PUBLICIDAD

Iberdrola

Moscou envoie des unités médicales à la frontière ukrainienne

La décision du gouvernement russe a intensifié les discussions entre les dirigeants des pays alliés, qui ont adopté des positions différentes sur la possibilité d'un véritable conflit en Ukraine
tropa-rusia-ucrania

PHOTO/AP  -   Un convoy de vehículos blindados rusos avanza por una carretera en Crimea, el martes 18 de enero de 2022

L'impasse tendue entre la Russie et l'Ukraine sur leurs positions frontalières continue de faire l'objet de suppositions et de conjectures contradictoires. Alors que les efforts diplomatiques entre les deux gouvernements - ainsi que les représentants de Washington, de l'Union européenne et de l'OTAN - semblent tenter d'écarter l'idée d'une éventuelle confrontation militaire, des voix discordantes au sein des administrations russe et américaine pourraient faire pencher la balance dans une autre direction.

Le président Joe Biden a affirmé qu'une invasion russe du territoire ukrainien pourrait être "imminente" et a encouragé ses partenaires à envoyer des troupes dans le pays. Toutefois, malgré le scepticisme et le "manque d'optimisme" du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, quant à la conclusion d'un accord avec Washington, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dans une interview accordée aux médias radio du pays que "si cela dépend de la Russie, il n'y aura pas de guerre". 

biden-putin-eeuu-rusia
AP/PATRICK SEMANSKY  - Le président Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine à la "Villa la Grange" le 16 juin 2021 à Genève, en Suisse.

"Nous ne voulons pas de guerres. Mais nous ne permettrons pas non plus que nos intérêts soient grossièrement foulés aux pieds, qu'ils soient ignorés", a ajouté le responsable moscovite, faisant référence aux demandes de la Russie de retirer les dizaines de milliers de soldats que le Kremlin a déplacés à la frontière ukrainienne, ainsi que deux divisions de chars. La liste des exigences comprenait, entre autres, l'interdiction pour Kiev d'adhérer à l'OTAN, des garanties que l'organisation ne s'étendrait pas davantage vers l'est et le retrait des troupes. Ces demandes ont été catégoriquement refusées par l'Alliance de l'Atlantique Nord, à laquelle Washington a récemment répondu officiellement et conformément à la position de l'OTAN. Dans un contexte de tensions croissantes d'heure en heure, le président russe Vladimir Poutine semble prendre ce refus à bras le corps.

Néanmoins, l'envoi d'unités médicales russes à la frontière ukrainienne a alimenté les spéculations sur une éventuelle attaque de Poutine. À cet égard, d'importants exercices d'entraînement médical de l'armée russe ont également été rendus publics, impliquant quelque 1 200 médecins de la police militaire et des forces armées. 
 

conflicto-ucrania-donetsk
PHOTO/AFP - Des militaires ukrainiens patrouillent le long d'une position sur la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie à Avdiivka, dans la région de Donetsk, le 5 avril 2021.

Ces mouvements représentent un niveau de préparation qui n'a pas été atteint jusqu'à présent dans l'escalade des tensions, et ont conduit de nombreux dirigeants occidentaux à penser qu'il s'agit des derniers préparatifs avant l'invasion. S'il est vrai que cette évolution ne signifie pas une attaque inévitable, cela n'a pas empêché le débat entre les pays alliés de s'intensifier profondément.

En outre, les précédents créés par l'annexion de la Crimée en 2014 et l'ingérence de l'influence et des forces russes dans la guerre du Donbas n'ont fait qu'accroître le sentiment de menace de l'Ukraine, des États-Unis et de l'UE.

Dans cette escalade des tensions, les alliés occidentaux ont uni leurs forces pour soutenir l'Ukraine. Bien que le pays d'Europe orientale ne soit pas membre de l'OTAN et que les États membres ne soient pas légalement tenus de fournir des armes et une assistance en matière de défense, tous les signataires de l'OTAN se sont positionnés politiquement et économiquement en faveur de Kiev. Et si peu de pays - et avec beaucoup de retenue - ont fourni du matériel militaire à l'Ukraine, un certain nombre d'États se sont mobilisés pour mettre en œuvre des mesures de dissuasion contre le Kremlin.

eurofighter-avion
PHOTO/Eurofighter GmbH - Un accord alambiqué du Conseil des ministres autorise l'achat d'un nombre inconnu de chasseurs du projet Halcón, qui ne sont autres que les chasseurs Eurofighter EF-2000, pour un montant inconnu.

Parmi eux, l'Espagne, qui a avancé à la semaine prochaine l'envoi de quatre chasseurs Eurofighter de la 14e escadre de l'armée de l'air espagnole équipés de missiles Meteor - la dernière génération de missiles air-air à suivi actif. Selon la ministre de la défense, Margarita Robles, les avions "partiront en février" de la base de Los Llanos à Albacete pour la Bulgarie, et collaboreront à la surveillance de l'espace aérien européen. Ainsi, après le départ de la frégate Blas de Lezo, du chasseur de mines Sella et du navire d'action maritime Meteoro pour la mer Noire, les forces espagnoles dans la région dépasseront 650 soldats.

S'y ajouteront les 8 500 soldats américains qui sont prêts au combat mais qui, selon la déclaration du Pentagone à la BBC, ne seront déployés que si l'OTAN décide d'activer des forces de réaction rapide. De même, le Royaume-Uni a déjà fourni une cargaison d'armes au pays, tandis que d'autres puissances comme la Pologne, la République tchèque, la Lituanie et le Canada collaboreront en envoyant davantage d'armes et de contributions financières.

L'Allemagne, pour sa part, a annoncé qu'elle ne se joindrait pas aux autres États membres de l'OTAN pour fournir du matériel militaire, bien qu'elle ait fourni un centre médical de campagne. "Depuis de nombreuses années, le gouvernement allemand cherche à mettre en place une stratégie unifiée sur cette question, et cela inclut le fait de ne pas exporter d'armes létales", a déclaré le chancelier Olaf Scholz lors d'une conférence de presse à Berlin, en compagnie du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.