María Andrés : ''Cette conférence doit être un exercice d'écoute des sentiments des citoyens''

Le directeur du bureau d'information du Parlement européen en Espagne a analysé l'actualité européenne et ce que l'on attend de la Conférence pour l'avenir de l'Europe dans le programme Atalayar de Capital Radio
María Andrés

 -  

Diplômée en journalisme et spécialisée dans l'Union européenne et la politique internationale, María Andrés est actuellement directrice du bureau d'information du Parlement européen en Espagne. Elle s'est arrêtée aux microphones d'Atalayar sur Capital Radio pour parler de la Conférence sur l'avenir de l'Europe qui a débuté le 9, dont l'élément différenciateur est l'importance accordée à la participation des citoyens. Dans son discours, la journaliste a expliqué la relation entre l'Espagne et l'Union européenne, assurant que nous avons un rôle très important dans celle-ci et que notre position, tant populaire que depuis les institutions, est de plus en plus pro-européenne.

Que doit faire un citoyen espagnol s'il veut participer à ce grand forum qui a été convoqué ? Doit-il passer par des associations ? Comment pourrait-il le faire ?

Eh bien, la vérité est qu'il n'y a jamais eu dans l'histoire d'aucune démocratie, je dirais, un exercice de réflexion comme celui-ci, aussi grand, aussi ambitieux, et je le crois à bien des égards. En tant que simple citoyen, si vous tapez simplement sur Google "plateforme sur la conférence sur l'avenir de l'Europe", vous trouverez immédiatement cette adresse, futureu.europa.eu, qui est une plateforme créée par la Commission européenne et lancée le 19 avril avec pour seul objectif de donner à tout citoyen la possibilité, sans avoir besoin d'appartenir à une quelconque association, simplement en s'engageant à remplir certaines exigences de respect de certaines valeurs et principes, de soumettre toute proposition, toute réflexion qu'il souhaite sur l'avenir de l'Union européenne. C'est donc ce qui est prévu, que ce soit un exercice extrêmement participatif et pas seulement à travers la plateforme, mais aussi à travers ces panels de citoyens qui vont être organisés, où il y aura jusqu'à 200 citoyens par panel pour discuter de différentes questions prioritaires, dont une représentation dans les sessions plénières où cette conférence sur l'état de l'Union européenne sera débattue au Parlement européen. Il est peut-être difficile d'expliquer cela rapidement, mais je crois qu'il y aura un certain nombre de possibilités pour les citoyens qui souhaitent participer.

Les panels seront constitués à partir d'un échantillon qui tente de représenter la diversité qui existe dans l'Union européenne. Ils seront donc choisis, par exemple, dans une certaine tranche d'âge, de sorte qu'au moins 30 % d'entre eux aient moins de 70 ans, ou soient, bien sûr, d'une diversité géographique, etc. Mais l'idée de cette conférence, ce qui la distingue de tout autre exercice passé, est précisément ce rôle de premier plan pour les citoyens.

María Andrés

Et les Espagnols, bien que nous soyons encore dans une phase très embryonnaire ou dans la phase initiale de démarrage de la Conférence, participons-nous beaucoup, même si la Conférence va durer plus d'un an ?

Oui, je le pense. Je pense que l'Espagne est un pays profondément pro-européen. Ça l'a toujours été. Pendant la crise financière de 2008, il y a peut-être eu les dures conséquences que l'économie avait sur la société, et cela a peut-être influencé l'opinion publique, qui a commencé à s'interroger sur le rôle de l'Union européenne, sur la façon dont nous nous gérions, sur la façon dont cette crise était résolue. Mais nous avons repris le dessus ; en 2016-17, cette impulsion a commencé à se rétablir et maintenant je dirais, sans aucun doute, quand on regarde les baromètres de l'euro, que nous sommes à nouveau à l'avant-garde de cet européanisme constructif et de ce que nous essayons de faire de ceux qui poussent la charrette. Vous le voyez clairement dans les événements, les séminaires et les débats que nous organisons dans ce bureau. Mais cela se voit aussi dans la façon dont nous poussons les thèses les plus pro-européennes des différentes institutions. Patxi Aldecoa a commenté de nombreuses propositions, mais je vois, par exemple, un secrétaire d'État de l'Union européenne, Juan González-Barba, qui participe en tant qu'observateur au comité exécutif de la Conférence de l'Union européenne, où seuls sept États membres participent et qui est l'un des plus pro-européens et va de pair avec le Parlement européen, s'aligner sur de nombreuses propositions. Par ailleurs, vous demandiez à Patxi Aldecoa quelle opportunité le Brexit donne ou quel scénario s'ouvre après le départ du Royaume-Uni, et je pense que cela laisse une grande marge de manœuvre à l'Espagne, qui veut être pro-européenne et faire partie du groupe de tête, pour se positionner réellement avec des pays, par exemple, comme l'Italie, qui pousse aussi dans ce groupe de tête sans complexe et pour faire avancer l'Europe sur des sujets où, jusqu'à présent, traditionnellement, le Royaume-Uni avait tellement traîné les pieds. 

