En revanche, en 2020, une attaque a paralysé les départements du Trésor, du Commerce et de la Sécurité nationale. Il s'agit de quelques-unes des cyberattaques les plus importantes subies par l'Ukraine ces dernières années et dont elle a accusé Moscou. D'autres pays, comme les États-Unis et le Royaume-Uni, ont également pointé du doigt le Kremlin

D'autre part, les alliés de l'Ukraine ont rapidement pris la parole. Le Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, Josep Borrell, a condamné l'attaque et soutenu Kiev. "Nous mobiliserons toutes nos ressources pour aider l'Ukraine à faire face à cette situation. Malheureusement, nous savions que cela pouvait arriver", a-t-il déclaré dans la ville française de Brest, où les ministres des Affaires étrangères de l'UE se réunissent pour prendre des mesures conjointes sur la crise en Ukraine.Concernant la paternité de l'attaque, Borrell a admis qu'en l'absence de preuves, il ne pouvait accuser personne. "Nous pouvons imaginer qui est derrière tout cela", a-t-il déclaré.

Ann Linde, ministre suédoise des Affaires étrangères, a appelé à une réponse "dure, forte et robuste" aux attaques russes en Ukraine. "Nous devons être très fermes dans nos messages à la Russie", a-t-elle ajouté.

REUTERS/JOHN THYS  -   El alto representante de la Unión Europea para Asuntos Exteriores y Política de Seguridad, Josep Borrell, durante una rueda de prensa
REUTERS/JOHN THYS - Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse.
L'Ukraine visée par des cyberattaques

Dans ce contexte de "cyberguerre", David E. Sanger et Julian E. Barnes, journalistes au New York Times, ont rapporté que Washington et Londres ont envoyé des experts en Ukraine en décembre pour préparer le pays à de telles attaques. Le journal américain note également que "les cyberattaques russes contre l'Ukraine n'ont jamais cessé" ; il indique en effet qu'elles se sont intensifiées en décembre, bien que l'attention du public se soit concentrée sur le renforcement des troupes.

Selon les chiffres officiels recueillis par The Guardian, quelque 288 000 cyberattaques ont été recensées au cours des dix premiers mois de 2021, tandis que 397 000 ont été signalées en 2020. À cet égard, l'agence de presse nationale ukrainienne, Ukrinform, affirme que l'Ukraine "fait partie des pays qui souffrent le plus des cyberattaques russes", bien que les États-Unis et le Royaume-Uni aient également été la cible de telles attaques.

AFP/OLIVIER HOSLET
AFP/OLIVIER HOSLET - La secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman (2e à gauche), le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg (3e à gauche), le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexander Grushko (3e à droite) et le vice-ministre russe de la Défense le colonel général Alexander Fomin (2e à droite) participent au Conseil OTAN-Russie.
La Russie menace de déployer des troupes à Cuba et au Venezuela, la Pologne met en garde contre un "risque de guerre" élevé en Europe

Cette cyber-attaque intervient peu après le sommet entre le Conseil de l'OTAN et la Russie à Bruxelles. Cette réunion a été organisée dans le but de parvenir à une sorte d'accord qui pourrait améliorer la situation critique en Ukraine. Cependant, ces discussions ont une fois de plus mis en évidence les grandes différences entre les deux parties, alors que les tensions continuent de s'accroître en Europe de l'Est.

Moscou affirme que les pourparlers ont échoué, tout en réaffirmant qu'elle n'a aucune intention d'envahir l'Ukraine et en appelant l'OTAN à retirer ses troupes des pays limitrophes de la Russie. Si l'OTAN ne répond pas à ses demandes en matière de sécurité, la Russie n'exclut pas d'envoyer des troupes à Cuba et au Venezuela, comme l'a déclaré à la télévision nationale Sergueï Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères. Les États-Unis continuent d'exhorter la Russie à retirer ses troupes de la frontière ukrainienne. À cet égard, Washington continue de mettre en garde contre une éventuelle agression russe en Ukraine. 

AFP/ALEX HALADA
AFP/ALEX HALADA - Zbigniew Rau, ministre polonais des Affaires étrangères et président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), donne une conférence de presse au palais de la Hofburg à Vienne, en Autriche, le 13 janvier 2022.

Avec un œil sur l'Ukraine, l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) s'est réunie à Vienne pour discuter de la situation actuelle sur le continent.  Zbigniew Rau, le ministre polonais des Affaires étrangères, a révélé que le "risque de guerre" actuel est le plus élevé depuis 30 ans. "Depuis plusieurs semaines, nous sommes confrontés à la perspective d'une escalade militaire majeure en Europe de l'Est", a-t-il ajouté.