PUBLICIDAD

Iberdrola

Oman va introduire la TVA pour la première fois en raison de l'impact économique du COVID

L'application de la TVA concernera une large liste de produits et de services dans le cadre des nouvelles mesures économiques mises en œuvre par le Sultanat
Omán, que anunció a principios de esta semana la introducción de un IVA del 5% AFP/ MOHAMMED MAHJOUB

AFP/ MOHAMMED MAHJOUB  -   Oman, qui a annoncé en début de semaine l'introduction d'une TVA de 5 %.

Oman prélèvera pour la première fois une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 5 % en raison de l'impact économique généré par le COVID et de la chute des prix du pétrole. Selon l'agence officielle ONA, cette nouvelle mesure tentera d'atténuer l'impact économique que la pandémie génère dans le pays.

Selon le chef de l'autorité fiscale omanaise, Saud Bin Nasser al-Shukaily, la taxe devrait rapporter "400 millions de rials omanais par an", ce qui équivaudrait à environ 1 041 millions de dollars et représenterait 1,5% de la valeur du produit intérieur brut du Sultanat.

Al-Shukaily a assuré que cette taxe ne sera pas appliquée à plus de 93 produits de base, médicaments et services éducatifs, de sorte que "l'impact sera minimal sur le consommateur".

Oman devient le quatrième pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à introduire la TVA, suivi par les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Arabie saoudite. 

L'impact de la pandémie sur les économies du CCG et la chute des prix du pétrole ont contraint les pays membres à mettre en œuvre des mesures d'austérité économique, des réductions de dépenses et des augmentations d'impôts. En Arabie Saoudite, la TVA a été triplée à 300% comme source alternative de revenus pour réduire la dépendance au pétrole et obtenir des revenus supplémentaires. 

Una mujer con mascarillas como medida de protección contra la pandemia de coronavirus, compra verduras en un supermercado de un centro comercial de Mascate, la capital de Omán, el 14 de octubre de 2020 AFP/ MOHAMMED MAHJOUB
AFP/ MOHAMMED MAHJOUB-Une femme portant des masques par mesure de protection contre la pandémie de coronavirus fait ses courses de légumes dans un supermarché d'un centre commercial à Muscat, la capitale d'Oman, le 14 octobre 2020.

La dépendance économique des États du Golfe vis-à-vis du pétrole, en tant que principaux exportateurs de pétrole dans le monde, leur a permis de se développer à l'échelle mondiale et de constituer une solide base de réserves. Toutefois, cette dépendance à l'égard du pétrole brut a contraint les États du Golfe à rechercher d'autres sources de revenus, car elle les rend vulnérables aux fluctuations du prix du pétrole. 

La pandémie a eu un impact majeur sur le prix du pétrole, provoquant d'importants déficits de l'État qui menacent la structure de l'État et sa stabilité politique. Les principaux objectifs d'Oman, définis dans sa stratégie de développement à long terme, sont de réduire cette dépendance et de promouvoir la croissance, de diversifier la production et les exportations en dehors du pétrole et de créer des opportunités d'emploi. 

De même, Oman continue de promouvoir les investissements étrangers comme une mesure à mettre en œuvre pour le développement des infrastructures et la formation d'un environnement favorable aux affaires, ce qui générerait une concurrence entre les États membres du CCG.