PUBLICIDAD

Iberdrola

Marche à Lima contre le gouvernement de Pedro Castillo

Plusieurs membres du cabinet ministériel font l'objet d'enquêtes ouvertes pour corruption et terrorisme
Manifestantes llevan una bandera peruana gigante durante una protesta contra el gobierno del presidente de Perú, Pedro Castillo, en Lima, Perú, el 22 de agosto de 2021 REUTERS/SEBASTIAN CASTANEDA

REUTERS/SEBASTIAN CASTANEDA  -   Des manifestants portent un drapeau péruvien géant lors d'une manifestation contre le gouvernement du président Pedro Castillo à Lima, au Pérou, le 22 août 2021

Des centaines de personnes ont défilé dimanche à Lima pour protester contre le gouvernement du président péruvien Pedro Castillo et insister sur sa vacance, ou sa mise en accusation, en raison de la controverse suscitée par son cabinet ministériel.

Au moins deux manifestations ont eu lieu ce dimanche à Lima, la capitale péruvienne, par des groupes promouvant la vacance du poste du gauchiste Castillo et prétendant défendre la démocratie dans le pays.

De même, un groupe de politiciens de droite, dirigé par l'ancienne candidate à la présidence Lourdes Flores, a mené des manifestations de protestation dans la ville d'Arequipa, dans le sud du pays.

La plus grande marche de Lima a emprunté plusieurs avenues jusqu'au quartier de Miraflores, dans un parc central où un camion a été installé pour la présentation de plusieurs orateurs.

Un manifestante sostiene un cartel en el que se lee ""Policía sí, rondas campesinas no", durante un enfrentamiento con la policía en una protesta contra el gobierno del presidente de Perú, Pedro Castillo REUTERS/SEBASTIAN CASTANEDA
REUTERS/SEBASTIAN CASTANEDA-Un manifestant brandit un panneau sur lequel on peut lire "Police oui, patrouilles paysannes non" lors d'un affrontement avec la police lors d'une manifestation contre le gouvernement du président péruvien Pedro Castillo.

Les manifestants portaient tous des T-shirts rouges et blancs et des drapeaux péruviens, à l'instar des manifestations organisées par l'ancienne candidate à la présidence Keiko Fujimori, qui a été battue au second tour par Castillo.

L'ancien candidat à la présidence Francisco Diez Canseco, du parti Peru Nación, a déclaré aux manifestants que "parler de vacance, c'est parler du salut du Pérou".

Il a rappelé que le 26, le président du Conseil des ministres, Guido Bellido, se présentera devant l'ensemble du Congrès pour demander un vote de confiance à l'exécutif, et que plusieurs partis ont annoncé qu'ils lui accorderaient ce vote.

Toutefois, Diez Canseco a affirmé que "le Congrès a l'obligation constitutionnelle et morale de libérer le siège de Pedro Castillo".

El presidente peruano Pedro Castillo pronunciando un discurso durante su ceremonia simbólica de investidura presidencial en Pampa de la Quinua en Ayacucho, sur de Perú, el 29 de julio de 2021 FP PHOTO / PERUVIAN PRESIDENCY / ALBERTO ORBEGOSO
AFP PHOTO / PRESIDENCE PERUVIENNE / ALBERTO ORBEGOSO-Le président péruvien Pedro Castillo prononce un discours lors de sa cérémonie symbolique d'investiture présidentielle à Pampa de la Quinua à Ayacucho, dans le sud du Pérou, le 29 juillet 2021.

L'homme d'affaires et politicien a ajouté que Castillo "a ajouté à son curriculum" une prétendue accusation contre lui, "celle d'être moralement incapable, avec laquelle il y a une validité absolue pour l'écarter de la présidence de la République".

Plusieurs membres du cabinet ministériel font l'objet d'enquêtes ouvertes pour corruption et terrorisme, et l'ancien ministre des affaires étrangères Héctor Béjar a été remplacé la semaine dernière après avoir affirmé que c'était la marine qui était à l'origine du terrorisme dans le pays.

Un autre intervenant, Ricardo Burga, ancien député du parti d'opposition Acción Popular, a appelé les manifestants à ne pas se désintéresser de leur combat.

El primer ministro de Perú, Guido Bellido, PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Premier ministre du Pérou, Guido Bellido

"Nous devons empêcher le communisme de s'enraciner dans le pays, nous devons empêcher les idéologies étrangères de prendre pied. Nous ne soutenons pas un candidat, nous soutenons notre pays et nous n'allons pas le quitter", a-t-il déclaré.

Le parti de Burga a été identifié comme l'un des promoteurs de la mise en accusation de l'ancien président Martin Vizcarra en novembre de l'année dernière, et le successeur de l'ancien président, le président du Congrès de l'époque, Manuel Merino, était également issu d'Acción Popular.

Toutefois, Merino a également été démis de ses fonctions et remplacé par le législateur Francisco Sagasti, qui a remis la présidence à Castillo le 28 juillet.