PUBLICIDAD

Marruecos

Nouvelles méthodes pour déstabiliser les démocraties : s'attaquer à l'opinion publique

Certains médias ont eu un énorme pouvoir d'influence sur la population
 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

 -  

Les démocraties ont besoin d'un système de diffusion de l'information large et libre.

Les nouvelles technologies ont transformé notre société et amélioré notre mode de vie, grâce à la numérisation, qui nous offre une multitude d'opportunités. Dans le domaine de la communication et du journalisme, ils offrent un nombre infini de possibilités d'informations, de sources et d'histoires, qui nous sont offertes par le réseau sans avoir besoin d'intermédiaires.

Dans ce contexte de nouveaux médias, on assiste à un processus de désintermédiation, c'est-à-dire de contact direct entre les producteurs et les consommateurs, qui accroît l'accès à toutes sortes de contenus, mais pas la capacité à les comprendre ou à les transformer en connaissances. Il en résulte une boucle de rétroaction, où médias traditionnels et réseaux sociaux coïncident. Il s'agit d'une bulle construite sur la fausse prémisse que les réseaux sociaux sont représentatifs de l'opinion publique, puisqu'ils sont l'espace où se forme l'opinion publique.1

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Les démocraties ont besoin d'un système de diffusion de l'information large et libre qui permette aux citoyens de choisir les informations qu'ils consomment, en s'éloignant d'un système d'endoctrinement qui éduque les citoyens sur certaines idées. Car un système de presse libre est l'un des éléments les plus importants pour mesurer les normes démocratiques d'un pays. 

Cela dit, il est inévitable de reconnaître que certains médias ont eu un énorme pouvoir d'influence sur la population, et qu'ils l'ont exercé en fonction de leur propre agenda politique, notamment certains partis politiques qui les ont utilisés pour gagner des adeptes et diffuser leur message. Pour que le concept de presse libre existe, il faut qu'il y ait la possibilité d'accéder à des médias aux approches très diverses, qu'ils se basent ou non sur les " fissures " que toute société entretient, ou qu'ils aient une ligne éditoriale transversale. 

Malgré cette liberté d'information, la propagande politique apparaît également comme un outil essentiel pour influencer l'opinion publique. C'est également un élément fondamental de la démocratie pour que tout candidat ou groupe puisse faire connaître ses idées et, par conséquent, être élu par les citoyens qui s'identifient à lui ou qui pensent que ses idées défendent leurs intérêts. Bien qu'il s'agisse d'un outil d'information électorale, il est parfois utilisé par des pays tiers pour déstabiliser l'opinion publique. 

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

L'opinion publique dans les systèmes démocratiques

L'opinion publique est un ensemble d'opinions et de positions diverses sur une question particulière. Les individus tentent de ne pas s'écarter des croyances majoritaires de la société afin d'éviter la marginalisation de leurs opinions et de leur comportement, reflétant ainsi l'opinion publique. 

Selon Herbert Blumer, une société est composée de différents groupes fonctionnels tels que les associations, les sociétés ou les syndicats qui sont des groupes d'intérêt. Ces groupes tentent d'influencer d'autres groupes stratégiques composés de législateurs et d'individus qui prennent des décisions qui affectent les individus. En d'autres termes, les groupes fonctionnels créent cette opinion qui sera soutenue par la majorité de la société, donnant naissance à l'opinion publique.

Pour que l'opinion publique se reflète, il est essentiel que la liberté d'expression prévale dans les démocraties. La numérisation, l'exposition des données personnelles et l'accès à l'information, associés aux libertés démocratiques telles que la liberté d'opinion, créent un espace qui offre aux utilisateurs des réseaux sociaux des possibilités infinies d'accès, de partage et de diffusion de l'information. De cette manière, nous pouvons trouver une immense quantité de nouvelles, vraies ou fausses, à notre disposition, sans qu'il existe un intermédiaire pour réguler le trafic d'informations, dans la plupart des cas. Dans ce contexte, des groupes aux objectifs spécifiques apparaissent, visant à créer une opinion majoritaire, qui cherche à confronter les individus de la société contre le régime dans le but de le déstabiliser. 

