PUBLICIDAD

Iberdrola

Marhaba 2022 : 28 000 véhicules pendant le premier week-end de juillet

L'afflux important de voyageurs a créé des files d'attente et des embouteillages à Algeciras et Ceuta
paso estrecho

PHOTO/ARCHIVO  -  

"C'est une opération Traversée du détroit comme nous n'en avons jamais vu auparavant", déclare Carlos Morales, porte-parole du Syndicat unifié de la Police. Plus de 28 000 véhicules ont franchi les frontières entre l'Espagne et le Maroc au cours du premier week-end de juillet, qui était également le premier week-end des vacances scolaires. 

Cette situation a mis à l'épreuve l'organisation de la plus grande opération de transit de vacances entre l'Espagne et le Maroc, qui revient après une interruption de deux ans due à la pandémie et à la crise diplomatique. La ligne la plus fréquentée est une fois de plus celle d'Algésiras à Tanger ou Ceuta, qui dans le cas de la ville autonome a connu des retards allant jusqu'à 5 heures, selon des sources locales. 

Selon des sources policières de la ville autonome, pendant le week-end de trois jours des 2 et 3 juillet, une "tempête parfaite" a été créée, au cours de laquelle se sont accumulées des conditions défavorables au bon déroulement de l'OPE. Les voyageurs et les autorités soulignent que la proximité de la fête de l'Aïd-el-Adha, le fait qu'il s'agisse de la première OPE en deux ans, les nouveaux contrôles sanitaires ou la vente de billets "fermés" par les compagnies maritimes sont quelques-uns des ingrédients qui ont formé des embouteillages et de longues files de voitures dans les ports de la baie d'Algésiras, Motril, Ceuta ou Melilla. 

tanger
PHOTO/ARCHIVO

Le syndicat unifié de la police, par la voix de son porte-parole, regrette également que les forces de police n'aient pas été renforcées pour cette opération. Carlos Morales, représentant du syndicat de la police, a déclaré à Atalayar que le manque de personnel dans la police portuaire a ajouté à l'effet négatif de ce week-end. 

L'Association des Amis du Peuple Marocain, par la voix de son président, Mohamed Alami, a informé Atalayar qu'elle prépare une plainte auprès du procureur de la République pour la mauvaise organisation de cette édition de l'OPE. "Nous recueillons des preuves et des témoignages sur ce qui s'est passé ce week-end. C'était le chaos, il n'y avait rien de préparé", explique le président de l'association qui représente une grande partie de la communauté marocaine en Espagne. "Les gens ont fait la queue pendant 12 heures, sans eau, sans nourriture, sans toilettes et brûlés par le soleil", a dénoncé Mohamed Alami. Selon l'Association des Amis du Peuple Marocain, une grande partie de la désorganisation est due à la vente de billets fermés par les compagnies maritimes, ce qui empêche toute flexibilité dans les déplacements et aurait entravé le passage des milliers de véhicules qui ont traversé le Maroc les 1er, 2 et 3 juillet. 

Pour sa part, le gouvernement de Ceuta a annoncé lundi 4 juillet au matin qu'il mettrait en œuvre "une série de mesures complémentaires pour faire face à l'urgence qui s'est manifestée en raison des longs délais d'attente qui se produisent dans le transit par la frontière de Tarajal", selon un communiqué du gouvernement régional. Les autorités de la ville de Ceuta devraient distribuer des "sacs d'hydratation" contenant des bouteilles d'eau et des boissons isotoniques pour les conducteurs et les passagers, en plus d'installer de nouvelles bâches pour fournir de l'ombre aux points de repos et d'attente autour des routes et des points de passage. Le gouvernement de Ceuta affirme qu'un dispositif spécial de la Croix-Rouge est déjà en place à l'endroit connu sous le nom d'"esplanade de Loma Colmenar" pour aider en cas d'imprévu.

tanger
PHOTO/ARCHIVO

Selon des sources de la Croix-Rouge de Ceuta, du samedi après-midi au lundi 4 juillet à midi, 150 personnes présentant des symptômes d'insolation ou de déshydratation ont été prises en charge. Le dispositif de la Croix-Rouge mis en place dispose d'une ambulance et de 10 infirmiers bénévoles, ce qui, selon la responsable de la ville autonome, Isabel Brasero, a suffi jusqu'à présent à répondre aux besoins de cette première grande vague de voyageurs. "Ça n'a pas été pire que les autres années, pas mieux non plus. Les chiffres ont été plus ou moins conformes aux prévisions. Chaque année, il y a des pics qui ressemblent à ce week-end", déclare le responsable de la Croix-Rouge à Atalayar, dédramatisant l'affaire.  "Si des ressources supplémentaires sont nécessaires, le système sera étendu", ajoute Brasero. Elle conclut que, s'il y a eu des files d'attente ou des retards plus longs cette année, c'est en grande partie dû aux nouvelles mesures de contrôle sanitaire qui ont été mises en place en raison de la pandémie de COVID-19. 

L'opération "Traversée du détroit" a été organisée par les autorités espagnoles et marocaines, qui, après avoir signé une feuille de route commune de coopération le 7 avril, ont repris des relations diplomatiques normales. On s'attend à ce que 2022 égale ou dépasse les chiffres de 2019, ce qui signifie que plus de 3 millions de passagers circulent entre l'Espagne et le Maroc.