Mesures de sécurité extraordinaires pour le lancement réussi du satellite espion Falcon Eye 2 des Émirats

Il a été envoyé dans l'espace par une fusée Soyouz russe après avoir jeté la Vega européenne qui a détruit son jumeau Falcon Eye 1 et l'Ingenio espagnol
Les militaires français déployés en Guyane montent la sécurité et la défense contre d'éventuelles attaques par des avions, des hélicoptères, des missiles et des drones armés

PHOTO/Armée de Terre  -   Les militaires français déployés en Guyane montent la sécurité et la défense contre d'éventuelles attaques par des avions, des hélicoptères, des missiles et des drones armés

Le lancement d'un lanceur russe Soyouz, transportant un satellite à double usage appartenant au gouvernement de l'émirat, le 2 décembre, a été entouré du plus grand déploiement de sécurité que la base spatiale de Kuru ait connu depuis son ouverture il y a plus de 50 ans. 

Le renforcement de l'opération Titan demandé par les autorités émiraties au président Emmanuel Macron a cherché à empêcher, et a réussi à empêcher, tout type de sabotage ou d'action terroriste qui pourrait faire échouer le lancement en orbite de Falcon Eye 2, sa nouvelle plateforme d'observation à usage civil et militaire. 

El Vuelo Soyuz número 24 ha despegado el 2 de diciembre, a las 02:33 de la madrugada, hora peninsular española, con el Falcón Eye 2 de Emiratos a bordo y quizás otros pequeños satélites de los que todavía nada se sabe
PHOTO/ESA-CNES-Arianespace-CSG - Le vol Soyouz numéro 24 a décollé le 2 décembre à 2h33, heure péninsulaire espagnole, avec à son bord l'Emirates Falcon Eye 2 et peut-être d'autres petits satellites dont on ne sait encore rien

Le vol codé VS24 ou Soyouz numéro 24, s'est élevé dans le ciel à 2h33 du matin, heure péninsulaire espagnole. Il a placé le Falcon Eye 2 à environ 611 kilomètres de hauteur et peut-être d'autres petits satellites aussi, mais on ne sait rien à leur sujet. En raison du décalage horaire avec l'Espagne, en Guyane française - au nord du Brésil - il était 22h33 dans la nuit du 1er décembre.  

Plate-forme d'observation électro-optique à haute résolution pesant 1 190 kilos, Israël la décrit comme un satellite espion, mais ne la considère pas comme une menace pour sa sécurité. Heureusement, en moins d'une heure, le lancement a été un succès, car le gouvernement de l'Émirat et Arianespace, la première société européenne de services de lancement, jouaient avec leur argent et leur prestige international.  

Soldados franceses vigilan la entrada principal de la base espacial de Kurú, en la Guayana francesa. Al fondo, un modelo a escala natural del lanzador europeo Ariane 5
PHOTO/Armée de Terra - Des soldats français gardent l'entrée principale de la base spatiale de Kuru en Guyane française. En arrière-plan, une maquette grandeur nature du lanceur européen Ariane 5

Dans le cas d'Arianespace, un autre accident qui aurait ruiné le lancement d'un satellite chargé de se mettre en orbite aurait été un très grave revers pour la crédibilité de ses opérations de lancement. Il faut rappeler qu'il y a deux semaines, le vol du lanceur Vega du 17 novembre a été un échec et a détruit la plate-forme espagnole Ingenio et le satellite français Taranis. 

El satélite que aparece en la imagen es el Falcon Eye 1, que quedó destruido en el lanzamiento del cohete Vega ocurrido en julio de 2019
PHOTO/WAM - Le satellite montré sur l'image est Falcon Eye 1, qui a été détruit lors du lancement de la fusée Vega en juillet 2019
Des mesures de protection renforcées

Depuis l'arrivée du satellite sur le sol sud-américain, le bâtiment d'essai et d'intégration du satellite et la zone de lancement ont fait l'objet de mesures de sécurité périmétriques extraordinaires, comme cela a été le cas autour de la base spatiale de Kurú et dans toute la Guyane française.  

Parmi ces mesures, on peut citer le déploiement accru des forces armées françaises, qui ont fourni une couverture terrestre, navale et aérienne à la base spatiale pour prévenir les sabotages et les attaques terroristes, y compris la défense anti-missiles et anti-bourdons armés. L'armée a été rejointe par les services de surveillance privés qui gardent quotidiennement les installations spatiales.  

En outre, et sur instruction des forces armées des Emirats, propriétaires du satellite, Arianespace a pratiqué un black-out d'information à toute épreuve sur la date et l'heure du lancement, qui n'a été levé que le 28 novembre, date à laquelle elle a annoncé le lancement pour le 30 novembre, qui a depuis été reporté deux fois pour des raisons météorologiques. 

