PUBLICIDAD

Marruecos

"Nouvelle guerre froide" : les tensions dans les relations entre l'Occident et la Russie atteignent un niveau record

Dans le contexte de la crise migratoire actuelle, l'Ukraine a mis en garde contre le déploiement de quelque 100 000 soldats russes près de ses frontières
REUTERS/CHARLES PLATIAU

REUTERS/CHARLES PLATIAU  -   Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine assistent à une conférence de presse conjointe après un sommet du format Normandie à Paris, en France, le 9 décembre 2019.

La récente crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne a une fois de plus mis en évidence le fossé qui sépare les relations entre l'Occident et la Russie. Elle a provoqué une série d'accusations de part et d'autre qui démontrent la fragilité de ces liens.

Les acteurs impliqués dans cette crise migratoire sont l'Union européenne, en particulier la Pologne et la Lituanie, et le Belarus. Toutefois, outre les différends entre les parties concernées, cette controverse s'est étendue à d'autres puissances, telles que le Royaume-Uni, la Russie, l'Ukraine et les États-Unis. Bien qu'il puisse sembler que cette crise ne touche pas ces pays, la grave situation dans la zone frontalière est devenue l'un des principaux points de leur agenda en raison de la méfiance entre les nations occidentales, ainsi que l'Ukraine et la Russie.

crisis migratoria polonia bielorrusia
BELTA/OKSANA MANCHUK via REUTERS - Des migrants se rassemblent à la frontière biélorusse-polonaise pour tenter de traverser alors que la police polonaise monte la garde du côté polonais de la frontière au poste frontière de Bruzgi-Kuznica Bialostocka dans la région de Grodno, en Biélorussie, le 15 novembre 2021.
Accusations croisées entre l'Europe et la Russie sur la crise migratoire

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a directement désigné la Russie comme le cerveau de la crise. "Cette attaque que Lukashenko est en train de mener a son cerveau à Moscou, le cerveau est le président Poutine", a-t-il déclaré. D'autres gouvernements européens ont réitéré les propos du premier ministre polonais. Comme on pouvait s'y attendre, ces déclarations n'ont pas été bien accueillies à Moscou. Poutine a fait allusion aux actions des forces polonaises contre les migrants. "Cela ne cadre pas avec les idées d'humanité qui sont censées sous-tendre toutes les politiques de nos voisins occidentaux", a-t-il déclaré. De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a qualifié les commentaires de Morawiecki d'"absolument irresponsables et inacceptables". Peskov a également désigné l'Union européenne comme la coupable de la crise migratoire. "Ce n'est rien d'autre que de nouvelles tentatives d'étranglement du Belarus", a-t-il déclaré.

Le Belarus fait l'objet de sanctions de l'UE en raison de l'oppression de l'opposition politique et de la nature autoritaire du régime d'Alexandre Loukachenko. À la suite de l'incident frontalier, Bruxelles a approuvé une nouvelle série de sanctions "pour les attaques de migrants hybrides" contre les compagnies aériennes et les agences de voyage. Le dirigeant biélorusse est le plus ancien dirigeant d'Europe, au pouvoir depuis 1994, et a parfois été qualifié de "dernier dictateur d'Europe". Sur le plan international, Moscou est le principal soutien de Minsk. 

polonia
Oficina del primer ministro polaco/Handout vía REUTERS - Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et le ministre de la Défense nationale Mariusz Blaszczak près de Kuznica Bialostocka, en Pologne, le 9 novembre 2021.

Les États-Unis se sont également exprimés sur la crise, faisant directement allusion à la Russie. Biden a assuré à la presse qu'il "communiquait sa préoccupation à la Russie et au Belarus". Pour sa part, Poutine a réaffirmé que le gouvernement russe "n'a rien à voir avec cela".

