Najib Mikati, le dernier espoir de sortie de crise au Liban

La communauté internationale a conditionné l'aide au Liban à la formation d'un gouvernement capable de mettre en œuvre des réformes
najib-mikati-libano-empresario

REUTERS/STEPHANIE McGEHEE  -   Premier ministre libanais Najib Mikati

Le Liban nomme son troisième premier ministre en un an. Le milliardaire Najib Mikati a été nommé hier comme nouveau premier ministre du pays méditerranéen avec l'objectif de mettre fin à une crise qui s'éternise depuis 2019. Après une journée intense de consultations entre les différents groupes parlementaires, les leaders politiques et les législateurs indépendants avec le président libanais, Michel Aoun, pour présenter leurs paris pour le poste de premier ministre, Mikati a finalement obtenu le soutien de 72 députés sur les 118 que compte le parlement.

Najib Mikati a obtenu la majorité du soutien des principaux partis politiques du pays. Parmi ceux qui ont soutenu la candidature de l'homme d'affaires sunnite figurent Saad Hariri, qui a démissionné le 15 juillet après avoir été incapable de trouver un accord avec Aoun pour former un exécutif, et Tammam Salam, premier ministre du Liban de 2014 à 2016.

saad-hariri-primer-ministro-libano-dimisión
AFP PHOTO/HO/DALATI & NOHRA - L'ancien premier ministre désigné du Liban, Saad Hariri, a été arrêté par la police

Du côté chiite, le milliardaire a reçu le soutien du bloc parlementaire Développement et Libération, dirigé par le parti Amal du président du Parlement Nabih Berri, ainsi que du Hezbollah. "Aujourd'hui, avec l'émergence d'indications sur la possibilité de former un gouvernement, nous avons désigné Najib Mikati, ce qui reflète le sérieux de notre engagement à former un cabinet", a souligné le chef du Hezbollah, Mohammad Raad, après sa rencontre avec le président Michel Aoun dans le cadre de consultations parlementaires contraignantes.

La principale pierre d'achoppement de la candidature de Mikati a été les partis chrétiens. Le parti du président libanais, le Courant Patriotique Libre, n'a pas soutenu sa candidature et a choisi de ne nommer personne, alors que l'on s'attendait à ce que Mikati remporte une majorité de voix. Lors de sa première interview après avoir été nommé Premier ministre, Mikati a déclaré qu'il comprenait la position des partis chrétiens après qu'ils n'aient pas soutenu sa nomination et qu'il ne la considérait pas comme "personnelle".

Il a ajouté que sa relation avec eux "est excellente et basée sur le respect". Mikati a déclaré que le Liban est sur le point d'organiser des élections parlementaires et qu'il est donc certain que les différents groupes "me soutiendront de l'extérieur parce qu'ils veulent être au Parlement pendant quatre ans". L'homme d'affaires sunnite, une fois nommé Premier ministre, aura la tâche difficile de former un exécutif qui satisfasse tous les partis, c'est pourquoi il a entamé dès aujourd'hui des consultations avec les différents groupes parlementaires.

diputado-hizbula-libano
PHOTO/AFP - Le représentant du Hezbollah libanais et député Mohammed Raad (4e R) marche avec d'autres membres du bloc parlementaire du groupe au palais présidentiel à Baabda, au Liban

Dans son interview au quotidien libanais en-Nahar, Mikati a déclaré qu'il se rendrait au palais de Baabda dès la fin des consultations pour "commencer à former un gouvernement". "Le président de la République, Michel Aoun, est sérieux dans sa volonté de sauver le pays. Nous sommes tous deux attachés à la Constitution et à l'accord de Taëf", a souligné le nouveau Premier ministre. Dans la même veine, l'homme d'affaires sunnite s'est dit favorable à la formation d'un gouvernement "purement technique", éloigné des considérations politiques, conformément à la proposition française.

Le président français Emmanuel Macron a présenté une feuille de route en septembre dernier, dont le premier point prévoyait la création d'un "gouvernement de mission" qui pourrait mettre en œuvre des mesures pour étouffer la crise économique du pays méditerranéen, la pire depuis la fin de la guerre civile en 1990. Le Liban est confronté à des pénuries de produits de base et de fournitures qui font que le pays subit des coupures de courant quotidiennes de plus de huit heures et que plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté.

hariri-aoun-presidente-ministro-libano
PHOTO/DALATI & HOHRA via REUTERS - L'ancien Premier ministre libanais désigné Saad al-Hariri rencontre le président libanais Michel Aoun au palais présidentiel à Baabda, au Liban

La communauté internationale a conditionné l'aide au Liban à la formation d'un exécutif capable de mettre en œuvre des réformes. Même l'UE a accepté de mettre en place un régime de sanctions à l'encontre des dirigeants libanais qu'elle considère comme " bloquant " la formation d'un gouvernement au Liban. Au niveau international, Mikati a souligné le soutien américain au Liban et a parlé de "garanties internationales et américaines" pour empêcher l'effondrement du pays.

"J'ai senti que l'administration américaine ne veut pas que le Liban s'effondre. Elle a commencé à fournir une assistance à l'armée libanaise, la cinquième armée étrangère à recevoir une aide de Washington", a déclaré M. Mikati. Le nouveau Premier ministre a déclaré dans un bref discours prononcé lundi depuis le palais de Baabda qu'il disposait de "garanties extérieures", sans lesquelles il n'aurait pas "accepté cette mission".

manifestantes-libani-beirut
AP/BILALAL HUSSEIN - Des centaines de manifestants libanais se rassemblent dans le centre de Beyrouth

Au cours de l'entretien avec en-Nahar, Mikati a également évoqué l'explosion du port de Beyrouth en août dernier et a déclaré que "c'est un désastre qui nécessite de grands efforts pour être traité". Nous voulons savoir la vérité sur qui a apporté le nitrate d'ammonium. Il a également exprimé sa confiance dans le juge Tarek Bitar, qui dirige l'enquête officielle sur l'explosion, dont il a dit qu'il était "un homme de conscience".

Le choix de Najib Mikati comme premier ministre n'a pas plu à tout le monde. Mikati a été accusé en 2019 de corruption pour gain illicite par le biais de prêts immobiliers subventionnés, et à Tripoli, la ville natale de l'homme d'affaires, des manifestations ont eu lieu pour protester contre sa nomination. Dimanche soir, des dizaines de personnes avaient déjà manifesté devant sa résidence à Beyrouth, l'accusant de corruption et de népotisme. Mikati a la difficile tâche de former un gouvernement capable de sortir le pays de la crise économique, une mission que son prédécesseur n'a pas pu mener à bien.