Satélite alta resolución de 1.190 kilos al despegue, Israel lo califica de satélite espía, pero no lo considera una amenaza para su seguridad, en especial ahora que mantiene relaciones cordiales con Emiratos
PHOTO/WAM - satellite haute résolution de 1.190 kilos au décollage, Israël le qualifie de satellite espion, mais ne le considère pas comme une menace pour sa sécurité, surtout maintenant qu'il entretient des relations cordiales avec les Emirats 

Pour les Emirats, une défaillance de la fusée Soyouz avec Falcon Eye 2 ou son mauvais fonctionnement une fois en orbite signifierait la disparition complète du projet Falcon Eye, conçu pour obtenir des images de la planète entière avec une résolution de 0,7 mètres. Il y a 17 mois, le 10 juillet 2019, un lanceur Vega également tiré de Kurú aurait dû mettre en orbite Falcon Eye 1, jumeau de Falcon Eye 2. Mais environ trois minutes après le décollage, alors que le vol Vega numéro 15 (VV15) se trouvait à 80 kilomètres de hauteur, une anomalie grave a été détectée qui a conduit à la perte du satellite.

La fabrication des deux satellites a été réalisée par les filiales françaises d'Airbus Space Systems et de Thales Alenia Space, s'élève à environ 800 millions d'euros et est le résultat d'un accord de gouvernement à gouvernement signé en juillet 2013 entre les Emirats et la France, lorsque la République était présidée par François Hollande et que le Premier ministre était François Fillon.  

El fracaso del lanzador europeo Vega aconsejó al primer ministro y vicepresidente de Emiratos, Mohamed bin Rashid al-Maktoum, a confiar en el ruso Soyuz el envío al espacio del Falcon Eye 2
PHOTO/WAM - L'échec du lanceur européen Vega a conseillé au Premier ministre et vice-président des Emirats, Mohamed bin Rashid al-Maktoum, de faire confiance au Soyouz russe pour envoyer le Falcon Eye 2 dans l'espace 
Neuf mois de retard

Bien que les hypothèses initiales des autorités émiraties aient été favorables à un acte de sabotage, la commission d'enquête n'a pas abouti à une telle conclusion. En septembre, elle a décidé que la raison la plus probable de l'accident était due à une "défaillance thermo-structurelle soudaine et violente" du moteur à combustible solide Zefiro 23 du deuxième étage de propulsion. 

La perte de sa plate-forme d'observation a fait naître les doutes du Premier ministre et vice-président des Emirats, Mohamed bin Rashid al-Maktoum, quant à la fiabilité de la fusée Vega. En accord avec le ministre de la défense Mohamed bin Ahmad al-Bawardi, le gouvernement des Emirats a décidé en janvier de cette année de confier au lanceur russe Soyouz son deuxième Falcon Eye, également commercialisé par Arianespace depuis la Guyane, et de reléguer la fusée Vega au contrat.   

Imagen del Centro de Control Júpiter con los datos en tiempo real sobreimpresos de la misión VV15 del 10 de julio de 2019. A poco más tres minutos del despegue y a 80 kilómetros de altura se produjo el fallo en el cohete Vega
PHOTO/Arianespace - Image du centre de contrôle de Jupiter avec la superposition des données en temps réel de la mission VV15 le 10 juillet 2019. Un peu plus de trois minutes après le décollage et à 80 kilomètres de hauteur, la fusée Vega a échoué 

Lors de ses 23 lancements depuis Kourou, le vétéran Soyouz n'a eu qu'une seule anomalie partielle en vol qui n'a pas entraîné l'échec de la mission. C'est arrivé en août 2014, lorsque deux satellites de la constellation de navigation et de positionnement Galileo de l'Union européenne ont été transportés sur son orbite et ont échoué. Cependant, les deux ont finalement pu être mis dans leur position correcte et devenir opérationnels. 

El proyecto Falcon Eye estaba configurado por una pareja de satélites gemelos de observación electroópticos. Emiratos mantiene en secreto si ha contratado una segunda plataforma para sustituir a la que fue destruida en verano de 2019
PHOTO/CNES-J. Carril - Le projet Falcon Eye a été configuré par une paire de satellites d'observation électro-optique jumeaux. Les Emirats gardent le secret sur la location éventuelle d'une deuxième plateforme pour remplacer celle qui a été détruite à l'été 2019

Le lancement de Falcon Eye 2 était initialement prévu pour le 5 mars. Mais les défaillances détectées dans la phase finale de la fusée Soyouz l'ont retardée. Le 15 mars, les campagnes de vols à Kourou ont été suspendues, la base a été fermée et les techniciens russes opérant la fusée ont quitté la Guyane en raison de la pandémie de COVID-19. En avril, elle était prévue pour la mi-septembre, puis la mi-octobre, puis le 30 novembre, puis le 1er décembre, et enfin le 2 décembre.