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Pour les nations occidentales, l'année 2016 restera notamment marquée par la décision référendaire du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne ("Brexit") et la victoire de Donald Trump aux États-Unis. Les résultats de ces élections ont non seulement représenté de sérieux défis pour les normes politiques établies, mais ont également mis en évidence de sérieuses lignes de fracture entre différents groupes de citoyens, augmentant ainsi la polarité de la société.

Dans le même temps, des "fake news" sont apparues, créées entièrement ou en grande partie dans un style très similaire à celui des reportages souvent publiés en ligne et qui s'adressent souvent séparément aux personnes ayant des opinions politiques de gauche et de droite.

Depuis deux ans, le ministère de la sécurité intérieure (DHS) travaille à la surveillance et à la détection des campagnes de désinformation. La stratégie de détection et d'action contre la désinformation a été encouragée par les institutions européennes pour lutter contre les campagnes principalement attribuées à la Russie. Ce département a détecté les campagnes de désinformation des principales ingérences étrangères qui cherchaient à affecter la souveraineté nationale espagnole. Les élections américaines de 2016 et le référendum sur le Brexit sont quelques-uns des précédents qui ont conduit à la mise en œuvre de cette stratégie de cybersécurité.

En 2016, les États-Unis ont élu Donald Trump à la présidence et le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne (Brexit). Aucune de ces décisions démocratiques n'était innocente, mais la conséquence de campagnes de désinformation populistes.  Avec des intérêts économiques et/ou politiques, ils visent à saper la crédibilité des processus et des institutions démocratiques. Alors que le "Trumpisme" a encore polarisé et divisé la société américaine, l'UE a vu le Royaume-Uni partir. 

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

La lutte de l'UE contre la désinformation s'intensifie après le Brexit

Un exemple clé de la politique de la post-vérité est le référendum sur le Brexit. Deux facteurs clés ont donné naissance à cette nouvelle forme de politique au Royaume-Uni : 1) les changements technologiques associés aux médias sociaux, qui amènent les gens à s'informer en ligne, où n'importe qui peut publier des messages sans vérifier l'exactitude des affirmations ; 2) une méfiance croissante à l'égard des institutions démocratiques, des élites politiques, de l'expertise et des gardiens des médias traditionnels, qui entraîne à son tour une perte de confiance dans les connaissances spécialisées établies, laissant la population prête à se fier à des informations provenant de sources douteuses2.

Selon un Eurobaromètre publié il y a un an et demi, 88% des Européens considéraient que "la désinformation se propage facilement sur les réseaux sociaux car les fake news font appel aux émotions des citoyens" ; 84% considéraient qu'elle cherche à avoir un impact sur le débat public et 65% qu'elle est conçue pour générer des profits pour ceux qui la créent. La Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord sont derrière la désinformation détectée en Europe, selon une résolution adoptée par les députés.

Les recherches du Parlement montrent que 45 000 messages sur le Brexit ont été postés par des comptes originaires de Russie au cours des dernières 48 heures de la campagne référendaire, soulignant la vulnérabilité du projet européen à la désinformation. 

Tunisia puts Ennahda official under house arrest, colleague says

C'est pourquoi les institutions européennes soutiennent la création de réseaux de vérificateurs de faits. En outre, ils ont développé une série d'initiatives au cours de l'année 2018 pour définir une stratégie européenne contre la désinformation qui met l'accent sur la responsabilité des réseaux sociaux dans la dénonciation des faux contenus. 

L'influence des médias sociaux dans les campagnes électorales. La victoire de Trump aux États-Unis
L'un des éléments les plus soulignés dans la stratégie de campagne de Trump, et l'un des plus novateurs par rapport aux campagnes précédentes, est l'importance qu'il a accordée aux réseaux sociaux comme premier canal de communication, abandonnant partiellement les médias traditionnels.

Le phénomène de la désinformation a commencé à gagner en visibilité en 2016 pendant la campagne électorale américaine, notamment lorsque certaines fake news ont commencé à être davantage partagées sur Facebook que les vraies nouvelles. En outre, le scandale de Cambridge Analytica a éveillé les soupçons sur la campagne électorale américaine et a sensibilisé le public. 

