"Nous n'avons pas peur, nous sommes unies": les femmes afghanes défendent leurs droits

Entre 60 et 80 femmes sont descendues dans les rues de Herat alors que les talibans préparent le nouveau gouvernement.
atalayar_manifestaciones mujeres Herat

PHOTO/AFP  -   Des femmes afghanes tiennent des pancartes alors qu'elles participent à une manifestation à Herat, le 2 septembre 2021.

Alors que les talibans s'apprêtent à former leur gouvernement, des dizaines de femmes afghanes ont manifesté pour défendre leurs droits. Ces manifestations interviennent quelques jours après que Mohamed Abbas Stanikzai, chef adjoint du bureau politique des talibans, a déclaré qu'il était peu probable que les femmes obtiennent des postes à responsabilité dans la nouvelle administration. En conséquence, environ 60 à 80 femmes sont descendues dans les rues de Herat en scandant des phrases telles que "nous avons droit à l'éducation, à l'emploi et à la sécurité" et "nous n'avons pas peur, nous sommes unies". Les manifestants portaient également des banderoles réclamant des droits sous le nouveau régime taliban. 

Certaines femmes ont même déclaré qu'elles étaient prêtes à accepter la burqa si elle permettait à leurs filles d'aller à l'école, rapporte l'AFP. "Nous suivons les événements et nous ne voyons aucune femme aux réunions des talibans", a déploré Mariam Ebram, une manifestante, auprès de l'agence de presse. Ebram, 24 ans, a déclaré qu'ils ont essayé de parler aux talibans, mais "il n'y a pas de changement", en référence au précédent régime taliban qui a régné de 1996 à 2001. Ces années ont été marquées par des lois misogynes qui empêchaient les femmes d'étudier et de travailler.  "Après des semaines à essayer d'intellectualiser avec eux, nous, les femmes, avons décidé de faire entendre notre voix publiquement", a-t-elle ajouté.

atalayar_manifestaciones herat
PHOTO/AFP - Un manifestant afghan se heurte à un membre des talibans lors d'une manifestation à Herat, le 2 septembre 2021.

Quelques jours après la prise de Kaboul, les talibans ont lancé une campagne de propagande médiatique feignant un changement d'attitude à l'égard des femmes. Ils ont permis à l'un de leurs dirigeants d'être interviewé par une femme journaliste, et ont affirmé que les femmes auraient des droits "en vertu de la loi islamique". Cependant, des femmes afghanes comme Miriam Ebram préviennent que le mouvement n'a pas changé et que, comme sous le précédent gouvernement, les droits des filles et des femmes vont subir un revers majeur.

Beheshta Arghand, la journaliste qui a interviewé le chef taliban à la télévision, avertit également que la situation des femmes en Afghanistan "est très mauvaise". Arghand, craignant pour sa vie, a fui au Qatar quelques jours plus tard. "Je veux dire à la communauté internationale de faire tout ce qu'elle peut pour les femmes afghanes", a-t-elle déclaré. 

Lors de l'avancée des talibans au début du mois d'août, les Nations unies ont signalé que certaines femmes avaient déjà été fouettées en public pour ne pas avoir respecté les règles. Par ailleurs, une militante des droits des femmes a été tuée à Balkh.

atalayar_mujeres afganistan
AFP/AAMIR QURESHI - Un jeune homme afghan passe devant le mur d'un magasin avec des images de femmes défigurées à la peinture dans un marché de vêtements à Kaboul, le 2 septembre 2021.

 "Nous voulons faire partie du gouvernement. Aucun gouvernement ne peut être formé sans les femmes", a souligné Basira Taheri, l'une des organisatrices de la manifestation à Herat. Elle a annoncé que les protestations allaient se poursuivre et a appelé le reste du pays à "étendre ces manifestations à d'autres provinces".

Ces dernières années, les femmes afghanes ont réalisé de petites avancées en termes de droits, comme le travail et l'éducation. Pour cette raison, ils ne permettront pas que ces libertés durement acquises leur soient retirées. "Les femmes de ce pays sont informées et éduquées", a ajouté M. Taheri.

Les médias sociaux et le fait de disposer d'informations internationales au bout des doigts sont également des facteurs clés de ces manifestations, et il en sera de même pour toutes les manifestations sous le régime des Talibans. "Le peuple afghan a fait entendre sa voix très fortement en utilisant les médias sociaux pour ses causes", a déclaré à la BBC Nehan Nargis, ancien ministre du gouvernement. "Les gens sont beaucoup plus conscients", a-t-il ajouté.

atalayar_protestas kabul
AP/WALI SABAWOON - Des femmes se rassemblent pour réclamer leurs droits sous le régime taliban lors d'une manifestation à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 3 septembre 2021.

Ce n'est pas la première fois que les femmes manifestent depuis que les talibans ont pris le contrôle de Kaboul. Quelques jours après l'arrivée des insurgés dans la capitale, un groupe de femmes a manifesté en scandant "les femmes sont la moitié de la société". Comme à Herat, le groupe de Kaboul a mis l'accent sur le droit à l'éducation et à la participation à la vie politique.