PUBLICIDAD

Iberdrola

M. Bourita estime que le sommet du Néguev est "la meilleure réponse" au terrorisme

Les ministres des affaires étrangères de l'alliance israélo-arabe, ainsi que le ministre américain des affaires étrangères Antony Blinken, ont réaffirmé leur condamnation du terrorisme et ont travaillé sur leurs relations face à la menace iranienne
atalayar-panel-discussion-ouverture-sommet-negev

JACQUELYN MARTIN/POOL/AP PHOTO  -   Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, le secrétaire d'État américain Sameh Shoukry et le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid al-Zayani à Sde Boker, en Israël, dans le sens des aiguilles d'une montre, le lundi 28 mars 2022

Le sommet historique du Néguev est arrivé à son terme. Une rencontre qui a réuni, pour la première fois sur le sol israélien, les ministres des affaires étrangères du Bahreïn, Abdulatif bin Rashid, de l'Égypte, Sameh Shukri, du Maroc, Nasser Bourita, et des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed al Nahyan, avec leur homologue hébreu, Yair Lapid, dimanche 27 mars et lundi 28 mars.

Le sommet a également été suivi par le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui a rejoint les autres ministres arabes au symbolique kibboutz Sde Boker, dans le désert du Néguev. C'est un lieu emblématique pour le peuple israélien en raison de son importance dans la construction de l'État hébreu. Le kibboutz ("ferme collective") de Sde Boker est le lieu où le fondateur et ancien premier ministre d'Israël, David Ben Gourion, s'est installé dans les années 1950, lors de l'arrivée du mouvement juif, socialiste et sioniste fuyant l'Europe de l'Est. Et, à ce jour, il est toujours enterré dans ce même kibboutz.

atalayar-ministros-asuntos-exteriores-cumbre-neguev
MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES D'ISRAËL - Les ministres du Maroc, d'Israël, de Bahreïn, des Émirats arabes unis et des États-Unis au sommet du Néguev. Ministère des affaires étrangères d'Israël

L'événement a été une preuve évidente des progrès diplomatiques entre l'État hébreu et les quatre puissances arabes - qui ont déjà reconnu et normalisé leurs relations avec Israël, par la signature du traité de paix de 1979 dans le cas de l'Égypte, et l'adoption des accords d'Abraham en 2020 dans le cas de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc. "Cette nouvelle structure régionale terrifie et dissuade nos ennemis communs, en premier lieu l'Iran et ses mandataires, qui ont certainement quelque chose à craindre", a déclaré Yair Lapid lors de la conférence de presse finale, en référence à l'un des thèmes centraux du sommet : les négociations nucléaires avec Téhéran. 

Cependant, la présence de Nasser Bourita à la réunion a fait entrer d'autres questions dans la coalition, comme le Sahara, sur lequel son homologue israélien a exprimé son plein soutien au plan d'autonomie de Rabat. Dans le même ordre d'idées, les pays participant à la réunion ont convenu d'unir leurs forces pour contrer "les tentatives d'affaiblissement de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Maroc", comme l'indique une déclaration publiée par Lapid. Ces déclarations faisaient référence aux accusations de fourniture d'armes et de financement iranien à des groupes tels que les Houthis et le Front Polisario.

atalayar-ministro-asuntos.exteriores-nasser-bourita-llega-israel-cumbre-neguev
MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES D'ISRAËL - Arrivée du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, au sommet du Néguev - Israeli Ministry of Foreign Affairs

Sur une base de réciprocité, le ministre marocain a soutenu qu'"une solution est possible" au conflit israélo-palestinien, et a souligné le soutien du Royaume du Maroc au projet de deux États basé sur la répartition territoriale de 1967, qui garantit également la sécurité d'Israël. "Espérons que nous nous retrouverons bientôt dans un autre désert, mais dans le même esprit", a déclaré Nasser Bourita, qui, à l'instar des autres représentants, a exhorté Tel Aviv à reprendre les pourparlers avec la Palestine. 

