PUBLICIDAD

Iberdrola

Netanyahu reprend le pouvoir en Israël grâce à la montée de la droite radicale

L'homme politique hébreu qui occupe le poste de Premier ministre depuis le plus longtemps obtient la majorité parlementaire qui lui permet de former un gouvernement
Benjamín Netanyahu

AFP/ RONALDO SCHEMIDT  -   L'ancien Premier ministre israélien et chef du parti Likoud, Benjamin Netanyahu, s'adresse à ses partisans au quartier général de sa campagne à Jérusalem, aux premières heures du 2 novembre 2022, après la fin du scrutin pour les élections nationales

La carrière politique de Benjamin Netanyahu semblait avoir été rayée de la carte lorsque, le 13 juin 2021, un mélange hétéroclite de huit partis différents a formé un gouvernement de coalition impensable pour l'évincer du pouvoir. Mais, en réalité, le leader conservateur ne l'a jamais abandonné. Il presse, médite et forge de nouvelles alliances en attendant la chute du fragile tandem Bennett-Lapid. Il a attendu son heure et le temps a récompensé son obstination par une nouvelle opportunité dans les urnes qu'il ne semble pas avoir manquée. 

Sauf hécatombe, "Bibi", comme le surnomment affectueusement ses partisans, va revalider la fonction qu'il occupe depuis 15 ans, dont 12 consécutifs. Peut-être l'homme politique israélien le plus influent depuis le fondateur du pays, David Ben-Gourion, il est à la veille de sa troisième ascension à la tête du gouvernement après les élections du 1er novembre, la cinquième en moins de quatre ans. Les sondages ont donné une faible majorité au bloc de droite, dirigé par Netanyahu lui-même, âgé de 73 ans, qui a toujours dirigé le Likoud conservateur.

Likud
REUTERS/RONEN ZVULUN  -   Le chef du parti Likoud, Benjamin Netanyahu, s'adresse aux partisans au siège de son parti lors des élections générales en Israël, à Jérusalem, le 2 novembre 2022

Mais avec plus de 85 % des votes comptabilisés, le soutien des urnes semble beaucoup plus fort. Le Likoud obtiendrait 32 sièges, soit huit de plus que le parti centriste Yesh Atid (en anglais, There is a Future), la plateforme du Premier ministre intérimaire Yair Lapid. En troisième position avec 14 sièges à la Knesset se trouverait le sionisme religieux ultra-nationaliste, le partenaire préféré de Netanyahu, qui a enregistré une hausse fulgurante de huit sièges par rapport aux dernières élections. Derrière, un peu plus insignifiante que prévu, se trouve la liste d'Unité nationale du ministre de la Défense Benny Gantz, le seul pont entre les blocs. 

Le secteur de droite obtiendrait 65 des 120 sièges de la Knesset, confortablement au-dessus du nombre magique de 61 qui marque la majorité parlementaire. Aux sièges du Likoud et du Sionisme religieux s'ajouteraient 11 sièges pour le parti sépharade ultra-orthodoxe Shas et huit pour le Judaïsme unifié de la Torah. D'autre part, le parti libéral Yesh Atid de Lapid réunirait l'opposition avec 45 sièges à la Knesset, plus les 10 sièges remportés par les groupes arabes islamistes, cette fois-ci répartis entre trois candidats.

Yair Lapid
AFP/ JACK GUEZ  -   Le Premier ministre israélien et chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, s'adresse à ses partisans au quartier général de campagne à Tel Aviv, tôt le 2 novembre 2022, après la fin du vote pour les élections nationales

Contrairement à Netanyahou, Lapid est devenu mercredi le chef de gouvernement en fonction depuis le plus longtemps. L'ancien boxeur, acteur et présentateur de télévision populaire n'est au pouvoir que depuis quatre mois, officiellement depuis le 1er juillet, date à laquelle son partenaire de droite Naftali Bennett, avec qui il avait convenu de se relayer au pouvoir pour sceller l'accord de coalition, a démissionné. La période pendant laquelle il a cumulé le poste de chef de gouvernement et celui de ministre des affaires étrangères a été courte, mais il a plusieurs réalisations à son actif. Le dernier en date est l'accord historique de délimitation maritime avec le Liban, scellé cinq jours avant le vote. 

"Cette nuit va durer deux jours, elle ne sera pas terminée tant que le dernier vote n'aura pas été compté", a déclaré Lapid à ses acolytes depuis son bunker de campagne à Tel Aviv. En réalité, le résultat était pratiquement scellé et le mandat des urnes était désormais incontestable. En effet, le Premier ministre a annulé mercredi sa participation au sommet sur le climat COP27, qui devait débuter le 6 novembre. Le président Isaac Herzog représentera Israël.