La Russie se présente comme un médiateur dans la crise migratoire

Le président russe a assuré que son pays était "prêt à aider à résoudre la situation des migrants à la frontière du Belarus et de l'Union européenne", rapporte TASS. L'agence de presse russe a également noté que Poutine a eu des conversations téléphoniques avec Angela Merkel et Loukachenko. L'Allemagne, dans ce contexte, joue un rôle clé, car elle est la destination finale souhaitée pour de nombreuses personnes bloquées à la frontière.

"Le président a exprimé son espoir de contacts directs entre Bruxelles et Minsk", a annoncé Peskov. Jusqu'à présent, il y a eu une communication entre Merkel et Lukashenko. Les deux dirigeants ont discuté des solutions possibles pour résoudre la crise migratoire, tandis que la chancelière allemande a offert une aide humanitaire aux migrants à la frontière.

merkel-lukashenko
REUTERS/VASILY FEDOSENKO - Photo d'archive, le président biélorusse Alexandre Loukachenko (R) accueille la chancelière allemande Angela Merkel lors d'une réunion à Minsk, le 11 février 2015.
Londres déclare que Moscou porte une "responsabilité claire" dans la crise migratoire

Le Royaume-Uni, bien que ne faisant plus partie de l'Union européenne, a choisi de s'exprimer sur la situation à la frontière biélorusse. Liz Truss, la ministre des affaires étrangères, a exhorté Poutine à intervenir dans la crise car, selon le gouvernement britannique, la Russie a une "responsabilité claire". Elle a également prévenu que le Royaume-Uni suivrait de près l'évolution de la situation dans la région

Le gouvernement russe a répondu aux commentaires du ministre des Affaires étrangères en rappelant le passé du Royaume-Uni au Moyen-Orient et son rôle dans le flux de réfugiés. "Le Royaume-Uni porte une responsabilité historique claire dans tout ce qui s'est passé dans la région : mort d'Irakiens, destruction de l'État irakien, flux interminables de réfugiés, montée de Daesh, catastrophes humanitaires", a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. "Tant que Londres ne sera pas tenue responsable de ses crimes, ses représentants n'ont pas le droit de montrer du doigt qui que ce soit", a-t-elle ajouté. 

rusia exteriores
Ministère russe des Affaires étrangères/Handout via REUTERS - La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, assiste à une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 22 avril 2021.

Poutine a réitéré les affirmations de Zakharova. "N'oublions pas d'où vient la crise liée aux migrants. Ces causes ont été créées par les pays occidentaux, y compris les pays européens", a-t-il déclaré.

Les relations entre Moscou et Londres ne sont pas non plus au beau fixe. Depuis l'incident survenu en mer Noire cet été, les tensions entre les deux parties se sont accrues. La Russie a accusé le navire britannique HMS Defender de naviguer dans les eaux territoriales russes, tandis que le Royaume-Uni a affirmé qu'il traversait les eaux ukrainiennes. Boris Johnson, le premier ministre britannique, a déclaré lors du sommet sur le climat à Glasgow que les relations actuelles avec la Russie ne sont "pas ce que Londres souhaite". Il a pointé du doigt les empoisonnements de 2018 à Salisbury et la crise ukrainienne en Crimée comme des "difficultés majeures".

Dans ce contexte, le général Nick Carter, chef d'état-major de la défense britannique, a mis en garde contre le danger d'une "guerre accidentelle entre l'Occident et la Russie". Carter a souligné "l'absence d'outils diplomatiques traditionnels". "Les diplomates sont désormais confrontés à un monde multipolaire plus complexe", a-t-il ajouté.

