Macron annonce un renforcement des contrôles aux frontières pour freiner le terrorisme et l'immigration clandestine

Le président français a déclaré qu'il présenterait des propositions aux partenaires de l'Union européenne lors d'un sommet en décembre
Le président français Emmanuel Macron salue les autorités locales à son arrivée au Centre de coopération policière et douanière franco-espagnol lors d'une visite sur le renforcement des contrôles à la frontière entre l'Espagne et la France, au Perthus, France, le jeudi 5 novembre 2020

AP/GUILLAUME HORCAJUELO  -   Le président français Emmanuel Macron salue les autorités locales à son arrivée au Centre de coopération policière et douanière franco-espagnol lors d'une visite sur le renforcement des contrôles à la frontière entre l'Espagne et la France, au Perthus, France, le jeudi 5 novembre 2020

es derniers attentats terroristes islamistes à Nice et à Vienne ont incité le président français Emmanuel Macron à prendre des mesures en matière de contrôle des frontières. 

La visite à la frontière franco-espagnole à Le Perthus/La Junquera s'est accompagnée d'un énorme déploiement de forces de police, où le président français s'est déclaré « en faveur d'une réforme profonde de Schengen pour repenser son organisation et renforcer notre sécurité commune aux frontières avec une force frontalière adéquate ».

Des contrôles plus stricts sont nécessaires pour freiner l'immigration clandestine, a déclaré Macron, ajoutant que les bandes criminelles qui font le trafic illégal de migrants vers l'Europe sont souvent liées à des réseaux terroristes. 

Le président a déclaré qu'il présenterait des propositions aux partenaires de l'Union européenne lors d'un sommet européen en décembre. 

El presidente francés Emmanuel Macron saluda a los oficiales de policía españoles durante una visita sobre el fortalecimiento de los controles fronterizos en el cruce entre España y Francia, en Le Perthus, Francia, el jueves 5 de noviembre de 2020 2020
AP/GUILLAUME HORCAJUELO - Le président français Emmanuel Macron salue les policiers espagnols lors d'une visite sur le renforcement des contrôles au poste frontière franco-espagnol
2020

L'Europe se remet des deux attentats de la semaine dernière qui ont impliqué des agresseurs circulants librement entre les Etats membres de l'espace Schengen. 

Le 29 octobre, un Tunisien a tué trois personnes dans une église de Nice. Brahim Aouissaoui était arrivé sur l'île italienne de Lampedusa, qui fait face à l'Afrique du Nord, cinq semaines auparavant. Après avoir été transféré sur le continent, Aouissaoui s'est rendu en France par le train quelques heures avant de lancer son attaque. En plus de cet attentat, le professeur français Samuel Paty a été décapité par un jeune islamiste radical tchétchène.

Le djihadiste qui a tué quatre personnes à Vienne le 2 juillet s'est rendu en Slovaquie voisine pour tenter d'acheter des munitions, ont déclaré les responsables autrichiens. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a qualifié d'« attaque terroriste répugnante » l'action menée dans six endroits différents du centre-ville.  

Il a également déclaré qu'il s'agissait clairement d'une « attaque islamiste » et a promis que son pays défendrait la démocratie. 

Stephanie Williams, enviada especial para la misión de la ONU en Libia
APA/RONALD SCHLAGER - Des policiers armés sécurisent le quartier de la Mariahliferstrasse lors de l'attaque terroriste du 2 novembre 2020

Kurz a ajouté que l'ennemi est l'extrémisme violent, et non pas tous les membres d'une religion ou d'un pays. 

Macron a déclaré que les récents attentats constituaient un avertissement pour l'Europe que « le risque terroriste est partout ». 

Lors de la réunion avant les 27, Macron prévoit de présenter une série de propositions basées sur les principes qu'il a énoncés dans une lettre adressée au peuple français avant les élections européennes de l'année dernière. Dans cette lettre, le président français écrit que l'Europe a besoin d'une force frontalière commune et d'un bureau d'asile unique, d'obligations strictes en matière de contrôle des frontières et que chaque État membre doit fournir des renseignements sous l'autorité d'un Conseil européen de sécurité intérieure.

Jeudi, le président a déclaré que la France allait doubler le nombre de policiers à ses frontières. 

Près de 628 000 citoyens non européens ont été découverts en situation irrégulière dans l'Union en 2019, soit une augmentation de 10 % par rapport à l'année précédente, selon Eurostat. Plus de 717 000 ressortissants de pays tiers se sont vu refuser l'entrée sur le territoire de l'UE, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré. 

Stephanie Williams, enviada especial para la misión de la ONU en Libia
AFP/VALERY HACHE - Des membres français de l'unité tactique d'élite de la police RAID entrent dans la Basilique Notre-Dame de Nice après un attentat à l'arme blanche à Nice le 29 octobre 2020

Le chef de la police des frontières française a déclaré au président Macron qu'il y a eu une augmentation des tentatives de franchissement de la frontière franco-espagnole depuis sa réouverture en juin, après la levée des restrictions COVID-19. Beaucoup sont venus d'Algérie et du Maroc, ont déclaré les responsables. 

« Nous devons renforcer notre lutte contre l'immigration clandestine et les trafiquants qui ont de plus en plus de liens avec le terrorisme », a déclaré le président. 

L'espace Schengen est composé de 22 des 27 États membres de l'Union européenne, plus l'Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein. La Grande-Bretagne et l'Irlande n'en font pas partie.