Ce que je vous dirais, c'est que je ne suis pas tellement d'accord avec Patxi, c'est quand il a commenté que oui, nous finirons sûrement par avoir une convention qui conduira plus tard à une réforme des Traités. Je dirais que, sans fermer la porte à la future réforme des traités, nous ne devons pas non plus nous fermer dans ce débat. Ce qui doit être clair, c'est que cette conférence doit être un important exercice de réflexion, d'écoute, et que nous, institutions, devons avoir le courage de mener cet exercice jusqu'à ses ultimes conséquences. Écouter réellement les sentiments des citoyens, quelles réformes veulent-ils, et ensuite les transformer en actions concrètes. Mais pour les transformer en actions concrètes, il ne faut peut-être pas aller jusqu'à cette proposition maximale et commencer à réformer les Traités si les gouvernements nationaux de certains États membres s'y opposent. Mais le fait est que l'actuel traité de Lisbonne nous laisse tellement de possibilités d'amélioration, dans la manière de coordonner, dans la manière de gérer les futures pandémies, dans la manière d'avancer pour fournir plus de solutions sociales à la ville, dans la manière de promouvoir une éducation véritablement européenne, dans la culture, dans le sport... Il y a beaucoup de choses pour lesquelles des propositions n'ont pas encore été réalisées, les nombreuses qui sortent maintenant, et qui pourraient être réalisées sans avoir besoin de réformer les traités. N'oublions donc pas que ce ne serait pas un échec si cela ne se termine pas par cette convention internationale, mais ce serait un échec si les propositions faites par les citoyens ne se transforment pas en actions concrètes et si elles ne trouvent pas un consensus pendant la conférence.

Ce que nous, les médias, devrions être capables de faire - et c'est ce que nous faisons à Atalayar - c'est de convaincre les citoyens que cela les concerne, que cela affecte leur vie quotidienne. Et bien, dans la crise de 2008-2014, chaque pays a agi dans son propre intérêt et non comme une Union européenne. Maintenant, avec la pandémie, ils ont agi comme l'Union européenne.

Oui, je vois comment tout au long des dernières crises que l'Union européenne et le reste du monde ont subi, parce que ça a été une tendance globale ; la question de la crise économique, puis peut-être la crise de l'immigration que nous avons eue depuis 2015, donc frappante avec le conflit en Syrie et plus tard le Brexit ou même l'élection de Trump aux États-Unis, a conduit l'Union européenne à accumuler coup sur coup, crise sur crise dans laquelle, c'est vrai, il faut le reconnaître, ça a été un terreau important pour ces thèses plus nationalistes de nature plus europhobe. Au Parlement européen, nous le voyons tous les jours. Ces partis qui se nourrissent de l'opposition à tout ce qui implique de céder plus de compétences à l'Union européenne, la seule chose qui les intéresse, c'est de renationaliser les politiques, etc. Mais ces partis, qui sont plus europhobes, comme vous l'avez dit avant, très bien, avec la sortie du Royaume-Uni il a été démontré que peut-être cela a été plus un vaccin qu'autre chose. Et je n'entends aujourd'hui au Parlement européen aucun parti d'aucun pays défendre la sortie de son pays. Maintenant, ce dont ces partis europhobes parlent, c'est de la manière de rester fort au sein du Parlement européen pour essayer de dissoudre ces ambitions de retirer plus de pouvoirs aux institutions européennes et de renationaliser certaines politiques, mais ils ont l'intention de rester à l'intérieur. Et je pense qu'en Espagne, nous nous sommes rendu compte, plus fortement que jamais en raison des dernières crises, que l'Europe joue un grand rôle, qu'elle a beaucoup à décider sur la vie quotidienne du citoyen, nous ressentons encore un manque important de connaissances sur le fonctionnement des institutions, mais nous ne doutons plus qu'elles jouent un rôle, et un grand rôle. Par conséquent, je crois que le sentiment des citoyens, lorsque nous écoutons, avant tout, les sondages - ce qui est finalement le plus clair, ce qui nous parle le mieux - nous continuons à voir, par exemple, dans le dernier Eurobaromètre d'il y a quelques jours, que 81 % des Européens pensent que la conférence sur l'avenir de l'Europe doit servir à réformer l'Union européenne, à améliorer la gestion des crises, et que cela doit être fait par l'Union européenne ; 66 %, par exemple, de l'Union européenne, comme une perspective importante pour offrir cet avenir et cet emploi aux jeunes d'aujourd'hui. On dit aussi que l'Union européenne est un endroit très stable dans un monde plus instable. Si vous regardez ces enquêtes, vous vous rendez compte, surtout en Espagne, où nous sommes toujours en tête des sondages, que nous avons vraiment la conviction que, face aux défis mondiaux, nous avons besoin de solutions mondiales. Et que l'Union européenne résoudra toujours mieux nos problèmes, non pas parce que nous sommes meilleurs ou parce que les institutions accomplissent quelque chose que le gouvernement national n'accomplit pas, mais parce que nous allons pouvoir affronter ensemble les défis que nous ne pouvons résoudre qu'ensemble parce qu'ils sont mondiaux : l'immigration, la pandémie de coronavirus, etc. Je crois qu'il s'agit d'un sujet qui a vraiment touché une corde sensible chez les citoyens espagnols. Et si nous gardons également à l'esprit que cette polarisation et cette fragmentation des opinions, qui sont devenues une tendance générale dans le monde entier en raison de la mondialisation et des crises que nous avons mentionnées, sont devenues si profondes en Espagne que nous voyons que chaque élection commence à ressembler de plus en plus au discours de l'après-guerre civile espagnole dans certains cas, avec des thèses très conflictuelles, très droite contre gauche. Je crois donc que ce débat hostile, cette fragmentation des opinions, cette polarisation de l'opinion publique, provoque encore plus d'incertitude, plus d'usure de la classe politique et fait que les citoyens espagnols regardent avec plus de méfiance la politique en général. Mais, une fois de plus, les sondages nous disent que lorsqu'il s'agit de choisir à quel niveau nous voulons que les principaux problèmes soient résolus, une fois de plus et bien au-delà du niveau national, les réponses sont toujours en faveur d'une résolution à travers l'Union européenne.