Le New York Times et The Observer ont mené une enquête conjointe révélant qu'en 2014, l'entreprise s'est emparée d'une base de données à usage universitaire et l'a exploitée sans autorisation pour élaborer des stratégies électorales pendant les élections américaines, l'un des plus grands vols d'informations de l'histoire de Facebook. Deux ans plus tard, Cambridge Analytica, qui était toujours en possession de ce matériel, a fourni des services à la candidature présidentielle du républicain Trump, qui a remporté l'élection de novembre 2016.

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Cambridge Analytica a obtenu ces données par l'intermédiaire d'un psychologue de l'université de Cambridge, le russo-américain Aleksandr Kogan, qui, après avoir obtenu l'autorisation de Facebook de demander des données à ses utilisateurs, et financé à hauteur de 800 000 dollars par Cambridge Analytica, a collecté des données telles que des identités, des localisations et des "likes". À son tour, l'application lui a permis d'atteindre les informations de leurs amis, multipliant sa portée à 50 millions d'utilisateurs. Cependant, selon la déclaration de Facebook signée par son vice-président Paul Grewal, le psychologue Kogan a violé les politiques de protection des données de Facebook en partageant ces informations avec Cambridge Analytica.

À la suite des révélations sur l'agence démantelée, Facebook a bloqué les applications qui collectaient des données sur ses utilisateurs et leurs contacts. Au lieu de cela, selon Samuel Woolley, professeur à l'université du Texas et responsable d'un département de recherche sur la propagande, les candidats politiques et les groupes activistes utilisent désormais leurs propres méthodes, tout aussi puissantes, voire plus, que celles utilisées lors de l'élection de 2016.

Son équipe a examiné les messages et a constaté que l'application de Trump, et dans une moindre mesure celles de son rival démocrate, Joe Biden, et d'autres groupes politiques, collectaient des données pour personnaliser la communication par SMS, courriel ou médias sociaux. Certaines applications ont également extrait des informations de vos contacts et suivent votre localisation et vos activités, comme le shopping ou la fréquentation d'une église. Les campagnes peuvent être combinées avec des tiers, à partir de commerçants de données ou de registres publics, pour cibler des messages très précis à des individus ou des groupes spécifiques.3

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

La désinformation augmente pendant l'incertitude causée par COVID-19

Profitant du manque d'informations précises et des situations d'incertitude ou de crise, on a assisté récemment à une augmentation mondiale de la diffusion de fausses informations qui ont inondé et contaminé la communauté scientifique et l'opinion publique. 

Le décalage entre le consensus scientifique et l'opinion publique sur les questions de santé et de sécurité s'aggrave progressivement à mesure que la polarisation de la société s'accroît, offrant un environnement optimal à certains groupes pour propager de fausses théories, portant atteinte à la liberté des personnes. Dans ce contexte, la crise de santé publique émergente due au coronavirus (COVID-19) commence également à ressentir les effets de la désinformation.

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Comme pour le coronavirus, la désinformation s'est largement répandue, noyant les sources d'information officielles, ce qui a finalement conduit à une plus grande propagation et à une atténuation inefficace de la transmission du virus. Ces derniers mois, les publications de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Center for Disease Control (CDC) américain ont été considérablement éclipsées par les fake news et les théories du complot4.

Alors que le COVID-19 devient une crise de santé publique, de multiples théories sur l'origine du virus se sont imposées sur Internet. En outre, elles ont contribué à semer la confusion sur la manière de réduire la transmission et l'exposition au virus, par exemple en encourageant l'utilisation de remèdes maison. L'apport de vitamine C et la consommation d'ail sont présentés comme des remèdes miracles malgré le manque de preuves. 

