Mohammed VI nomme un nouvel inspecteur général en chef de l'armée

Cette nouvelle nomination intervient quelques jours après la tenue des élections
atalayar_Belkhir el-Farouk

AFP/FADEL SENNA  -   Le général de division marocain Belkhir el-Farouk salue des officiers à leur arrivée pour participer à l'exercice militaire "African Lion" à l'aéroport militaire de Grier Labouihi, dans le sud-est du Maroc.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a nommé Farouk Belkhir inspecteur général en chef de l'armée, en remplacement du général Abdelfatah Louarak, selon un communiqué du cabinet royal.

Les raisons de la nomination de M. Belkhir à ses nouvelles fonctions résident dans ses "grandes qualités professionnelles" et "l'abnégation et la loyauté dont il a fait preuve dans l'exercice des différentes responsabilités militaires et d'encadrement qu'il a exercées". Dans cette lignée, le 13 novembre dernier, il a dirigé l'"opération d'expulsion" qui aurait expulsé un groupe d'indépendantistes sahraouis de Guerguerat, à l'extrémité sud du Sahara occidental, facilitant ainsi "la reprise des activités commerciales et de transport au poste frontière".

À cet égard, le groupe sahraoui aurait bloqué la circulation pour empêcher les transactions commerciales d'avoir lieu sur la route. Le lendemain de l'opération, le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a déclaré que la trêve signée entre les deux parties en 1991 était rompue.

atalayar_eeuu-marruecos
AFP/FADEL SENNA - Belkhir el-Farouk (à droite), commandant de la zone sud, et le général Christopher Cavoli (à gauche), commandant de l'armée américaine en Europe et en Afrique, inspectent une garde d'honneur à leur arrivée à l'exercice militaire "African Lion".

L'armée marocaine a d'abord déclaré que "cette opération est non offensive, sans intention de combat, et se déroule selon des règles d'engagement claires, qui imposent d'éviter tout contact avec les civils et de ne pas recourir à l'usage des armes sauf en cas de légitime défense".

Les raisons de ce changement n'ont pas été divulguées au niveau du haut commandement de l'armée marocaine. Cette nouvelle nomination coïncide avec une phase politique importante au Maroc suite à la tenue d'élections législatives et au début des consultations pour la formation d'un nouveau gouvernement, ainsi qu'avec la situation régionale actuelle caractérisée par une augmentation des menaces terroristes au Sahel.

Le général, né en 1950, a rejoint les rangs de l'armée marocaine à l'Académie royale militaire de Meknès. Nommé dans les provinces du sud un an après son diplôme, il continue à travailler dans la région et au troisième bureau des Forces armées royales à Rabat.

atalayar_mohammed vi
AFP/FADEL SENNA - Mohammed VI

Le nom du général est associé à l'organisation militaire des manœuvres "African Lion", le plus grand exercice militaire annuel du commandement militaire américain en Afrique, dans la ville d'Agadir. Conformément à l'accord militaire, le but des manœuvres était de "combattre le terrorisme et de prendre des mesures humanitaires pour résoudre la crise migratoire, sur la base de son rôle d'acteur de la stabilité régionale au Sahel et en Méditerranée".