PUBLICIDAD

Iberdrola

MedaWeek souligne l'importance de la sécurité alimentaire et énergétique en Méditerranée

La semaine des leaders économiques méditerranéens à Barcelone s'achève sur la première des trois journées consacrées aux opportunités énergétiques et agroalimentaires de la région
atalayar-medaweek-barcelone-2022-sécurité-énergie-énergie-alimentation-méditerranée-économie

PHOTO/MEDAWEEK  -   Conférence sur "La sécurité énergétique en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" à MedaWeek à Barcelone

La communauté internationale avait l'habitude de se qualifier de multilatérale et d'interconnectée, mais l'arrivée de deux crises successives ces dernières années - celle issue de la pandémie de Covid-19, et celle qui a suivi l'invasion de l'Ukraine par la Russie - semble avoir remis ces qualités en question. L'Europe, qui est l'une des régions les plus dépendantes des approvisionnements énergétiques russes, et l'Afrique du Nord, qui dépend des céréales ukrainiennes, ne sont que quelques exemples des liens de dépendance qui se sont tissés au niveau international, et qui n'ont pas grand-chose à voir avec la diversification et le multilatéralisme des relations. 

En ce sens, la Semaine des leaders économiques méditerranéens (MedaWeek), qui se tient les 16, 17 et 18 novembre à Barcelone, a pour objectif de servir d'espace pour repenser et promouvoir non seulement les secteurs de l'énergie et de l'agroalimentaire de la région méditerranéenne, mais tous les secteurs économiques clés, ainsi que toutes les valeurs culturelles basées sur le territoire. 

atalayar-medaweek-barcelona-2022-seguridad-energía-energética-alimentaria-mediterráneo-economía
PHOTO/MEDAWEEK - Luis Miranda, directeur de projet de l'ASCAME, à MedaWeek Barcelone

La seconde moitié de la première journée de la MedaWeek a été consacrée à la "Conférence sur la sécurité énergétique en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles", qui a abordé certaines des lacunes, des défis et des opportunités de l'approvisionnement énergétique mondial - en partant de la perspective régionale de la Méditerranée - par des experts tels que la PDG de Crystol Energy, Carole Nakhle, et le professeur d'ingénierie énergétique à l'Université du Caire et ancien président de NREA Egypt, Mohamed el Sobki, qui ont participé par télémétrie. 

Cependant, Leon Stille, PDG de la New Energy Business School, et Jessica Obeid, fondatrice et PDG de New Energy Consult, n'ont pas pu assister à la conférence en raison de problèmes de santé, tout comme Houda Ben Jannet, directrice générale de l'Observatoire Méditerranéen de l'Energie (OME), pour des raisons techniques. 

atalayar-medaweek-barcelona-2022-seguridad-energía-energética-alimentaria-mediterráneo-economía
PHOTO/MEDAWEEK - "Conférence sur la sécurité énergétique en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" à la MedaWeek de Barcelone

Ainsi, après une première évaluation au cours de laquelle le directeur du projet ASCAME, Luis Miranda, a souligné l'importance de renforcer la coopération, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, les spécialistes ont tenté de répondre à des questions telles que les solutions stratégiques et économiques possibles pour optimiser les opérations et promouvoir la viabilité dans une perspective d'avenir, ou les alternatives pour relier la région méditerranéenne et l'Union européenne afin de tirer parti de leurs ressources. 