Si beaucoup d'entre eux sont inoffensifs, certains peuvent être très dangereux. Un produit qui a gagné en popularité sur les médias sociaux consiste à mélanger une solution de chlorite de sodium avec de l'acide citrique, ce qui génère une solution de dioxyde de chlore. Les instructions indiquent qu'il faut consommer ce puissant agent de blanchiment, qui promet des actions antimicrobiennes, antivirales et antibactériennes. La Food and Drug Administration américaine a émis des avertissements sévères à son encontre, car il provoque de graves vomissements, une hypotension potentiellement mortelle et une insuffisance hépatique aiguë5

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Il est important que dans les situations de grande envergure, comme une pandémie mondiale, les gouvernements fassent preuve de transparence et fournissent des informations claires et honnêtes au public. La confusion du public laisse les citoyens non préparés à combattre une crise de santé publique. Dans des moments comme celui-ci, le message des dirigeants gouvernementaux doit être cohérent afin que le public puisse retrouver la confiance dans les fonctionnaires. L'émergence de ce virus est l'occasion pour le public et les professionnels de la santé de lutter ensemble contre cette menace commune. 

Conclusions : combattre la désinformation

Les organismes officiels doivent gérer, éduquer et répondre correctement aux préoccupations des citoyens. De cette manière, il est possible de surmonter le niveau de méfiance qui a résulté des mouvements anti-science de ces dernières années. En outre, il faut lutter contre la désinformation en démantelant ces sources de propagation de fausses informations qui nuisent à la santé publique. 

La Commission européenne a publié en avril 2018 sa communication sur la "lutte contre la désinformation en ligne", dans laquelle elle préconise, entre autres mesures, la création d'un écosystème en ligne plus transparent, plus digne de confiance et plus responsable. Cette perspective sur la désinformation dans l'UE servirait à "fournir un cadre pour une coopération efficace entre les parties prenantes concernées, y compris les plateformes, les annonceurs, les médias et la société civile, afin de garantir l'engagement à coordonner et à accroître les efforts pour lutter contre la désinformation" ; et le soutien au journalisme de qualité, y compris les initiatives de renforcement des capacités, les nouvelles technologies et les plateformes collaboratives axées sur les données.

 Nuevos métodos para desestabilizar las democracias: atacar a la opinión pública

Selon Guy Berger, directeur de la politique et de la stratégie de communication et d'information de l'UNESCO, la réponse consiste à améliorer le flux d'informations véridiques et à veiller à ce que la demande soit satisfaite. "Pour contrer les rumeurs, les gouvernements devraient être plus transparents et diffuser de manière proactive davantage de données".

Pour contrer la désinformation, l'agence utilise les hashtags #ShareKnowledge, #ThinkBeforeYouShare et #ThinkBeforeYouClick sur Twitter. En même temps, elle promeut l'idée que les droits à la liberté d'expression et à l'accès à l'information sont les meilleurs remèdes aux dangers de la désinformation.

"Les mensonges flagrants se répandent sur Internet à une vitesse terrifiante", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Une analyse récente a révélé que plus de 40 % des messages concernant le COVID-19 sur une grande plateforme de médias sociaux étaient postés par des bots, des programmes automatisés déguisés en personnes. À cet égard, Guterres souligne l'importance du travail des journalistes pour aider les gens à prendre les bonnes décisions concernant la maladie.

Références

1 “Opinión pública e infoxicación en las redes: los fundamentos de la post-verdad”
2 Hannah Marshall, Alena Drieschova “Post-Truth Politics in the UK's Brexit Referendum”
3 “Cambridge Analytica ya no está, pero las campañas de Biden y Trump emplean otros métodos” France 24 (https://www.france24.com/es/20201012-cambridge-analytica-ya-no-est%C3%A1-pero-las-campa%C3%B1as-de-biden-y-trump-emplean-otros-m%C3%A9todos)
4 “Noticias falsas, desinformación, otra pandemia del coronavirus” (https://news.un.org/es/story/2020/04/1472922)
5 “FDA warns consumers about the dangerous and potentially life-threatening side effects of Miracle Mineral Solution”.  (https://www.fda.gov/news-events/press-announcements/fda-warns-consumers-about-dangerous-and-potentially-life-threatening-side-effects-miracle-mineral)
6 “Coronavirus: the spread of misinformation” (https://link.springer.com/article/10.1186/s12916-020-01556-3)