PUBLICIDAD

Iberdrola

Nouveau protocole d'accord entre le Maroc et Israël

Les deux pays continuent de renforcer leurs liens et vont maintenant commencer à collaborer ensemble sur des projets liés à l'industrie aéronautique
banderas-barruecos-israel

FOTO/ARCHIVO  -   Drapeaux israélien et marocain

Le Maroc et Israël vivent l'un de leurs meilleurs moments en termes d'amitié et de coopération. Les deux pays n'ont cessé de collaborer depuis la reprise de leurs relations et le démontrent au niveau international par des accords mutuellement bénéfiques. Aujourd'hui, il semble que les projets ambitieux entre les deux pays aient été prolongés et que les deux nations aient signé un nouveau protocole d'accord pour commencer à exploiter le secteur de l'industrie aéronautique. 

Le Royaume vient de formaliser un accord avec la société hébraïque Israel Aerospace Industries (IAI), dans lequel les deux nations ont exprimé leur volonté de commencer à promouvoir ce secteur industriel. Avec ce nouveau pacte, les relations se resserrent et la coopération économique se poursuit. Le Maroc et Israël visent tous deux, par cette collaboration, à innover dans les domaines de l'investissement et de la technologie dans le secteur de l'aviation. 

dron-israelí-marruecos
AFP/ISAAC BREKKEN  -   Image de drone

Ryad Mezzour, ministre marocain de l'Industrie et du Commerce, a reçu le président du conseil d'administration de l'IAI, Amir Peretz, à Rabat. Étaient également présents à la réunion le directeur général de la marque israélienne, Boaz Levy, et le ministère délégué auprès du chef du gouvernement, chargé de l'investissement, de la convergence et de l'évaluation des politiques publiques au Royaume alaouite. 

Les deux pays ont ensuite précisé que ce mémorandum s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration conjointe entre le Maroc et Israël, un traité signé fin 2020. Celle-ci a pour mission de rétablir les relations entre les deux territoires et, au fil du temps, il a été possible de constater que ce qui avait été promis est en train de se réaliser. 

"C'est un accord symbolique et capital pour le développement de l'industrie aéronautique de notre pays, signé avec un acteur industriel mondial", a déclaré le ministre marocain à la presse. D'autre part, le président d'IAI a noté que "je connais l'incroyable potentiel qui existe au Maroc, et ce n'est que le début. Ensemble, nous allons former des équipes communes qui transformeront notre vision en réalité". 

embajador-israel-marruecos
FOTO/ ARCHIVO - Le ministre israélien des affaires étrangères, Yair Lapid

La nation nord-africaine et l'entreprise israélienne ont identifié les grandes opportunités que chacune peut offrir au secteur de l'industrie aéronautique, ce qui s'est traduit par la signature du document de collaboration. Désormais, comme l'indique l'agence de presse publique marocaine MAPNews, qui a eu accès aux points signés du texte, les deux pays collaboreront étroitement sur de nouveaux projets. Celles-ci seront principalement liées à l'impression 3D, à la fabrication d'intérieurs de cabine et de pièces de moteur d'avion, ainsi qu'aux aérostructures qui permettront de développer des avions plus modernes et plus performants que ceux qui existent aujourd'hui. 

Ils ont également proposé la création et la construction d'un centre de recherche et de développement, ainsi que d'un centre d'étude des questions d'ingénierie et le développement d'un réseau de fournisseurs locaux. L'entreprise israélienne IAI a accepté que cela se fasse par le biais de partenariats de sourcing (une technique utilisée par les entreprises pour identifier et évaluer les candidats parfaits pour effectuer l'emploi requis) avec lesquels elles ont signé des accords. 

Pour l'instant, le Maroc a confirmé que ces projets seront mis en œuvre principalement dans certains aéroports du Royaume. Il s'agit notamment de Er-Rachidia, Tata, Buarfa (sud-est) et Nouaceur (ouest). Le gouvernement marocain ajoute que, si les propositions aboutissent, il n'exclut pas d'appliquer ces idées à d'autres terminaux d'aviation dans le pays. 

rey-barruecos
FOTO/ARCHIVO - Image du roi Mohamed VI

La diplomatie entre les deux territoires se rétablit de plus en plus. Après les Accords d'Abraham, signés en 2020 sous la supervision des États-Unis et avec l'engagement de rétablir les relations diplomatiques bilatérales, en deux ans seulement, les deux pays ont obtenu des succès sans précédent, passant d'une absence de contact à une très bonne relation. Au cours de cette période, on a vu des délégations se rendre respectivement dans le pays de l'autre, ainsi que le retour d'ambassades dans les régions et des accords économiques, principalement dans les domaines de l'économie et de la défense.