PUBLICIDAD

Iberdrola

Nouveau revers pour la politique irakienne : les 73 députés de la force la plus votée au Parlement démissionnent

La nomination d'un nouveau premier ministre et la création d'une équipe gouvernementale sont compliquées par la démission de tous les députés irakiens du bloc sadriste, provoquée par leur chef Muqtada al-Sadr
atalayar-président-parlement-législatif-irak-mohamed-al-halbousi

Iraqi Parliament Media Office via REUTERS  -   Mohammed al Halbousi, réélu pour un second mandat à la présidence du Parlement, Hakim al Zamili, élu premier adjoint de Halbousi, et Shakhwan Abdulla, élu second adjoint, sont présents au siège du Parlement à Bagdad, le 9 janvier 2022.

Le paysage politique irakien, marqué par une impasse de plus de huit mois depuis les élections législatives anticipées d'octobre 2021, a été secoué par un nouveau séisme. Les 73 députés du bloc chiite sadriste, force majoritaire au sein de l'assemblée législative, ont annoncé dimanche qu'ils démissionnaient en bloc du parlement, encouragés par une lettre de leur propre chef, le religieux Muqtada al-Sadr, farouche opposant à l'ingérence américaine et iranienne dans le pays, qui avait déjà prévenu de cette décision quelques jours auparavant. 

"C'est mon sacrifice pour la patrie et pour le peuple, pour les libérer d'un destin inconnu, tout comme nous avons fait des sacrifices en d'autres occasions pour la liberté, la souveraineté, la sécurité, l'unité et la stabilité de l'Irak", la lettre envoyée par al-Sadr aux députés a été publiée par la chaîne kurdo-irakienne Rudaw. Ainsi, remerciant le "nationalisme et la fermeté" du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et du Parti du progrès -Sunni-, alliés parlementaires du Bloc sadriste (Sayirun), Al Sadr en a également profité pour annoncer la rupture de leurs relations. 

atalayar-sadristas-bloque-sadrista-muqtada-al-sadr
AFP/QASSEM AL-KAABI - Le clerc chiite irakien Muqtada al-Sadr prononce un discours dans la ville de Najaf, dans le centre de l'Irak, le 3 juin 2022

En outre, le mouvement a annoncé la fermeture de toutes les institutions et de tous les sièges affiliés à Al Sadr dans tout le pays, à l'exception de six centres : le sanctuaire et le bureau de Mohamed Sadiq al Sadr, le siège de Muqtada al Sadr, le bureau du patrimoine, le musée et le projet al-Bunyan al Marsous.

Pour sa part, le président de l'assemblée législative et chef du Parti du progrès, Mohamed al-Halbusi, a déclaré avoir fait un "effort sincère et honnête" pour empêcher la démission, mais al-Sadr, a-t-il dit, "a préféré se sacrifier plutôt que d'être la cause de la paralysie du processus". Ces derniers mois, le leader sadriste a dû faire face à l'opposition implacable de l'autre alliance de partis chiites - les pro-iraniens - regroupés dans le Cadre de coordination, qui ont empêché l'élection d'un nouveau président national à trois reprises consécutives, faute de quorum. Cette nomination précède l'élection d'un premier ministre et la création ultérieure d'une équipe gouvernementale. 

"Conformément aux demandes de Son Éminence Muqtada al Sadr, nous acceptons à contrecœur les demandes de démission de nos frères et sœurs, les députés du Bloc sadriste", a posté Al Halbusi sur son compte Twitter.

atalayar-parlamento-irak-dimision-bloque-sadrista
PHOTO/ Bureau des médias du Parlement irakien via REUTERS - Parlement irakien

Toutefois, selon les analystes et politologues iraniens, les parlementaires doivent approuver, à la majorité absolue, le départ des 73 députés, même si le président de la Chambre a accepté les démissions. "Le parlement doit encore ratifier cela en séance publique avec le quorum nécessaire", a déclaré le politologue irakien Hamzeh Haddad, expliquant que cette démarche pourrait être "juste un autre théâtre de la politique". En outre, le vote pourrait devenir un problème supplémentaire en raison des vacances parlementaires jusqu'en août. 

Que peut-il se passer à partir de maintenant ? 

La démission du groupe parlementaire qui a remporté les élections législatives générales d'octobre dernier avait pour principal objectif de relancer les négociations qui mettraient véritablement fin à la paralysie politique du pays. Cependant, les alternatives qui ont résulté de ce mouvement ne semblent pas donner de garanties que cela se produise à court terme

L'un des scénarios possibles maintenant est la répartition des sièges qui appartenaient jusqu'à présent aux députés sadristes. Ceux-ci seraient attribués au deuxième parti le plus voté dans chacune des circonscriptions électorales, ce qui modifierait l'équilibre politique et profiterait, entre autres, à l'alliance Marco de Coordinación, bien que la majorité absolue d'une force politique ne soit toujours pas garantie. 

atalayar-parlamento-irak-diputados-elecciones
AFP/AFP - La composition du parlement irakien après les élections législatives anticipées du 10 octobre, dont les résultats définitifs ont été publiés le 30 novembre

La deuxième solution consisterait à dissoudre le Parlement et à organiser de nouvelles élections anticipées. Cela signifierait que la décision d'Al Sadr n'aurait rien fait pour débloquer l'impasse parlementaire. 

Face à ce dilemme, le président irakien, ainsi que le premier ministre intérimaire du pays, Mustafa al-Kadhemi, et le chef du corps législatif, ont appelé dans un communiqué commun toutes les forces politiques à "unir leurs rangs" dans le but de "parvenir à une solution réelle et réaliste en garantissant l'unité et la réconciliation entre toutes les parties du pays"

atalayar-primer-ministro-irak
AP/KHALID MOHAMMED - Mustafa al Kadhimi, le premier ministre intérimaire de l'Irak, a été nommé à la tête du gouvernement
Un échiquier politique compliqué

Jusqu'à présent, l'objectif du Bloc sadriste était de créer un gouvernement de majorité parlementaire, pour lequel il avait le soutien du Parti démocratique du Kurdistan et du Parti du progrès. Mais l'alliance de 155 sièges n'a pas atteint la majorité absolue nécessaire pour diriger le parlement de 329 sièges. 

"Sadr est arrivé au point d'accepter l'amère réalité qu'il est presque impossible de former un gouvernement en dehors des groupes soutenus par l'Iran", a déclaré au News of the World Ali Moussawi, ancien parlementaire chiite et chercheur à l'université de Bagdad. La victoire des sadristes a d'abord fait naître l'espoir dans de nombreux secteurs de la population que l'Irak pourrait s'éloigner de l'ingérence iranienne dans le pays. 

Quoi qu'il en soit, tout gouvernement irakien qui arrivera au pouvoir sera confronté à une myriade de défis, allant de la pauvreté qui touche plus de 41 millions de personnes, à la corruption et à la dépendance pétrolière vis-à-vis de Téhéran, en passant par la faiblesse des institutions et les conséquences de la guerre. Entre-temps, la formation de ce gouvernement continuera d'être un défi en soi, car le point de départ est un accord entre l'amalgame de forces qui composent le corps législatif pour garantir que le premier ministre sera un musulman chiite, le président du parlement un sunnite et le président du gouvernement un Kurde.