MSF fournit des soins médicaux au Soudan aux personnes fuyant les violences dans la région du Tigré, en Éthiopie

Le HCR a déjà enregistré un total de 45 000 arrivées, bien que ce nombre soit probablement beaucoup plus élevé car de nombreuses personnes n'ont pas encore été enregistrées
Atalayar_ Refugiados Etiopía

PHOTO/ JASON RIZZO/MSF  -   Le poste frontière de Hamadayet, où les réfugiés d'Éthiopie traversent le fleuve pour se rendre au Soudan

Le 4 novembre, suite à une attaque sur une base militaire, le Premier ministre éthiopien a ordonné une action militaire contre le Front populaire de libération du Tigré (FPLT) dans la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie. L'escalade du conflit touche déjà des centaines de milliers de personnes et risque de déstabiliser d'autres parties du pays et de la région, avec des conséquences humanitaires potentiellement catastrophiques.

Le Soudan, qui abritait déjà 1,1 million de réfugiés et 1,9 million de personnes déplacées avant cette crise, connaît une crise économique majeure alors que le nouveau gouvernement est encore en cours de mise en place. Le fragile système de santé du pays est incapable de répondre aux besoins de toute la population et a été encore affaibli par la pandémie de la maladie de von Willebrand (COVID-19).

Le 7 novembre, les premières arrivées massives d'Éthiopie au Soudan ont eu lieu et, à ce jour, le HCR a déjà enregistré un total de 45 000 arrivées, bien que le nombre soit probablement beaucoup plus élevé car de nombreuses personnes ne sont pas passées par le processus d'enregistrement. Actuellement, toutes ces personnes entrent au Soudan par trois endroits : le principal point d'arrivée est Hamdayet, dans l'État de Kassala, dans l'est du Soudan, qui représente plus des deux tiers des arrivées (68 %). Près d'un tiers (30 %) entrent dans l'État de Gedaref au sud-est, tandis qu'un très petit nombre (seulement 2 %) arrivent au Soudan via un endroit plus au sud dans l'État du Nil Bleu.

MSF met en garde contre l'urgence pour tous les acteurs humanitaires présents dans la région de renforcer leurs activités afin de répondre aux besoins les plus fondamentaux en termes d'abris, d'eau, de santé et de nourriture. Dans le cas contraire, l'état de santé de toutes ces personnes commencera à se détériorer rapidement.

Médecins Sans Frontières fournit un résumé de ce que les équipes sur le terrain voient et partage quelques détails sur la façon dont nous intervenons dans ces deux régions de l'est et du sud-est du Soudan qui accueillent la majorité des réfugiés éthiopiens.

Hamdayet, Kassala

Les équipes de MSF sont présentes au point d'entrée à Hamdayet, où elles sont les témoins directs de la situation alors que les gens traversent la rivière qui sépare l'Éthiopie du Soudan. Beaucoup de gens disent avoir fui leur maison brusquement et rapidement, sans même avoir eu le temps de se procurer quelques fournitures de base pour le voyage. Ils ont laissé leurs affaires derrière eux et ont dû marcher pendant des heures, voire des jours, pour atteindre le Soudan dans un environnement dur et aride.

À leur arrivée au Soudan, la grande majorité des réfugiés s'installent dans une zone de transit à Hamdayet, près de la frontière, où ils rencontrent de grandes difficultés en termes de disponibilité d'abris, de nourriture et d'eau potable. Les conditions sanitaires sont également l'un des principaux problèmes. La plupart des réfugiés de Hamdayet, en particulier ceux qui n'ont pas d'abri, sont obligés de dormir dehors, sous les arbres et près des routes, où se déroulent diverses activités commerciales. Certaines personnes ont été hébergées dans des maisons, car les habitants des villages frontaliers du Soudan ont jusqu'à présent été très ouverts et ont soutenu leurs voisins en Éthiopie.

Nous voyons aussi des gens qui retournent en Éthiopie, soit pour aider à ramener des membres de leur famille restés au pays, soit pour récupérer leurs biens. Certains reviennent avec l'intention de pouvoir vendre une partie de leurs biens et de rentrer au Soudan avec de l'argent. Un petit nombre de ceux qui arrivent sont originaires d'Érythrée, des personnes qui ont dû auparavant fuir vers l'Éthiopie et qui doivent maintenant se réfugier à nouveau dans un nouveau pays ; dans ce cas, le Soudan.

MSF demande aux organisations travaillant sur le regroupement familial de s'engager à soutenir ceux qui ont perdu des membres de leur famille en fuyant. Il est à craindre que nombre de ceux qui reviennent les chercher mettent leur vie en danger. 

Atalayar_ Punto de cruce de Hamdayet, Sudán
PHOTO/ OLIVIER JOBARD/MYOP - Traversée de Hamdayet, Soudan, tôt le matin

La première équipe de MSF est arrivée à Hamdayet le 16 novembre et trois jours plus tard, elle a commencé ses activités. Tout d'abord, l'équipe de MSF a commencé à fournir des soins médicaux au point d'entrée, à mener des activités de promotion de la santé et de santé mentale, et à consulter les nouveaux arrivants sur leur état nutritionnel. Peu de temps après, des activités liées à l'eau et à l'assainissement ont été lancées. Une clinique a été créée et fournit actuellement environ 300 consultations par jour. Le plus grand nombre de consultations, comme d'habitude dans ces cas, est lié aux infections respiratoires, au paludisme ou à la diarrhée. Certains réfugiés avaient des blessures qui sont en cours de traitement et certaines personnes qui avaient souffert de violence sexiste ont également été traitées à la clinique. De nombreuses personnes sont également vues nécessitant un traitement continu pour des maladies chroniques telles que la tuberculose.

