Navantia, Indra et Airbus en tête de liste des réalisations du secteur espagnol de la défense et de l'aérospatiale au cours de l'été

Avec les étapes franchies ces dernières semaines, les dirigeants du tissu industriel lié à la défense et à la sécurité se projettent vers 2022
Navantiaindra

PHOTO/Navantia  -   Le quatrième navire de guerre construit par Navantia pour la marine saoudienne est désormais une réalité. Lancement de la corvette "Jazan" par le commandant de la marine royale saoudienne, le vice-amiral Fahad Bin Abdullah al-Ghofaily, en compagnie du directeur du chantier naval de Cadix, José Antonio Rodríguez Poch

Les 90 derniers jours ont été l'une des périodes estivales les plus fructueuses pour l'industrie espagnole de la défense, de l'aéronautique et de l'espace. Trois grandes entreprises, comme le chantier naval public Navantia, la multinationale technologique Indra et la branche espagnole d'Airbus, sont en tête de liste des étapes franchies, suivies par une grande partie du tissu d'entreprises du secteur, qui ont également réalisé des bénéfices. 

Dans le domaine naval, Navantia vient de commencer les essais en mer de la corvette Al-Jubail, le premier des cinq navires de guerre que le chantier naval construit pour les forces navales royales d'Arabie saoudite. Avec un déplacement d'environ 2 500 tonnes, une longueur de 104 mètres et une vitesse maximale de 27 nœuds, les essais dureront deux mois dans la baie de Cadix pour vérifier le bon fonctionnement du navire et de ses systèmes avancés à bord afin de prouver que le navire répond aux exigences du contrat signé en 2018.

NavantiaIndra
PHOTO/Navantia - Avec un déplacement d'environ 2 500 tonnes et une longueur de 104 mètres, les essais en mer de la corvette Al-Jubail, lancée en juillet 2020 et première de la série, ont commencé début septembre.

Lancé en juillet 2020, il s'agit d'une étape importante avant sa livraison officielle à la marine saoudienne, prévue pour janvier 2022. Environ 140 personnes participent aux évaluations, dont 60 ingénieurs et techniciens de Navantia et des entreprises fournissant les principaux systèmes, ainsi que des officiers et sous-officiers des marines saoudienne et espagnole.

Environ un demi-millier de marins saoudiens ont suivi des cours de spécialisation avancée en matière de procédures tactiques, d'opérations, de communications et de propulsion, dont beaucoup ont été dispensés au centre d'évaluation et de certification des combats et au simulateur tactique de la flotte sur la base navale de Rota (Cadix).

Les essais de la première corvette de la classe Alsarawat ou Avante 2200 ont lieu peu après le lancement de la quatrième unité, la corvette "Jazan", qui a eu lieu le 24 juillet, marquant le lancement de quatre unités en seulement 12 mois. Le principal protagoniste de la cérémonie au chantier naval de Navantia à Cadix a été le commandant de la marine royale saoudienne, le vice-amiral Fahad Bin Abdullah al-Ghofaily, qui a coupé le ruban qui a permis à une bouteille d'eau de la Mecque de toucher la coque du navire. La cérémonie s'est déroulée en présence du chef d'état-major de la marine espagnole, l'amiral Antonio Martorell, et du vice-président de la Saudi Arabian Military Industries Corporation (SAMI), Wael Alsarhan.

NavantiaIndraAirbus
PHOTO/MDE - La ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (à gauche), la ministre française de la Défense Florence Parly (au centre) et la secrétaire d'État espagnole à la Défense Esperanza Casteleiro se sont engagées à développer le NGWS/FCAS. En arrière-plan, les chefs des forces aériennes des trois pays.
Deux contrats majeurs attendus en Europe

Le président de Navantia, Ricardo Domínguez, a qualifié de " stratégique " la contribution du chantier naval espagnol au programme Avante 2200 de la marine saoudienne, qui est aligné sur la Vision 2030 du Royaume. Toutes les nouvelles corvettes portent le nom de villes du pays arabe : "Al-Jubail" (lancée le 22 juillet 2020), "Al-Diriyah" (14 novembre 2020), "Hail" (28 mars 2021), la récente "Jazan" (24 juillet) et la future "Unayzah", cinquième et dernière unité contractée, dont le bain inaugural dans les eaux de l'Atlantique est prévu pour le début du mois de décembre prochain.

Le projet de collaboration avec la marine saoudienne vient s'ajouter aux frégates F-110 et aux sous-marins S-80 destinés à la marine espagnole, ainsi qu'aux résultats de deux concours internationaux encore en cours, dont les progrès ont été connus début septembre. L'un d'eux est le concours Miecznik organisé par le ministère polonais de la défense. Le chantier naval espagnol a atteint la phase finale d'un projet de construction de trois frégates polyvalentes qui, s'il est remporté, lui permettra de formaliser un contrat de transfert de technologie avec le chantier naval polonais PGZ.

NavantiaIndra
PHOTO/GMV - L'un des domaines d'activité de l'entreprise espagnole GMV est la robotique, tant dans le domaine terrestre que naval, aérien et spatial. Il fait partie du consortium Satnus, qui vise à donner une cohésion et une force à la contribution de l'Espagne au pilier "drones" du programme NGWS/FCAS.