Selon le général britannique, à l'heure actuelle, le risque d'une "guerre entre l'Occident et la Russie" est le plus élevé depuis la guerre froide. "C'est le véritable défi que nous devons relever", a-t-il averti.

reino-unido
Jeff Overs/BBC/Handout vía REUTERS - Le général de l'armée britannique Sir Nick Carter apparaît dans l'émission The Andrew Marr Show de la BBC à Londres, en Grande-Bretagne, le 11 juillet 2021.
Nouvelle escalade de la tension à la frontière ukrainienne et en mer Noire 

Au milieu d'une crise migratoire qui a une fois de plus suscité la controverse entre l'Occident et la Russie, les tensions entre Kiev et Moscou se sont à nouveau intensifiées. Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a mis en garde contre le déploiement de soldats russes près de ses frontières. Selon Zelensky, Moscou a envoyé quelque 100 000 unités.

En raison de cette démonstration militaire, le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a mis en garde contre une "éventuelle attaque militaire de la Russie". Les États-Unis ont réaffirmé les craintes de Kuleba en soulignant que la Russie pourrait "planifier une éventuelle invasion de l'Ukraine". Moscou, pour sa part, a qualifié le rapport américain d'"efforts vides et infondés visant à exacerber les tensions".

L'Union européenne a pris position aux côtés de l'Ukraine dans son conflit avec la Russie. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exprimé "un engagement continu et inébranlable en faveur de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine" lors d'une rencontre avec le secrétaire d'État américain Antony Blinken. 

vladimir putin
AP/ALEXEI NIKOLSKY/SPUTNIK - Le président russe Vladimir Poutine

L'Ukraine a également soutenu les États européens pendant la crise migratoire, en particulier la Pologne, le principal pays touché. "L'Ukraine soutient la Pologne dans ce moment difficile et espère résoudre la crise créée artificiellement de manière pacifique et civilisée", a déclaré le ministre ukrainien de l'Intérieur, Denys Monastyskiy.

Cependant, la Russie a tourné son attention vers la mer Noire, où l'OTAN a intensifié ses manœuvres depuis cet été. Poutine a qualifié ces actions de "provocation". "Ces manœuvres des États-Unis et de certains de leurs alliés renforcent les tensions entre la Russie et l'OTAN", a déclaré le Kremlin dans un communiqué.

Depuis l'annexion de la péninsule de Crimée en 2014, le conflit entre les séparatistes pro-russes et les autorités de Kiev dans la région de Donbas s'est intensifié. Dans ce contexte, l'UE et les États-Unis ont soutenu le gouvernement ukrainien, qui a également bénéficié du plein appui de l'OTAN lors des escalades passées, comme celle d'avril. 

ucrania-eeuu
AFP/BRENDAN SMIALOWSKI - Le président américain Joe Biden et le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 1er septembre 2021, à Washington, DC.

Des décennies après la désintégration de l'Union soviétique, la tension entre l'Occident et la Russie reste latente. En outre, dans ce contexte de "nouvelle guerre froide", il est nécessaire de souligner le rôle de la Chine, une puissance qui a accru son influence ces dernières années, non seulement dans la région Asie-Pacifique, mais aussi dans d'autres parties de la planète comme l'Afrique et l'Amérique latine. Le caractère expansionniste de Pékin en a fait l'un des principaux rivaux de Washington. Bien que l'ancien président américain Donald Trump ait lancé une guerre commerciale avec la Chine en 2018 en augmentant les droits de douane sur les produits chinois, Biden a poursuivi cette contestation, et a même durci les mesures. En revanche, Biden maintient la même politique avec Moscou. "La Chine et la Russie savent que les États-Unis ont l'armée la plus puissante du monde", a récemment déclaré le président américain en évoquant la situation à Taïwan. 

otan-mar-negro
AP/EFREM LUKATSKY - Des marins de la marine américaine du destroyer USS Ross, regardent un avion militaire russe les survoler, lors des exercices Sea Breeze 2021, en mer Noire, jeudi 8 juillet 2021.

Cette phrase pourrait bien définir la politique étrangère américaine actuelle, une politique qui présente la Russie et la Chine comme les principaux antagonistes et qui a été extrapolée à l'Europe également, où la méfiance à l'égard de Pékin et de Moscou s'accroît.