Camp Um Rakuba, Gedaref

Après avoir été prises en charge et enregistrées par le personnel des Nations unies, certaines des personnes arrivant à Hamdayet sont emmenées en bus au camp d'Um Rakuba dans l'État de Gedaref, le seul camp officiel fonctionnant pour recevoir ceux qui arrivent d'Éthiopie. Um Rakuba se trouve dans un endroit très isolé, à 7-8 heures de route de la frontière. Il est conçu pour accueillir 10 000 personnes et en héberge déjà plus de 8 000. Aujourd'hui, les discussions se poursuivent sur l'opportunité de créer un camp supplémentaire pour accueillir le nombre croissant de réfugiés qui continuent d'arriver.

Nous avons été témoins des pressions exercées sur les réfugiés pour qu'ils quittent les centres de transit de Hamdayet pour Um Rakuba. MSF rappelle aux autorités de fournir une assistance adéquate aux réfugiés dans les centres de transit et de ne pas utiliser le manque d'assistance comme un moyen de forcer les gens à déménager à Um Rakuba, où les conditions sanitaires sont également extrêmement mauvaises. Les membres de MSF signalent qu'il n'y a pas assez de latrines et que les gens sont donc obligés de déféquer en plein air.

Dans le camp d'Um Rakuba, les équipes de MSF ont effectué 453 consultations médicales en cinq jours seulement, entre le 19 et le 23 novembre. Comme à Hamdayet, le personnel médical traite principalement la diarrhée. Ils sont également victimes de nombreuses infections urinaires. Deux patients sont arrivés avec des blessures par balle et ont été envoyés à l'hôpital de Gedaref pour y être soignés. Quinze personnes ont été identifiées comme souffrant de malnutrition aiguë sévère et 154 comme souffrant de malnutrition modérée. Tous ont reçu des compléments alimentaires. Certaines personnes présentent des symptômes d'anxiété et d'insomnie en raison de la violence qu'elles ont vue ou subie en Éthiopie ou pendant le voyage et aussi en raison des conditions dans lesquelles elles ont dû fuir au Soudan.

"Le 3 ou 4 novembre, je travaillais dans le magasin, soudain j'ai entendu des bruits de guerre, un bruit très fort", explique un jeune éthiopien d'une trentaine d'années au personnel de Médecins Sans Frontières (MSF). "Je ne sais pas pourquoi ils se battent, vraiment, mais j'ai vu beaucoup de gens mourir, même des personnes âgées. J'en ai connu beaucoup. Je suis confus, je ne sais pas pourquoi ils ont fait cela.

"Au Tigré, jeunes et vieux ont fui vers la brousse pour trouver refuge. Le plus dur pour nous, c'est que nous n'avons pas d'argent ni rien à cuisiner, personne n'a réussi à apporter quoi que ce soit de chez nous", ajoute le jeune homme. "Nous avons dû partir comme ça. Je suis venu avec deux paires de pantalons. Avant le début de la guerre, rien ne fonctionnait plus : pas d'électricité, pas de réseau téléphonique, pas de banques. J'ai de l'argent là-bas, mais je n'ai rien ici.

Un problème majeur auquel l'équipe de MSF est confrontée ici est la pénurie de médicaments pour les maladies non transmissibles et chroniques. Nous travaillons donc déjà avec d'autres organisations au niveau local pour essayer de mettre en place les fournitures nécessaires. 

Atalayar_ Campo de Um Rakuba
PHOTO/MSF - Croix des réfugiés éthiopiens : Camp de Um Rakuba

Parmi les réfugiés qui sont arrivés d'Éthiopie, notre équipe a identifié de nombreux médecins et travailleurs de la santé. Comme le personnel des organisations humanitaires ne peut pas passer la nuit dans le camp, nous travaillons côte à côte avec eux pour essayer de trouver un système permettant d'assurer des soins médicaux 24 heures sur 24.

À Khartoum, l'équipe de coordination de MSF négocie avec les autorités pour faciliter l'importation de fournitures médicales et accélérer les procédures de visa. L'objectif de l'organisation est que d'autres travailleurs internationaux puissent renforcer les équipes déjà sur le terrain dès que possible.

Amhara, Éthiopie

Au 14 novembre, dans la structure médicale du ministère de la Santé que MSF soutient dans la région d'Amhara, les équipes avaient traité plus de 260 blessés de guerre depuis le début des hostilités. Au total, 18 personnes sont mortes à l'hôpital ou sur le chemin.

"Alors que le HCR a enregistré plus de 45 000 personnes qui ont fui vers le Soudan en passant la frontière, les rapports auxquels nous avons eu accès indiquent que beaucoup plus de personnes déplacées sont laissées, dans une situation de plus en plus vulnérable, piégées dans la région du Tigré. Médecins Sans Frontières est présent en Ethiopie depuis plus de 30 ans, mais comme d'autres organisations humanitaires présentes dans la région, nous n'avons pas réussi jusqu'à présent à obtenir un accès significatif à la région du Tigré où se concentrent les combats. Des millions de personnes vivant là-bas ont pu être touchées. De nombreuses personnes qui ont fui au Soudan nous disent qu'elles n'ont pas eu de nouvelles de leurs proches restés au pays. Ils sont traumatisés par ce qu'ils ont vu, et extrêmement inquiets pour leurs proches, faisant tout ce qu'ils peuvent pour les retrouver. Nous continuons à appeler toutes les parties au conflit à respecter la vie des civils et les infrastructures médicales et à nous permettre un accès sans entrave à toutes les personnes ayant besoin d'une aide humanitaire et médicale. Ils doivent s'assurer que tout le monde peut atteindre des endroits sûrs, que ce soit dans la région du Tigré ou en dehors, ainsi que de l'autre côté de la frontière au Soudan", explique Monica Camacho, représentante régionale de MSF.