PUBLICIDAD

Iberdrola

Nouvelle crise entre Paris et Alger: l'Algérie ferme son espace aérien aux avions militaires français

Le gouvernement algérien a pris cette décision après les déclarations de Macron selon lesquelles l'histoire officielle du pays arabe "n'est pas fondée sur la vérité"
atalayar_francia-argelia

PHOTO/AFP  -   Combinaison d'images du président français Emmanuel Macron et du président algérien Abdelmadjid Tebboune.

La question coloniale a toujours joué un rôle majeur dans les relations entre la France et l'Algérie. Les actes commis par les Français pendant l'ère coloniale dans le pays d'Afrique du Nord conditionnent directement les liens actuels, provoquant souvent des crises diplomatiques entre Alger et Paris.

L'artisan de la dernière escalade de la tension entre les deux pays a été, précisément, une déclaration du président français Emmanuel Macron sur le passé colonial. Le dirigeant français a fait une série de déclarations au journal Le Monde qui ont suscité une grande controverse en Algérie.

Macron a déclaré au journal français que "l'histoire officielle" de l'Algérie avait été "totalement réécrite". Le passé, selon le président, a été "totalement réécrit" par le "système politico-militaire" qui contrôle le pays. Macron a également souligné que l'histoire "ne repose pas sur des vérités", mais "sur un discours de haine envers la France". "Y avait-il une nation algérienne avant la colonisation française ?" a-t-il demandé.

atalayar_macron
PHOTO/AFP - Emmanuel Macron, président de la France

L'Algérie a obtenu son indépendance de la France en 1962 après une violente confrontation militaire qui a fait un très grand nombre de victimes. Des décennies plus tard, malgré les tentatives de Paris d'améliorer les relations, les événements du passé restent un facteur majeur qui entrave le bon déroulement des relations franco-algériennes.

Pour sa part, la présidence algérienne a déjà exprimé son "rejet catégorique de l'ingérence inacceptable dans ses affaires intérieures, telle qu'exprimée dans ces déclarations qui portent une atteinte inacceptable à la mémoire des 5 630 000 martyrs qui ont sacrifié leur vie dans la résistance héroïque contre l'invasion coloniale française, ainsi que dans la guerre bénie de libération nationale", comme indiqué dans un communiqué.

atalayar_exteriores argelia
Russian Foreign Ministry/Handout via REUTERS - Le ministre algérien des affaires étrangères Sabri Boukadoum

"Cette intervention malheureuse contredit fondamentalement les principes qui devraient régir toute coopération algéro-française en matière de mémoire", a-t-il souligné. "Rien ni personne ne peut absoudre les puissances coloniales de leurs crimes", a-t-il ajouté. Du point de vue algérien, il est essentiel que Paris reconnaisse et s'excuse pour les crimes commis pendant l'ère coloniale.

"La France doit reconnaître ses crimes de génocide contre les Algériens depuis 1830", a déclaré l'historien algérien Mohammed al-Amin Balghaith à l'agence turque Anadolu. Hassen Kacimi, directeur de la migration au ministère algérien de l'Intérieur, souligne également que "la question de la mémoire est très sensible en Algérie car elle touche à l'histoire, à l'âme et à l'identité du peuple algérien"

atalayar_colonizacion argelia
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archive du 27 mai 1956, les troupes françaises bouclent Alger, un quartier arabe vieux de 400 ans.
L'Algérie ferme son espace aérien aux avions militaires français

Comme elle l'a fait avec le Maroc après avoir suspendu ses relations diplomatiques, l'Algérie a interdit aux avions français d'accéder à son espace aérien. Un porte-parole des forces armées françaises a déclaré que l'Algérie avait fermé son espace aérien à deux vols, mais que cela n'aurait "aucune conséquence majeure" pour les opérations au Sahel, rapporte France24. L'armée française utilise souvent la voie aérienne algérienne pour rejoindre la région africaine, où elle mène des missions de lutte contre le terrorisme.

"Ce matin, lorsque nous avons soumis les plans de vol de deux avions, nous n'avons pas appris que les Algériens avaient interrompu les survols de leur territoire par des avions militaires français", a déclaré à l'AFP Pascal Ianni, porte-parole des forces armées. 

atalayar_francia-argelia
AFP/RYAD KRAMDI - Le ministre algérien des Affaires étrangères Sabri Boukadoum (R) reçoit son homologue français Jean-Yves Le Drian dans la capitale Alger, le 21 janvier 2020.

En plus de la fermeture de l'espace aérien, Alger a rappelé son ambassadeur en France, Mohamed Antar Daoud, pour "ingérence inacceptable". C'est la deuxième fois que le gouvernement algérien rappelle son ambassadeur à Paris. En 2020, elle l'a fait après que la télévision française a diffusé un documentaire sur le mouvement de protestation du Hirak.

Tout ceci intervient peu de temps après que la France ait annoncé le retrait des visas pour les citoyens algériens, une autre décision qui détériore davantage les relations entre les deux pays. Le ministère algérien des affaires étrangères a qualifié la décision de Paris de "décision unilatérale du gouvernement français". Elle a également convoqué l'ambassadeur de France pour protester contre cette décision, qui "affecte la qualité et la fluidité de la circulation des ressortissants algériens vers la France".

atalayar_argelia francia
AP/RAFAEL YAGHOBZADEH - Des manifestants munis de drapeaux nationaux algériens organisent une manifestation sur la place de la République à Paris.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, a défendu la décision de l'Élysée, arguant que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie "refusent d'accueillir des citoyens que nous ne voulons pas ou ne pouvons pas garder en France". Il a également affirmé que la décision a été prise après un mois d'efforts diplomatiques infructueux avec les trois pays du Maghreb.