Maroc et Espagne : les causes des récentes frictions

Plus que des ambitions nationalistes, les tensions avec Ceuta et Melilla sont dues à des raisons économiques
Atalayar_El Primer Ministro de Marruecos, Saad Eddine el-Othmani, y el presidente español Pedro Sánchez

AFP/FADEL SENNA  -   Le Premier ministre marocain Saad Eddine el-Othmani et le Président espagnol Pedro Sanchez

L'année 2020 va se terminer de la même manière qu'elle a commencé dans les relations entre le Maroc et l'Espagne : avec des frictions. Si, au début de l'année qui s'achève, la question était maritime, la souveraineté marocaine sur les eaux proches des îles Canaries riches en gisements de tellure, les frictions sont maintenant dues aux récentes déclarations du Premier ministre alaouite - Saadedin Otmani - sur la souveraineté marocaine sur Ceuta et Melilla.

S'il est vrai que cette affirmation est typique du nationalisme marocain, qui a été la cause de frictions dans le passé (comme cela s'est produit en décembre 2010 suite à la condamnation par le Congrès des députés de l'expulsion d'un camp sahraoui à El Aauín et en 2007 avec la visite du roi et de la reine émérite à Ceuta et Melilla) et que le Maroc est à un point sensible de sa politique étrangère suite à l'affirmation par l'administration Trump de son contrôle sur le Sahara occidental, Ce front doit son essor à une série d'actions résultant de la réaction de l'actuel cabinet espagnol à la récente escalade de tension entre Rabat et le Polisario, en particulier le positionnement du partenaire de la coalition dans le conflit du Sahara occidental.

L'Espagne est intéressée à maintenir de bonnes relations avec le Maroc pour des raisons géopolitiques. Géographiquement, le Maroc est la frontière sud de l'Espagne, car il est le premier pays d'Afrique à avoir des frontières avec Ceuta, Melilla et les îles Canaries. Politiquement, le Maroc est un fidèle allié de l'Occident, en particulier de la France et des États-Unis, qui sont également des alliés de l'Espagne. Une mauvaise relation avec le Maroc aurait des répercussions sur les relations entre l'Espagne et les alliés susmentionnés. Enfin, la proximité géographique des deux pays donne lieu à une relation commerciale et migratoire fructueuse qui profite aux deux parties, comme en témoignent les consulats et les institutions financières marocaines présents en Espagne. 

Atalayar_Ceuta Melilla (2)

À l'échelle bilatérale, le Maroc et l'Espagne sont liés par des liens coloniaux, le différend sur le Sahara occidental étant la question la plus épineuse. Malgré cela, les différents gouvernements démocratiques d'Espagne ont réussi à maintenir de bonnes relations avec le Maroc, modifiant les frictions (l'incident sur l'îlot de Perejil en 2002 étant le point le plus bas) par de bonnes relations commerciales. Preuve de l'importance que Madrid accorde à Rabat, traditionnellement, le premier mouvement d'émigration du nouveau président espagnol se fait vers le Maroc

Malgré ces liens, les récents développements concernant le Sahara occidental ont joué un rôle dans l'explication du récent ralentissement économique.

Les déclarations du deuxième vice-président Pablo Iglesias exigeant un référendum d'autodétermination et ses sympathies pour le Polisario ne sont pas passées inaperçues du Maroc, qui voit avec hostilité toute trace de sympathie envers les thèses du Polisario. Le Maroc sera également mal à l'aise avec le discours selon lequel il utilise la récente escalade migratoire aux Canaries comme une forme de chantage sur l'Espagne, soit pour obtenir que l'Espagne reconnaisse la souveraineté marocaine sur le Sahara, soit pour obtenir plus d'aide pour l'Europe, un discours qui est encouragé par certains dirigeants politiques aux Canaries1. À long terme, il n'était pas non plus nécessaire de se sentir bien pour le Maroc que Pedro Sanchez rompe avec la tradition et ne se rende pas au Maroc lors de son premier voyage officiel en tant que président (il a rencontré Macron le 23 juin 2018, mais ne s'est pas rendu au Maroc avant novembre de cette année-là). Ce malaise explique la décision de reporter la réunion de haut niveau prévue pour le 17 décembre, qui aura finalement lieu en février prochain. Bien que l'excuse officielle ait été qu'elle a été reportée à cause du Covid, la présence initiale de Pablo Iglesias à cette réunion, malgré ses sympathies pour le Polisario, explique la raison d'une telle décision, surtout si l'on tient compte du fait que la réunion a été reportée peu après la décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara.

Atalayar_migrantes_melilla_marruecos
AFP/ANTONIO SEMPERE - Ressortissants marocains, à Melilla

En ce qui concerne Ceuta et Melilla, comme nous l'avons vu précédemment, les ambitions du Maroc ne sont pas nouvelles, elles s'épanouissent lorsque les relations bilatérales se heurtent à des frictions. Cependant, une rubrique du journal marocain L'Opinion2 offre une perspective marocaine intéressante sur Ceuta et Melilla. Plus que des ambitions nationalistes, les tensions avec Ceuta et Melilla sont dues à des raisons économiques : la circulation des marchandises entre les villes autonomes et le Maroc. La fermeture du côté marocain à cause de la pandémie a mis fin à ce commerce, que Rabat considère comme de la contrebande, mais qui donne tout son pouvoir à l'économie des villes autonomes. Les zones franches de Tanger et Fnideq (Castillejos près de Ceuta) et les ports de Tanger Med et Nador West Med sont, selon L`Opinion, perçus par Madrid comme une menace pour l`économie des deux villes autonomes. Du côté espagnol, la perception marocaine du conflit économique est reflétée dans une Tribune de Carlos Echevarría Jesús, directeur de l'Observatoire Ceuta et Melilla de l'Institut de la Sécurité et de la Culture et professeur de Relations Internationales à l'UNED pour El Mundo3. Dans ce document, la fermeture du côté marocain est considérée comme une stratégie visant à "étrangler les deux villes autonomes espagnoles".

En conclusion, le récent revers des relations hispano-marocaines, mis en scène dans les déclarations du Premier ministre alaouite sur la souveraineté marocaine de Ceuta et Melilla, se produit avec un gouvernement de coalition en Espagne où une partie du gouvernement s'oppose aux thèses marocaines sur le Sahara, ce qui met le royaume alaouite mal à l'aise. Cependant, les relations bilatérales sont bonnes, malgré quelques frictions sur Ceuta et Melilla et sur le Sahara. La perception des échanges commerciaux entre les villes autonomes et le Maroc explique également cette friction, car les deux parties ne partagent pas la même position sur la légalité des échanges, en particulier la décision du Maroc de fermer son côté de la frontière en raison de la pandémie et de l'impact d'une telle mesure.

Notes de bas de page
  1. La Tribune d'Antonio Morales, président de l'île de Grande Canarie, en est un exemple. "L'immigration et le chantage marocain. Iles Canaries 7, 22 novembre 2020. Disponible à l'adresse suivante Immigration et chantage marocain | Canaries7
  2. "Maroc-Espagne : Les dessous d`une crise diplomatique", L`Opinion, 22 décembre 2020. Disponible à l'adresse suivante Maroc-Espagne : Les dessous d'une crise diplomatique passagère (lopinion.ma)
  3. "Ceuta et Melilla, une étape de plus dans la course effrénée du Maroc voisin". El Mundo, le 22 décembre 2020. Disponible à l'adresse suivante  Ceuta et Melilla, une étape de plus dans la course frénétique du Maroc voisin : l'Espagne (elmundo.es)