L'autre est le programme Fleet Solid Support de la Royal Navy britannique pour trois navires de ravitaillement. Navantia fait partie d'un consortium auquel participent le chantier naval britannique Harland & Wolff et la société d'ingénierie BMT, qui est passé à la phase de passation de marchés concurrentiels. Désormais, elle doit procéder à la conception de sa proposition, qui sera soumise à évaluation avec celles de ses concurrents, trois associations industrielles dirigées par des chantiers navals d'Allemagne, de Grande-Bretagne et des Pays-Bas.

Un autre seuil a été franchi il y a quelques semaines : le feu vert pour le développement du futur avion de combat européen, un projet officiellement connu sous le nom de "Next Generation Weapon System", ou NGWS/FCAS. La ministre allemande de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, la ministre française de la défense, Florence Parly, et la secrétaire d'État espagnole à la défense, Esperanza Casteleiro, ont signé le 30 août à Paris un accord qui engage les trois pays à développer un nouvel avion de combat pour faire face aux menaces qui pourraient survenir jusqu'en 2080 ou au-delà.

La grande nouveauté de ce qui est considéré comme le plus grand projet de défense européen de tous les temps, tant par son implication technologique que par ses dizaines de milliards d'euros, est que les nouveaux avions militaires doivent opérer dans un nuage de combat invisible. Par son intermédiaire, il doit maintenir un dialogue et gérer les actions d'attaque ou d'interception des différents drones placés sous son contrôle, un défi technologique d'une énorme ampleur.

NavantiaIndra
PHOTO/SIAE - L'accord conclu à Paris le 30 août entre les ministères de la défense français, allemand et espagnol sur les NGWS/FCAS permet aux trois pays de faire le point en 2023 sur la maturité des jalons technologiques en cours de mise en place.
Bonne nouvelle pour Indra, Airbus et l'industrie dans son ensemble.

Il s'agit d'un méga-projet industriel dans lequel trois grandes entreprises assument les plus grandes responsabilités. Il s'agit de Dassault Aviation du côté français et d'Airbus GmbH du côté allemand. S'agissant d'une initiative hautement technologique, la contribution espagnole est coordonnée par Indra, dont la composante défense est dirigée par Ignacio Mataix.

La société est directement impliquée dans près de la moitié des sept piliers technologiques dans lesquels les grands contrats industriels ont été divisés, tels que la simulation, les capteurs embarqués et le nuage de combat susmentionné, domaines dans lesquels la société possède une vaste expérience et une reconnaissance internationale. En outre, elle vient de signer un contrat avec le ministère espagnol de la défense pour compléter et améliorer le réseau de surveillance aérienne de l'armée de l'air espagnole avec une nouvelle version du radar Lanza 3D, capable de détecter les missiles balistiques tactiques et même les chasseurs de cinquième génération.

NavantiaIndra
PHOTO/Indra -  La contribution espagnole au système dont le capitaine est le combattant du futur est coordonnée par Indra. Dans le cadre terrestre, Indra s'est associé à Thales pour finaliser le développement de la nouvelle version du système de gestion du champ de bataille pour l'armée espagnole.

Airbus Espagne a également bénéficié du NGWS/FCAS, qui est responsable au niveau national de la conception et du développement du chasseur et des technologies permettant d'atteindre une faible détectabilité par les radars et autres systèmes de détection de nouvelle génération. Il convient de rappeler que le ministère indien de la défense a confirmé il y a quelques jours l'achat de 56 avions de transport C-295, dont 16 unités seront fabriquées et assemblées à Séville.
 
Une autre initiative qui s'est concrétisée au cours de la deuxième quinzaine de juin a été la constitution de Satnus Technologies, un consortium formé par GMV, Sener Aeroespacial et Tecnobit-Grupo Oesía pour donner de la cohésion et de la force à la contribution espagnole au pilier des drones ou des opérateurs à distance, comme on les appelle dans le cadre du programme NGWS/FCAS, en fusionnant les capacités de SENER en matière de systèmes de guidage, de navigation, de contrôle et de pointage avec celles de Tecnobit en optronique, électronique et communications sécurisées. Et avec ceux de GMV, spécialisés dans l'automatisation, la cyberdéfense, ainsi que le renseignement, la surveillance et la reconnaissance. Il renforce et complète l'accord signé quelques semaines plus tôt entre Escribano M&E, GMV et Sener dans le domaine des missiles guidés et des munitions. 

NavantiaIndra
PHOTO/SENER - Sous la direction de Rafael Orbe, la composante défense de Sener Aerospace a étendu ses capacités grâce à des accords avec GMV, Indra et Escribano M&E dans le domaine des drones, des missiles et des munitions guidées.

Du côté de l'espace, Elecnor Deimos a mis en orbite le 30 juin son satellite de démonstration de surveillance maritime CubeSat 3U, Neptune. Lancé depuis Cap Canaveral (Floride) par un lanceur Falcon 9 de la société américaine SpaceX, il a été fabriqué à Puertollano (Ciudad Real) avec des thermoplastiques imprimés en 3D. Positionné à une altitude d'environ 500 kilomètres et dont les vérifications préalables à sa mise en service sont sur le point d'être achevées, il a pour but de détecter les navires au comportement potentiellement criminel et d'attribuer un profil de danger à chacun d'entre eux.