PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Union européenne et l'Espagne face à la migration en 2020

Le nombre de migrants irréguliers détectés aux frontières extérieures de l'UE était en 2019 le plus bas depuis 2013, selon l'Agence européenne des frontières
Inmigración

AP PHOTO/JAVIER FERGO  -   Des migrants assis dans un canot pneumatique après que Proactiva Open Arms, une ONG espagnole, les ait vus et secourus dans la mer d'Alboran, à environ 64 kilomètres au large des côtes espagnoles, le jeudi 11 octobre 2018

Le débat sur l'immigration continue d´accaparer une partie quantitative de l'agenda politique européen et espagnol. Pendant que son impact politique ou économique continuera à être débattu dans les années à venir, l'activité des réseaux migratoires en Afrique du Nord et en Europe de l'Est restera l'un des plus grands problèmes sociaux auxquels l'Union Européen est confrontée. 

La pression est maximale, surtout après la récente enquête journalistique de l'agence AP qui a dénoncé celle des près de 380 millions d'euros de fonds européens destinés à la Libye ces dernières années « d'énormes sommes d'argent européennes ont été détournées vers des réseaux entrelacés des miliciens, des trafiquants et des membres des garde-côtes qui exploitent les migrants ».

Les données migratoires, qui illustrent un phénomène qui doit perdurer car il s'agit d'un autre élément du processus de mondialisation et de la définition du nouvel ordre international, sont la meilleure illustration de la situation. Jusqu'à 32 513 migrants sont arrivés en Espagne, par mer et par terre, en 2019, ce qui représente une baisse considérable par rapport à l'année précédente où 65 383 migrants étaient arrivés (de janvier à décembre 2018), selon les données d'UNHCR. Les arrivées en Espagne par la route de la Méditerranée occidentale, qui étaient principalement des marocains, des guinéens et des algériens, ont été celles qui ont enregistré une plus forte baisse dans l'Union européenne.

Ces tendances sont conformes à la réduction du nombre de migrants en situation irrégulière détectés aux frontières extérieures de l'UE, qui en 2019 était le plus bas depuis 2013, comme l'a récemment signalé l'Agence européenne des frontières (Frontex). Il convient de rappeler que dans l'UE, les pays ayant des frontières extérieures sont exclusivement responsables de leur contrôle, mais l'agence coordonne les opérations maritimes. Frontex a enregistré quelque 139 000 entrées irrégulières de migrants tentant d'atteindre le sol européen, soit une baisse de 6 % par rapport à 2018 et de 92 % par rapport à 2015, année où un record de 1,8 million de personnes a été enregistré. À titre de comparaison, 139 000 personnes représentent 0,02 % de la population de l'UE. 

Les raisons de la baisse du nombre de migrants arrivés en Espagne en situation irrégulière, 58% des arrivées par la route de l'ouest, sont multiples. Ils couvrent du bon état de la coopération et de la coordination du Maroc avec l'Espagne en matière d'immigration, l'UE a accordé environ 140 millions d'euros au Maroc pour intensifier son contrôle aux frontières, au fait que la route de la Méditerranée centrale, vers l'Italie et Malte , a été utilisé plus fréquemment par les réseaux migratoires pour envoyer des migrants en situation irrégulière sur le sol européen, bien qu'il ait également diminué de 41% par rapport à l'année précédente, jusqu'à 14 000 personnes.

Entre-temps, la route dite de la Méditerranée orientale, qui part de Turquie pour la Grèce ou Chypre, a connu un rebond significatif l'année dernière : de 2018 à 2019, les arrivées d'immigrants clandestins sur cette route ont augmenté de 46 % pour atteindre 82 000 personnes. Cela est dû à la détérioration de la situation au Moyen-Orient, avec des migrants clandestins provenant principalement d'Afghanistan et de Syrie, et en grande partie à la dégradation des relations entre l'UE et la Turquie. Les centres de détention de l'île de Moira en sont le meilleur exemple.

Demandeurs d'asile en Espagne 

Entre-temps, la situation a changé en ce qui concerne les données relatives aux demandes d'asile en Espagne. En 2019, il y avait 118 264 demandeurs d'asile, selon les données du ministère de l'Intérieur, soit 53 % de plus qu'en 2018. Le principal lieu d'origine des personnes qui ont demandé le statut de réfugié et dont la demande n'a pas encore été définitivement évaluée en Espagne est l'Amérique latine : Venezuela, Colombie, Honduras, Nicaragua, Salvador, dans cet ordre, qui représentent plus de la moitié des demandes de protection internationale. Ce fait illustre, une année de plus, que l'entrée principale d'une partie importante des demandeurs d'asile qui continue d'être les aéroports espagnols.