Dans son discours, Mohamed el Sobki a mis l'accent sur la promotion des énergies renouvelables et l'interconnexion physique par le biais d'infrastructures communes entre les deux régions pour faire face à l'instabilité énergétique croissante à laquelle le monde entier semble être confronté. 

atalayar-medaweek-barcelona-2022-seguridad-energía-energética-alimentaria-mediterráneo-economía
PHOTO/MEDAWEEK - Carole Nakhle, PDG de Crystol Energy, lors de la "Conférence sur la sécurité énergétique en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" pendant la MedaWeek à Barcelone

"Tout de même, 83% de l'énergie mondiale provient de sources telles que le gaz ou le pétrole", a rappelé Carole Nakhle, PDG de Crystol Energy, qui a fait valoir que l'augmentation des prix de l'énergie est intervenue avant l'invasion de l'Ukraine, et qu'elle est donc liée à des décisions économiques prises auparavant. "Beaucoup d'entre elles étaient liées à la crise de l'approvisionnement après la pandémie de Covid-19", a rappelé Mme. Nakhle. "Ce qu'il faut maintenant, c'est améliorer la confiance des investisseurs [dans les projets d'exploration et d'extraction des ressources énergétiques] et stimuler les bonnes politiques d'investissement", a-t-il fait valoir, "nous devons parler de sécurité pour les producteurs d'énergie, et pas seulement pour les consommateurs". 

En effet, les deux intervenants se sont accordés sur l'approche du marché libre qui a remis en question les mesures interventionnistes des gouvernements européens à la suite de la crise du coronavirus et de la guerre, et ont préconisé de "comprendre le marché libéralisé comme un moyen de réduire les risques", selon les termes de M. Sobki. 

atalayar-medaweek-barcelona-2022-seguridad-energía-energética-alimentaria-mediterráneo-economía
PHOTO/MEDAWEEK - "Conférence sur la sécurité alimentaire en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" lors de la MedaWeek à Barcelone

Par la suite, la table ronde "Conférence sur la sécurité alimentaire en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" a réuni, une fois de plus, le directeur de projet d'ASCAME, Luis Miranda, et l'associé directeur de GO Consulting Maroc, Ali Bensouda, ainsi que la chercheuse du Centre régional allemand pour le développement durable et le changement global au Moyen-Orient (SAGE), Sara Ashour. Tarek El-Sherbini, responsable régional de l'alimentation et de l'agroalimentaire à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), a participé par vidéoconférence, tandis que Ben Leyka, PDG de l'African Agri Council, et André Laperrière, PDG de Global Open Data for Agriculture Nutrition (GODAN), n'ont pu être présents.

"Nous ne pouvons pas manquer l'occasion offerte par une crise pour apporter des changements et améliorer la résilience de la chaîne d'approvisionnement alimentaire dans la région méditerranéenne", a déclaré Tarek El-Sherbini, expliquant que ce sont les pays d'Afrique du Nord, la région où est basé son travail, qu'il a appelés "pays en aval", qui ont le plus souffert de la perturbation de l'approvisionnement en céréales ukrainiennes. Ces produits faisaient partie des importations les plus importantes de la région. 

atalayar-medaweek-barcelona-2022-seguridad-energía-energética-alimentaria-mediterráneo-economía
PHOTO/MEDAWEEK - Ali Bensouda, associé directeur de GO Consulting Maroc, lors de la "Conférence sur la sécurité alimentaire en Méditerranée : de nouvelles solutions pour des temps difficiles" pendant la MedaWeek à Barcelone

Sara Ashour a souligné la nécessité d'un nouveau modèle de gouvernance, et a fait valoir que la meilleure façon d'accroître la résilience des politiques économiques et agroalimentaires européennes est la diversification des accords commerciaux qui relient l'UE à ses régions voisines, comme l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Mme. Ashour a également mentionné le rôle de la numérisation technique et technologique. 

Enfin, Ali Bensouda, associé gérant de GO Consulting Maroc, qui a souligné que l'une des conclusions les plus notables de la présentation était l'augmentation de près de 40 % du prix du blé, et qui a qualifié d'impérative la recherche de la sécurité alimentaire, a déclaré : "Nous devons agir maintenant. Nous devons supprimer toutes les barrières et rechercher une vision régionale pour faire de la Méditerranée la ferme agricole du monde. Pour l'instant, notre plus grand ennemi est le temps, et nous ne pouvons que profiter des opportunités qui existent aujourd'hui.