Toutefois, comme l'a déclaré à l'AFP Yoel Guzansky, analyste au centre de recherche INSS de Tel Aviv, ce sommet a montré que "la question palestinienne n'est pas une priorité pour les États arabes, et qu'il y a des questions bien plus urgentes, comme l'Iran". Selon Guzansky, la réunion a concrétisé l'alliance israélo-arabe face aux "dangers" de Téhéran. 

C'est pourquoi une autre des principales questions abordées était les négociations nucléaires avec la République islamique, ainsi que leurs relations avec le pays perse. "Nous sommes tous engagés et déterminés à faire en sorte que l'Iran n'obtienne jamais d'armes nucléaires", a déclaré Antony Blinken lors d'une conférence de presse avec Yair Lapid, conformément aux préoccupations d'Israël et de ses voisins arabes. La nouvelle alliance craint qu'avec la renégociation imminente de l'accord et le rapprochement arabe avec Tel Aviv, le danger nucléaire de la République islamique n'augmente au lieu de diminuer. 

atalayar-ministro-exteriores-israel-yair-lapid
AFP/ EMMANUEL DUNAND - Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid

Antony Blinken, malgré la position déclarée d'Israël, a conclu que "les États-Unis estiment que le retour à la mise en œuvre intégrale [de l'accord] est le meilleur moyen de remettre le programme nucléaire iranien dans la boîte où il se trouvait avant de sortir au moment où les États-Unis ont quitté l'accord".  Washington et Téhéran en sont actuellement aux dernières étapes des pourparlers indirects visant à relancer l'accord de 2015, censé empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire en échange de la levée des sanctions qui frappent l'économie perse depuis 2018. Le représentant américain a toutefois assuré que les Gardiens de la révolution islamique (IRGC) resteraient sur la liste des organisations terroristes, alors qu'il s'agissait d'une condition iranienne lors des négociations sur l'accord nucléaire.   

"Avec ou sans accord, nous continuerons à travailler ensemble et avec nos autres partenaires pour contrer les actions de l'Iran visant à déstabiliser la région", a déclaré le Premier ministre israélien Naftali Bennet. 

atalayar-cumbre-neguev-israel-encuentro
MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES D'ISRAËL - Sommet du Néguev en Israël entre les différents ministres de l'alliance israélo-arabe. Gouvernement d'Israël

À l'issue d'une réunion que toutes les personnes présentes ont qualifiée d'"historique", les six représentants ont condamné à l'unanimité le terrorisme. Ces déclarations ont été faites dans le contexte de l'attaque terroriste perpétrée par Daesh dans la ville israélienne de Hadera, dans laquelle deux policiers ont perdu la vie et plus d'une demi-douzaine de personnes ont été blessées. Les quatre pays arabes, ainsi que Washington et Tel Aviv, ont convenu que l'attentat, plutôt que de porter un coup aux initiatives de la réunion, faisait de celle-ci le premier sommet multilatéral de ce type à se tenir sur le sol israélien. Un sommet qui symbolise le début de nouveaux efforts pour construire des relations arabo-israéliennes beaucoup plus coordonnées. 

La tenue d'une réunion organisée par Israël avec les pays arabes "est la meilleure réponse à ces attaques", a déclaré Nasser Bourita dans son discours. 

atalayar-encuentro-marruecos-israel-ministros-exteriores
PHOTO/FILE - Photo d'archive. Rencontre entre le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, et son homologue israélien, Yair Lapid, comme exemple de coopération et de rapprochement entre les deux puissances

L'amélioration des relations entre Rabat et Tel-Aviv est une réalité déjà attestée par des rencontres précédentes, comme celle annoncée par le gouvernement israélien quelques jours avant le Sommet du Néguev : "le chef de la Direction de la planification stratégique et de la coopération, Tal Kelman, le chef de la Division de la coopération internationale, Effie Defrin et le chef de la Division des opérations de la Direction des renseignements ont achevé jeudi la première visite officielle des Forces de défense israéliennes au Royaume du Maroc", rapporte l'agence de presse AJN.