Elecciones Israel
AP/ODED BALILTY  -   Des juifs ultra-orthodoxes regardent leur rabbin Israel Hager voter lors des élections israéliennes à Bnei Brak, mardi 1er novembre 2022.

Le taux de participation a dépassé 71,3 %, le plus élevé depuis les élections de 2015, selon les données de la Commission électorale centrale. Le fait qu'il s'agisse des quatrièmes élections depuis 2019 n'a pas impressionné l'électorat israélien, fortement mobilisé pour un vote qui devait être décisif pour sortir de l'impasse politique prolongée. 

Les militants du Likoud ont commencé à faire la fête mardi soir, bien avant la fin du dépouillement. Le sens des votes dans certains bastions libéraux et dans certaines localités à majorité arabe reste à connaître, mais il n'y a pas eu de surprise. Sur le papier, les résultats définitifs ne seront pas connus avant la fin de jeudi ou le début de vendredi. En pratique, le retour de l'ancien Premier ministre est un fait accompli. Herzog, qu'il a battu aux élections de 2015, s'apprête à le charger de former un gouvernement.

Bennett Lapid
REUTERS/RONEN ZVULUN  -   Le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid font une déclaration à la Knesset, le parlement israélien, à Jérusalem, le 20 juin 2022

Les élections étaient en fait un plébiscite sur Netanyahu. C'est un personnage qui divise et polarise, et qui a été l'épine dorsale de la politique nationale pendant des décennies. Le leader de l'opposition jusqu'à présent est poursuivi par plusieurs affaires de corruption, de fraude et d'abus de confiance pour lesquelles il n'a pas été tenu responsable et qu'il nie avec véhémence. En outre, il a perdu la confiance d'innombrables partenaires gouvernementaux en raison de ses jeux de pouvoir. De Gantz à Bennett en passant par Lapid, qui a été ministre des Finances dans son troisième cabinet. 

Cette fois, "Bibi" a repris le contrôle avec l'aide précieuse de la droite radicale et des plateformes traditionnelles ultra-orthodoxes. Il formera, en principe, le gouvernement israélien le plus à droite de son histoire avec la participation des deux têtes visibles de la liste du sionisme religieux, Bezalel Smotrich et Itamar Ben-Gvir. Ce dernier, héritier déclaré du kahanisme, un courant politique interdit en Israël pour ses positions ouvertement racistes à l'encontre de la population arabo-musulmane, veut le ministère de la Sécurité publique. Il a un casier judiciaire.

Itamar Ben-Gvir
REUTERS/CORINNA KERN  -   Le leader du parti Pouvoir juif, Itamar Ben-Gvir, s'exprime après l'annonce des sondages de sortie des élections générales en Israël, au siège de son parti à Jérusalem, le 2 novembre 2022

Netanyahu a appelé à "réduire les flammes du discours public, à réparer les divisions et à rétablir la paix intérieure", alors qu'il s'apprête à intégrer deux profils incendiaires dans son prochain cabinet. Ses compagnons de route font déjà pression pour obtenir des ministères clés, étant donné leur contribution à la majorité parlementaire. Dans le cas de Smotrich, il est même question du portefeuille de la justice, mais Netanyahou doit faire attention à ne pas irriter d'importants cadres du Likoud. 

Le journal laïc de centre-gauche Haaretz avertit dans son éditorial de mercredi qu'Israël "s'approche d'une révolution de droite, religieuse et autoritaire". De nombreux analystes prédisent une régression démocratique dans le pays. Les projets du bloc de droite visant à modifier le système judiciaire afin d'assujettir les tribunaux renforcent l'idée qu'Israël pourrait devenir un régime hybride. Dans le processus, Netanyahu pourrait mettre ses problèmes avec le système judiciaire derrière lui.

Ra'am Mansour Abbas
REUTERS/RONEN ZVULUN  -   Un panneau d'affichage de campagne du législateur arabe Mansour Abbas, chef de la Liste arabe unie, est vu depuis une route très fréquentée à Haïfa, en Israël, le 12 octobre 2022

Le contexte dans lequel se sont déroulées les élections a sans doute été déterminant. La violence a inondé Israël en 2022, l'année la plus sanglante depuis 2015 et celle qui a connu le plus d'affrontements entre Israéliens et Palestiniens. Sans aller plus loin, dans les 48 heures précédant les élections, deux attaques palestiniennes contre des Israéliens ont fait un mort et plusieurs blessés. Le retour au pouvoir de Netanyahou pourrait encore aggraver les tensions.