En-Nesyri et à l'Académie de Mohammed VI

L'attaquant de Séville est le talent le plus apprécié sur le meilleur terrain de football du Maroc
Atalayar_Liga Española (6)

AFP/CRISTINA QUICLER  -   L'attaquant marocain Youssef En-Nesyri (G) contre le défenseur argentin Guido Rodriguez lors du match de football de la Liga espagnole entre le Sevilla FC et le Real Betis au stade Ramón Sánchez Pizjuán de Séville, 11 juin 2020

Youssef En-Nesyri (Fez, 1997) est le meilleur buteur espagnol et l'une des étoiles montantes de l'Europe. L'attaquant de Séville a marqué les trois buts du match contre la Real Sociedad et a pris le ballon avec un sourire sur son visage. Il était temps de profiter du match car les ennuis du football laissent des cicatrices comme celle de la finale de la Super Coupe contre le Bayern et cette erreur de main à main contre Neuer. 

#DesButsenChampions

En-Nesyri, il a dû faire un pas en avant et se proclamer en avant du Sevilla FC. La crise du coronavirus a effacé toute opération du marché d'hiver. Il n'y en aura pas neuf à Séville et De Jong n'aime pas Lopetegui. L'attaquant marocain a commencé à travailler et il a déjà marqué 18 buts en 50 matches avec l'équipe andalouse, dont quatre en Ligue des champions.

#Factoria Monchi

Monchi n'a pas hésité à payer les 20 millions d'euros demandés par Leganes pour l'attaquant en 2019. Ce fut la plus grosse vente de l'équipe pepinero le même mois de janvier où le Barça l'a emmené à Braithwaite et le manque de but a fini par envoyer en deuxième division à l'équipement de Madrid. À Madrid, En Nesyri a marqué 15 buts lors des 53 matches qu'il a disputés de 2016 à 2019. Avant cela, Leganes avait versé six millions d'euros à Malaga pour le Marocain qui avait marqué cinq buts en 41 matches en seulement 21 ans. La Juvenil A et l'Atlético Malagueño sont les équipes où Youssef En-Nesyri a commencé à connaître le football espagnol. À l'âge de 18 ans et 30 jours, il a débarqué sur la Costa del Sol en provenance de l'Académie Mohammed VI au Maroc pour 125 000 euros et lié à l'agence de représentation Starbox. Parmi les clauses de ce contrat figurait celle selon laquelle l'académie paierait une partie du futur transfert. C'est ainsi que le départ d'En Nesyri al Leganés a apporté un million d'euros dans les caisses de l'institution sportive.

# DestinMálaga
L'équipe de Malaga a su maintenir ses coffres battus avec des accords comme celui qu'ils ont avec l'Académie Mohammed VI.
Une zone de pêche qui recrute 80% des meilleurs joueurs du pays pour le bon travail du service recrutement. Puis ils se retrouvent dans des équipes en France ou dans les rangs de clubs espagnols comme Málaga C.F lui-même, ce qui les place dans la vitrine de la deuxième division pour les revendre plus tard à un prix beaucoup plus élevé. Une porte d'entrée vers l'Europe qui montre l'excellent travail que fait le Maroc avec le football et qui se reflète déjà dans l'équipe senior et dans ses catégories inférieures.

#AcademyMVI
L'Académie Mohammed VI a remis de l'ordre dans le football marocain
. En Nesyri lui-même s'est lancé seul en Europe et son voyage à Londres ne s'est pas bien terminé. L'académie participe à des tournois importants afin que les équipes de premier plan en Europe remarquent leurs joueurs. Ils facilitent le travail des scouts car ils apportent le meilleur du Maroc. Chelsea a remarqué les qualités physiques d'En Nesyri et l'a invité à essayer pendant un mois. Le froid, la culture et la langue ont mis fin à son rêve et il est retourné à Salé pour l'essayer à l'Académie que le roi Mohammed VI a promue en 2009 pour former une nouvelle génération de footballeurs. Il y a un Espagnol, Xavi Bernal, qui forme des joueurs U-19 depuis 2016. Le coronavirus les a obligés à fermer leurs installations pendant près de deux mois, mais ils ont déjà repris leur travail avec de jeunes Marocains.

#Dans la formation
Seuls 50 joueurs en phase formative âgés de 13 à 18 ans sont autorisés
. Talents à ceux qui protègent et dans lesquels ils travaillent tant le plan sportif, avec huit séances hebdomadaires, que celui académique pour qu'ils aient une formation. Les jeunes talents rivalisent au-dessus de leur âge. Ils anticipent les étapes pour mieux les préparer. Cette école à but non lucratif est soutenue par la couronne alaouite et des fonds privés. Les joueurs qui s'entraînent dans ses installations modernes obtiennent une projection pour concourir dans les ligues professionnelles européennes. Ceux qui ne font pas le saut vers l'Europe participent à la ligue nationale et ont déjà obtenu une promotion en deuxième division.

#LionsDelAtlas
Nabil El Zhar et Amrabat ont été les parrains d'En Nesyri lors de ses premiers pas en Espagne. Ceux qui lui ont parlé de la signification particulière de jouer avec les Lions de l'Atlas, comme on l'appelle l'équipe de football marocaine. À Nesyri, il avait déjà disputé les sept matchs des moins de 20 ans avec un total de trois buts. Un petit pas de deux matchs pour les moins de 23 ans jusqu'à ce qu'en 2016, il fasse ses débuts senior contre l'Albanie dans un match amical qui s'est terminé 0-0. Depuis, il a marqué 11 buts en 34 matchs.
Sergio Piernas est l'entraîneur marocain des moins de 23 ans et affirme que l'académie est «l'une des références importantes pour l'équipe nationale. Parmi les acteurs locaux que je sélectionne, il y a un pourcentage important de l'Académie Mohammed VI ».

#Espagne-Maroc

Son but le plus mémorable a été marqué le 25 juin 2018 au stade de Kaliningrad devant 35 000 spectateurs. À la 81e minute, il a repris de la tête un ballon de David De Gea. Un saut puissant qui a laissé Ramos au sol et le gardien de but espagnol regardant la trajectoire du ballon dans la lucarne. C'est cette Coupe du monde aux souvenirs malheureux pour l'Espagne qui a donné l'impulsion finale à l'attaquant nord-africain.  

#Lopetegui

Lopetegui a regardé ce match à la maison et en tant que nouvel entraîneur du Real Madrid. Maltraité par Rubiales quelques heures avant ses débuts contre le Portugal. Il en prend note avec le 19 sur son dos qui, des années plus tard, deviendra son buteur préféré à Séville. Le football. La vie.