Il est intéressant de noter que presque toutes les demandes de protection internationale présentées par des Vénézuéliens sont acceptées, ce qui n'est pas le cas pour les personnes d'origine centraméricaine. Au total, près de la moitié des demandes proviennent de femmes

Les défis qui existent 

Le défi de l'immigration a mis en évidence les lacunes du système d'asile dans l'Union, et en particulier en Espagne, ces dernières années. Débloquer le système d'accueil des demandeurs d'asile et trouver une solution à l'effondrement du système d'accueil des demandeurs d'asile est l'une des priorités du nouveau gouvernement espagnol. Il s'agit d'une compétence du ministère de la sécurité sociale, de l'inclusion et de la migration, sous la direction du ministre José Luis Escrivá. Dans ce sens, la nomination cette semaine de Hana Jalloul comme nouvelle secrétaire d'État aux migrations, qui relèvera de ce ministère, est remarquable.

M. Jalloul, expert en droit international et en terrorisme, a plusieurs priorités sur la table. Le ministre Escrivá suggère que tous les plans et projets s'inscrivent dans une politique migratoire à long terme. Il s'agit notamment du manque de moyens d'accueil aux îles Canaries en raison de l'augmentation du nombre d'arrivées de bateaux ces derniers mois, de la saturation des centres pour immigrants à Melilla, et également à Ceuta, et de l'accueil des milliers de demandeurs d'asile qui devraient continuer à arriver par les aéroports.

L'intégration du nouveau ministre de la sécurité sociale, de l'inclusion et de la migration a également apporté une nouvelle approche au débat sur la migration, car il considère la migration, à la fois légale et ordonnée, comme une opportunité de garantir la durabilité du système de retraite. Le ministre Escrivá a assuré ces dernières semaines que l'Espagne, tout comme l'UE, devra accueillir des millions d'immigrants (il a même parlé de huit à neuf millions en trois décennies dans le cas de l'UE) afin de maintenir le niveau du marché du travail en raison du vieillissement de la population, un phénomène qui se produit au niveau continental.

Le ministre a cité des études réalisées par des experts en la matière qui estiment que l'Espagne aura besoin d'une moyenne de 270 000 immigrants par an d'ici 2050 pour contrer le processus de vieillissement de la population. M. Escrivá en est venu à admettre qu'il n'y a pas suffisamment de consensus politique pour mener à bien cette stratégie dans tous les pays de l'UE, mais que l'Espagne est en meilleure position, ce dont il veut profiter pendant son séjour dans l'actuel gouvernement espagnol.

Pour l'Espagne, l'augmentation de la population immigrée ne devrait pas être une tâche compliquée puisque, selon le ministre lui-même, toutes les formes de migration (origine, transit, destination, saisonnière et retour) convergent en Espagne. Ce qui coûtera plus cher, c'est de promouvoir les voies légales d'entrée des étrangers comme solution pour le maintien du système de retraite.

Au niveau européen, la révision des règles de Dublin, qui déterminent le pays de l'UE responsable du traitement des demandes de protection internationale, généralement le premier pays de l'UE dans lequel le demandeur est entré, est à l'étude depuis des mois. Les gouvernements de l'UE n'ont pas encore pris position sur les propositions de changements et d'améliorations. Les discussions n'ont donc pas encore commencé entre le Parlement et le Conseil, mais c'est l'une des priorités du mandat d'Ursula von der Leyen. Il est généralement admis que le système de Dublin a entraîné une pression accrue sur les pays frontaliers entrant dans l'UE, tels que l'Espagne, l'Italie et la Grèce. Ces pays ont été très exposés à la crise migratoire et cherchent maintenant à impliquer chaque État membre dans la réinstallation des réfugiés.

L'UE, comme l'Espagne, espère faire une distinction plus claire entre les migrants réguliers et les réfugiés, tout en garantissant un traitement juste et équitable aux demandeurs d'asile. Entre-temps, la gestion de l'immigration clandestine reste un autre front ouvert au sein de l'Union, qui vise à renforcer les contrôles aux frontières et à mettre en place un système plus efficace de collecte et de stockage des informations sur les personnes entrant dans l'UE. En outre, l'Union a adopté des mesures pour aider les migrants à s'intégrer dans les sociétés de leurs nouveaux pays d'origine grâce au Fonds d'asile, de migration et d'intégration, créé pour la période 2014-2020 avec un total de 3,137 milliards d'euros (dont une partie est destinée à la Libye), qui favorise la gestion efficace des flux migratoires ainsi que la mise en œuvre et le renforcement d'une approche européenne commune en matière d'asile et d'immigration.

Ces dernières années, les frontières extérieures de l'Europe ont connu une baisse du nombre de réfugiés et de migrants en situation irrégulière souhaitant entrer dans l'UE depuis le pic de la crise il y a près de cinq ans. Malgré cela, le discours anti-immigration continue d'être utilisé à des fins partisanes et idéologiques alors que les perceptions continuent de diverger par rapport à ce que disent les données. C'est pourquoi l'agenda politique espagnol et européen se trouve face à une opportunité d'anticiper la situation migratoire dans les années à venir et de prendre la tête d'un des principaux problèmes mondiaux.