PUBLICIDAD

Iberdrola

Macron appelle Tebboune à renforcer les liens à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance algérienne

Bien que les relations franco-algériennes se soient améliorées ces derniers mois, le passé colonial reste d'une grande importance
PHOTO/AFP  -   Combinación de Imágenes del presidente de Francia, Emmanuel Macron y el presidente de Argelia, Abdelmadjid Tebboune

PHOTO/AFP  -   Combinaison d'images du président français Emmanuel Macron et du président algérien Abdelmadjid Tebboune.

Le président français Emmanuel Macron a adressé une lettre à son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune, à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie. Le dirigeant français y exprime sa volonté de renforcer les "liens déjà forts entre la France et l'Algérie" et exprime son engagement à "poursuivre le processus de reconnaissance de la vérité et de réconciliation des mémoires des peuples algérien et français", a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Six décennies après la proclamation de l'indépendance et la signature des accords d'Évian, les blessures de plus de 100 ans de colonisation française de l'Algérie et de la guerre qui a suivi restent ouvertes. Malgré les gestes symboliques de la France, le passé colonial pèse toujours sur les liens Alger-Paris et entrave la normalisation des relations bilatérales

AP/HORST FAAS-En esta foto de archivo del 15 de mayo de 1962, un soldado francés vigila una esquina en Orán, Argelia, en la pared hay un cartel de la Organización Armada Secreta nacionalista, que llama a los ciudadanos a tomar las armas contra la independencia de Argelia
AP/HORST FAAS - Un soldat français surveille une rue à Oran, le 15 mai 1962.

Macron a cherché à panser ces blessures en reconnaissant les épisodes violents du passé, comme le massacre d'Algériens le 17 octobre 1961 à Paris. L'actuel président est devenu le premier dirigeant français à reconnaître ce massacre et à le considérer comme un "crime". Cependant, Macron s'était déjà engagé sur la voie de la réconciliation des années auparavant. En septembre 2018, un an après avoir remporté les élections, le dirigeant français a présenté des excuses personnelles à la veuve de Maurice Audin, mathématicien, communiste algérien et partisan de l'indépendance de l'Algérie, torturé et assassiné.

D'autre part, et avec le même attachement aux événements du passé, le président français a également reconnu au début de cette année le massacre d'Oran, au cours duquel "des centaines d'Européens, principalement des Français, ont été tués". "Ce massacre doit également être reconnu", a déclaré Macron. Cet événement violent, qui a eu lieu peu après la proclamation de l'indépendance de l'Algérie, est attribué à l'Armée de libération nationale. En effet, l'une des activités prévues par Macron pour cette journée historique est de déposer une gerbe au Monument national de la guerre d'Algérie et du combat du Maroc et de la Tunisie à Paris en "hommage aux victimes du massacre des Européens à Oran le jour même de l'indépendance, le 5 juillet 1962".

guerra argelia
PHOTO/AP - Malgré les gestes symboliques de la France, le passé colonial pèse toujours sur les liens Alger-Paris et entrave la normalisation des relations bilatérales.
Une relation faite de hauts et de bas 

Malgré les gestes positifs de Macron, durant son mandat, les relations bilatérales ont également connu des moments de tension dus à ce passé colonial. En octobre 2021, le président français a déclaré au journal Le Monde que l'histoire officielle de l'Algérie avait été "totalement réécrite" par le "système politico-militaire". Il a également souligné que cette histoire n'est "pas fondée sur des vérités", mais sur "la haine de la France". En réponse, Alger a décidé de rappeler son ambassadeur à Paris pour des consultations et a fermé son espace aérien aux avions militaires français.

Au cours de l'année, les deux pays ont cherché à réparer leurs liens à travers plusieurs conversations téléphoniques entre Macron et Tebboune. En janvier, les deux présidents ont discuté de la coopération économique et sécuritaire, bien que la question coloniale ait de nouveau été au centre de la conversation, notamment "la recherche des personnes disparues et l'entretien des cimetières algériens", a fait remarquer la présidence française, selon EFE. Au cours de ce mois, Alger a réintégré son ambassadeur à Paris. 

PHOTO/SAUDI PRESS  -   El presidente argelino Abdelmadjid Tebboune
PHOTO/SAUDI PRESS - Le président algérien Abdelmadjid Tebboune

Ces derniers mois, ce dialogue franco-algérien s'est intensifié alors que les relations entre l'Espagne et l'Algérie sont tendues. Après la victoire de Macron aux élections présidentielles françaises, Tebboune a été le premier chef d'État étranger à adresser officiellement une invitation à son homologue français pour une visite d'État "anticipée" à Alger, rapporte l'agence de presse. Par la suite, les deux présidents se sont rencontrés à nouveau début mai et en juin pour "approfondir les relations". Lors de la dernière conversation, ils ont abordé des questions d'intérêt commun, telles que la situation au Sahel, en Libye et en Ukraine.

Mais le passé est toujours très présent. "Il n'est pas question d'oublier ou d'effacer le génocide humain, le génocide culturel et le génocide identitaire dont la France coloniale est toujours coupable", reconnaît Salah Goudjil, président du Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement, et ancien combattant de la guerre d'indépendance, dans une interview au quotidien l'Expression. 

AFP/YOAN VALAT  -   El presidente francés Emmanuel Macron
AFP/YOAN VALAT - Le président français Emmanuel Macron
L'Algérie célèbre en grande pompe le 60e anniversaire de son indépendance

Les autorités algériennes se préparent depuis plusieurs jours à commémorer cette journée historique. Vendredi, une zone de 16 kilomètres à Alger a été fermée pour permettre à l'armée de répéter le défilé militaire prévu pour aujourd'hui. Tebboune a déposé une gerbe au sanctuaire des martyrs à Alger et a ensuite passé en revue les forces de sécurité avec le chef d'état-major Said Chanegriha alors que 60 coups de canon étaient tirés.

PHOTO/AP - En esta foto de archivo del 27 de mayo de 1956, las tropas francesas sellan la casba de Argel, un barrio árabe de 400 años de antigüedad
PHOTO/AP - Troupes françaises à Alger, 27 mai 1956

Selon l'AFP, les invités étrangers à la célébration comprenaient le président palestinien Mahmoud Abbas, le président tunisien Kais Saied et le président nigérian Mohamed Bazoum. Algerie360 a également signalé l'arrivée de la présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde.