Maroc : des masques pour la diplomatie du coronavirus

Après avoir annoncé le contraire, Rabat décide de ne pas exporter son stock de masques « made in Morocco », qui sont déjà produits à raison de 5 millions d'unités par jour
El ministro de Industria marroquí Moulay Hafid Elalamy habla con empleados de una fábrica de mascarillas protectoras en Casablanca

AFP/ FADEL SENNA  -   El ministro de Industria marroquí Moulay Hafid Elalamy habla con empleados de una fábrica de mascarillas protectoras en Casablanca

Suite au décret des autorités marocaines qui, depuis le 7 avril, rend obligatoire l'utilisation de masques pour sortir dans les rues, les masques sont devenus le sujet vedette de l'opinion publique et ont été publiés au Maroc ces derniers jours. A ce jour, selon le responsable de l'industrie et du commerce, Moulay Hafid Elalamy, 13 millions de masques ont été distribués dans les entreprises, 100 % « made in Morocco ». Le pays voisin, qui a 35 millions d'habitants à protéger, s'est distingué par la dureté des mesures de confinement adoptées - parmi lesquelles l'état d'urgence sanitaire, en vigueur en principe jusqu'au 20 avril - alors que l'épidémie de coronavirus était encore à un stade précoce. La gestion de la crise est louée à l'intérieur et à l'extérieur des frontières du Maghreb. 

Centro de Marruecos vacío
PHOTO/AP - Rue vide dans le centre de Rabat (Maroc) après l'annonce de l'état d'urgence sanitaire en image le dimanche 22 mars

Le Maroc, a déclaré le ministre lundi, « a dépassé la production journalière de 3,2 millions de masques et atteindra dès mardi 5 millions par jour. Le souhait des autorités marocaines est d'atteindre 80 millions d'unités. Les masques sont l'un des rares éléments efficaces pour prévenir la pandémie de COVID-19. Et ils sont devenus un objet de désir recherché. Après avoir annoncé qu'une partie du stock national serait vendue à l'étranger, Rabat ne veut pas se débarrasser d'une seule pièce.   

« Nous avons décidé de fournir aux citoyens ces masques de protection en les mettant en vente dans plus de 60 000 magasins locaux », a expliqué le responsable de l'industrie et du commerce marocains dans des déclarations recueillies par le journal numérique local Le360. Le ministre a admis que les paquets de 50 et 100 masques ne sont plus vendus afin d'éviter la contamination des masques. Le gouvernement va maintenant les commercialiser par paquets de 10 unités.   

Les masques - subventionnés par l'État par le biais du fonds spécial de solidarité destiné à atténuer les conséquences de la pandémie, qui a reçu des contributions privées et publiques depuis le 15 mars et a dépassé les 3 milliards d'euros - sont vendus dans les épiceries de quartier et les grands centres commerciaux à un prix fixe : 80 centimes de dirhams par unité, soit l'équivalent de 7 centimes d'euro. Le fait de ne pas porter de masque lors des sorties est puni d'amendes et même d'emprisonnement en vertu du décret actuel sur l'état d'urgence sanitaire.

Trabajadores fábrica de mascarillas
AFP/ FADEL SENNA - Des ouvriers d'usine emballent des masques de protection jetables à Casablanca (Maroc) le 10 avril au plus fort de la crise du coronavirus

D'autre part, après avoir rencontré des représentants du secteur pharmaceutique, le ministre de l'Industrie a souligné ce lundi que le secteur a la responsabilité d'« accompagner les citoyens dans cette période de crise », selon les termes recueillis par l'agence d'État MAP. Le président du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, Hamza Guedira, a déclaré lundi que les pharmacies commenceront également à vendre des masques subventionnés pour un usage général. Le ministre de l'industrie a rappelé que jusqu'à présent les pharmacies ne vendent que les masques médicaux, dont le prix est plus élevé que ceux distribués dans les magasins et supermarchés locaux. 

