PUBLICIDAD

Iberdrola

Maroc : drones et avions de chasse parmi les nouveaux projets militaires

Dans un contexte régional et mondial instable, le pays d'Afrique du Nord fait le pari de lancer sa propre industrie militaire locale
marruecos-brigadas

PHOTO/ARCHIVO  -   Brigades marocaines

Il est un fait que le Maroc est entré de plain-pied dans l'industrialisation militaire avec la fabrication de drones et autres équipements militaires, la modernisation de ses F-16 et la réception des premiers lots d'hélicoptères Apache.  Dans le cadre du projet de loi de finances 2023, le plafond de dépenses du portefeuille d'Abdelatif Loudiyi a été fixé à un peu moins de 120 milliards de dirhams, soit 11 milliards de dollars. Dans le budget des forces armées, le chiffre passe à 5,54 milliards de dollars, contre 5,35 milliards en 2022. Une partie des plans du royaume marocain consiste à créer un tissu industriel et militaire robuste au niveau national. 

Par ailleurs, le vice-ministre du chef du gouvernement chargé du département de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi, a dévoilé le budget 2023 lors d'une réunion avec la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. Les partenaires de Rabat, les Etats-Unis et Israël, ont été les premiers à annoncer leur volonté de se rapprocher de l'expérience marocaine. A cet égard, Abdellatif Loudiyi a déclaré que la production nationale sera axée sur la production de drones et la modernisation de son F16. 

atalayar-marruecos-ejercito
PHOTO/ARCHIVO - 

Sans donner plus de détails, Loudiyi a précisé que le projet comprend également la construction d'une usine de maintenance d'avions militaires, prévue dans la région de Benslimane, au nord de Casablanca.  Le ministre a également rappelé que le gouvernement a déjà adopté une loi ouvrant la voie à l'octroi de licences pour le développement des industries militaires "pour renforcer l'indépendance" du Royaume dans ce domaine. Il a également révélé le nombre de soldats déployés pour protéger les frontières. En effet, plus de 50 000 soldats gardent les frontières du Maroc, dont 3 300 km sur terre, 3 500 km sur mer et dans l'espace aérien. 

Le vice-ministre a affirmé que la mission de l'Armée Royale, ainsi que celle de la Gendarmerie Royale, est de mobiliser d'importants moyens matériels et humains pour le contrôle et la surveillance des frontières, tout en précisant que le renforcement de ses capacités opérationnelles pour faire face aux menaces figure parmi les principales préoccupations des Forces Aériennes Royales (FAR), "les forces terrestres disposent de points fixes et d'appui, d'unités d'intervention, d'un système de surveillance électronique composé de radars fixes et mobiles, ainsi que de moyens audiovisuels électroniques et de mini-drones", a-t-il ajouté. 

helicoptero-apache-eeuu
AFP/FADEL SENNA - Des hélicoptères d'attaque américains AH-64 Apache survolent la région de Tan-Tan lors du deuxième exercice militaire annuel "African Lion"

L'entrée dans le monde de la production mondiale d'armes a constitué un tournant décisif pour l'industrie militaire du pays, qui visait initialement à réduire la dépendance à l'égard des grandes puissances et des fournitures d'armes. 

Par ailleurs, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Chine, Israël et même l'Inde, qui semblent intéressés par ce nouveau marché nord-africain, sont disposés à se ranger du côté du Maroc et à l'accompagner dans les premiers pas vers la transformation du royaume marocain en un pays doté de l'industrie militaire la plus puissante du continent. Parmi les ateliers que le Maroc développera avec ses alliés figurent la modernisation des avions F-16 et des hélicoptères Apache, un avion de lutte contre les incendies Canadair et une usine de drones. 

caza-f16-marruecos
AFP/FADEL SENNA - Un avion de combat F-16 Fighting Falcon de l'Armée de l'air royale marocaine survole la scène pendant l'exercice militaire "African Lion"

Le Royaume travaille également à la réparation de ses infrastructures pour accueillir les avions de chasse américains. Les ateliers portent sur la conception des installations et des infrastructures de soutien, y compris les équipements de simulation de vol et de sécurité, qui nécessitent une expertise internationale hautement qualifiée.