Le gouvernement fait marche arrière : les masques ne sont pas exportés 

Après avoir affirmé le contraire mardi de la semaine dernière, les autorités du pays voisin ont fait marche arrière vendredi et les masques de production nationale destinés au grand public ne seront pas exportés malgré la demande étrangère croissante, y compris en provenance d'Espagne. « Nous allons exporter très bientôt vers l'Europe et les pays voisins », a déclaré le ministre dans une interview à la chaîne Al Oula le 6 avril avant de faire demi-tour. Le délégué de l'agence Efe à Rabat, Javier Otazu, a assuré le même jour que les expéditions sanitaires du Maroc vers l'Espagne étaient déjà en cours de négociation.   

La décision annoncée par Elalamy - le membre le plus actif du cabinet pendant les derniers jours de la crise, le Premier ministre El Othmani gardant un profil bas - est intervenue deux jours après l'annonce que l'Espagne suspendait la fourniture de certains médicaments génériques au Maroc dans le contexte de la pandémie. L'Agence espagnole des médicaments, dans un rapport publié par El Mundo et recueilli par divers médias marocains, a soutenu qu'il y avait une « pénurie » de médicaments afin de suspendre les contrats de vente en cours. Parmi les médicaments demandés par le Maroc qui, selon ces informations, ne seront pas distribués au pays voisin, figure la chloroquine, que les centres de santé marocains prescrivent de manière généralisée depuis des semaines aux patients atteints de coronavirus. L'Espagne agirait avec le Maroc de la même manière que la Turquie avec notre pays.   

L'ambassade d'Espagne à Rabat a par la suite nié toute saisie de ces médicaments. « La nouvelle en question concernait trois envois spécifiques de médicaments destinés au Maroc, qui ont tous été autorisés par l'Agence espagnole des médicaments (AEMPS) pour l'exportation » vers le pays voisin. « En Espagne, comme dans d'autres pays, en cas de besoin accru de médicaments, l'AEMPS peut examiner et retenir provisoirement les envois à l'exportation pour analyser s'ils sont conformes aux exigences ».   

La vérité est que le Vendredi Saint lui-même, le Roi Mohammed VI et le Roi Philippe VI, chefs d'Etat respectifs du Maroc et de l'Espagne, ont eu une conversation téléphonique au cours de laquelle, selon les rapports de la Maison du Roi, ils ont parlé de la nécessité pour la communauté internationale de donner une réponse commune à la pandémie de coronavirus. Cependant, il n'est pas apparu que les monarques aient abordé la question des masques.   

Mohamed VI y Felipe VI
PHOTO/AFP - Photo d'archive montrant le Roi Philippe VI d'Espagne et Mohammed VI du Maroc au Palais Royal de Rabat le 14 juillet 2014

Et de l'Espagne à la France, autre pays fondamental pour l'économie et la diplomatie marocaines. L'opposition française, surtout des secteurs nationalistes, a utilisé les masques ces derniers jours pour critiquer le président Emmanuel Macron lorsqu'il loue la façon dont le Maroc s'est tourné vers la production locale de matériel sanitaire. Le chef de l'Etat français a admis lundi soir que le confinement des masques est rare dans son pays. Les réseaux sociaux sont aujourd'hui inondés de mèmes et de comparaisons entre la gestion des équipements médicaux effectuée par les autorités marocaines et françaises.

Débat ouvert sur la qualité des masques 

En période d'enfermement, les réseaux sociaux se sont imposés comme un espace de débat au Maroc, et ces derniers jours, des vidéos ont circulé au Maroc pour démontrer la mauvaise qualité apparente de nombreux masques produits dans ce pays du Maghreb. Cependant, les autorités locales s'efforcent de défendre le fait que le matériel produit contre la montre présente toutes les garanties sanitaires.   

Pour que les masques soient conformes aux caractéristiques techniques appropriées, le ministère de l'industrie prépare un décret les définissant et, selon le directeur de la communication du département gouvernemental susmentionné dans une interview à l'hebdomadaire marocain TelQuel, cela deviendra une réalité dans les prochains jours.   

En attendant, l'état de la pandémie COVID-19 au Maroc reste une énigme au vu de la rareté des tests de dépistage qui ont été réalisés. Selon les chiffres officiels, au moment de la rédaction du présent rapport, le Maroc avait déclaré 1 763 cas et 126 décès

La pire année du siècle pour l'économie marocaine

La vérité est que l'alliance de la crise du coronavirus et de la mauvaise année hydrologique - dans un pays fortement dépendant de la production agricole - laisse penser que l'année en cours sera particulièrement mauvaise pour le Maroc. Selon Ahmed Lahlimi, directeur de l'agence statistique marocaine officielle, le Haut-Commissariat au Plan (HCP), dans un entretien avec l'agence Efe, l'année en cours sera la pire du siècle dernier.   

Le chef de l'institution estime que l'État a pu faire face à cette situation exceptionnelle grâce à la mobilisation des ressources nationales et aux initiatives sociales promues par le roi Mohammed VI et soutenues par le gouvernement.  

Selon M. Lahlimi, la crise est multidimensionnelle car aucun secteur ne sera épargné : outre l'agriculture et le tourisme (qui représentent 20 % du PIB), la pandémie aura également des conséquences sur d'autres secteurs primaires et secondaires (l'artisanat ou l'industrie agroalimentaire, par exemple). Les exportations automobiles, de phosphates et de textiles, qui, avec le tourisme et les envois de fonds des migrants, sont la principale source de devises du pays, seront également touchées.

Rey de Marruecos con mascarilla
PHOTO/MAP - Le roi Mohammed VI du Maroc reçoit les nouveaux ministres de l'éducation Saaid Amzazi et de la culture Othman El Firdaouss, en présence du chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani

« Nous souffrons de la crise du secteur automobile, qui représente plus de 20 % de nos exportations ; les phosphates se maintiennent, mais ils subissent les effets de la baisse des volumes et des prix, tandis que le textile est dans la même situation. C'est comme une chaîne d'impacts », a-t-il souligné dans l'interview de la journaliste d'Efe, Fatima Zohra Bouaziz.  

Dans ses dernières projections, le HCP a indiqué que l'économie marocaine se contractera jusqu'à -1,8% au deuxième trimestre de cette année, avec des pertes estimées à 10,9 milliards de dirhams (970 millions d'euros) pour cette même période.  

Au vu de tous ces impacts, Lahlimi estime que les taux de croissance « seront sûrement négatifs » au Maroc, notamment parce que le pays ne peut échapper à la situation difficile que connaît son environnement régional, en particulier dans l'Union européenne, avec laquelle le pays du Maghreb maintient 70 % de ses échanges économiques. 

La récession redoutée ramènera le Maroc aux années 1990, où il a connu trois années de croissance négative culminant en 1995 par un effondrement de 6,5 % du PIB national en raison de la sécheresse, dans une économie qui était (et est toujours, bien que dans une moindre mesure) fortement dépendante de l'agriculture.  

Si la crise sanitaire actuelle ne s'était pas produite, selon les données du HCP dans son dernier rapport trimestriel, l'économie marocaine aurait connu une croissance de 1,9 % en glissement annuel au premier trimestre de l'année.  

Lahlimi est également favorable au recours à l'emprunt interne ou externe lorsque cela est nécessaire pour financer les investissements, mais pas les dépenses de fonctionnement, même si cela implique d'augmenter le déficit public

A cet égard, il a critiqué les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) de ne pas dépasser certains plafonds de croissance. « Certains indicateurs ne doivent pas être atténués. Le déficit de 2 ou 3 % est un mythe et la croissance qui doit être de 6 % en est un autre. La croissance ne dépend pas du niveau mais du contenu. Va-t-elle créer des emplois et des revenus ? N'y a-t-il pas des inégalités sociales dans cette croissance ? C'est la chose la plus importante », a conclu le chef du Haut-Commissariat au Plan dans l'interview susmentionnée.