PUBLICIDAD

Iberdrola

Ortega démarre sa campagne en traitant les évêques du Nicaragua de "terroristes"

Le président nicaraguayen cherche à se faire réélire pour la troisième fois consécutive, avec une controverse sur le harcèlement de toute opposition
atalayar_ortega nicaragua

AFP PHOTO/PRESIDENCIA NICARAGUA/CESAR PEREZ  -   Le président Daniel Ortega lors du 41e anniversaire de la révolution sandiniste.

Le président nicaraguayen Daniel Ortega a officiellement lancé lundi sa campagne pour sa troisième réélection consécutive, avec un discours axé sur l'attaque des évêques, qu'il a qualifiés de "terroristes", ainsi que des dirigeants de l'opposition emprisonnés depuis mai, et des États-Unis.

Lors d'une cérémonie à portes fermées depuis sa résidence, qu'il occupe en tant que Maison du gouvernement et en tant que secrétaire général du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) au pouvoir, et accompagné de son épouse et vice-présidente, Rosario Murillo, qui brigue également un nouveau mandat, Ortega a assuré que les évêques nicaraguayens, dans le contexte de la révolte populaire qui a éclaté en avril 2018, lui ont donné un "ultimatum" pour quitter le pouvoir dans les 24 heures.

Lors de l'événement, retransmis à la radio et à la télévision, le président a déclaré que les évêques "nous ont lu l'ultimatum, où ils nous ont donné 24 heures pour partir et remettre le gouvernement, le pouvoir judiciaire, le pouvoir électoral, l'Assemblée nationale, pour tout remettre".

"Un coup d'État comme celui que les vendus au Venezuela ont donné à (feu) le président vénézuélien (Hugo) Chávez, et que le peuple a ensuite inversé. Ici (au Nicaragua), c'était exactement la même chose et les gens ne pouvaient pas le supporter", a-t-il déclaré.

atalayar_protestas nicaragua eeuu
AP/JOSE LUIS MAGANA - Des partisans du Nicaragua manifestent devant la Maison Blanche pour demander la libération des prisonniers politiques et la fin des violations des droits de l'homme commises par le gouvernement contre ses détracteurs.
Accusations contre les États-Unis, les opposants et les évêques

Selon Ortega, les évêques, qui ont joué le rôle de médiateurs dans le cadre d'un dialogue national visant à trouver une solution pacifique à la crise sociopolitique que connaît le pays depuis avril 2018, lui ont remis "un document honteux, au nom des terroristes", en référence à l'opposition qui était le pendant de l'exécutif à la table des négociations, et qui, selon lui, sert "l'empire" des États-Unis.

Dans le document, les évêques "n'ont pas demandé, ils ont exigé le retrait de toutes les autorités et l'installation de terroristes dans le gouvernement au service des Yankees", a-t-il déclaré.

Le président a déclaré qu'il avait accepté le document, plié le papier, remercié les évêques et ensuite "nous avons dit que nous devions retrouver la paix, parce qu'à cette époque, il n'y avait pas de paix au Nicaragua, il y avait la terreur et le pays était paralysé".

atalayar_protestas nicaragua
PHOTO/REUTERS - Un manifestant tient un panneau montrant le président nicaraguayen Daniel Ortega et l'ancien président Anastasio Somoza lors d'une manifestation contre la violence policière et le gouvernement du président Ortega à Managua, au Nicaragua.

La police nationale et des civils cagoulés et armés, sympathisants de Sandinismo, ont neutralisé les manifestations antigouvernementales, qui ont éclaté le 18 avril 2018 en raison de réformes controversées de la sécurité sociale et se sont ensuite transformées en une demande de démission du président Ortega.

Les manifestations, décrites par l'exécutif comme une "tentative de coup d'État", ont fait au moins 328 morts, selon la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), bien que les organisations locales avancent le chiffre de 684 et que le gouvernement en reconnaisse 200.

"Terroriste en col blanc"

Ortega a indiqué que les dirigeants de l'opposition emprisonnés, dont sept qui aspiraient à être candidats à la présidence, étaient "les véritables auteurs des actes de terrorisme" et que les personnes chargées de bloquer les routes sur les autoroutes "étaient des criminels".

Le leader sandiniste a ajouté que les évêques qui lui ont remis le document "sont aussi des terroristes".
 

atalayar_oposicion nicaragua
AFP/AFP - Profils des personnalités de l'opposition détenues au Nicaragua à l'approche des élections présidentielles jusqu'au 23 juin.

"Bien sûr, ce sont des terroristes. Dans d'autres pays, ils seraient jugés", a-t-il déclaré.

Il a déclaré qu'après cette tentative de "coup d'État terroriste" en avril 2018, son gouvernement a réussi à rétablir la paix, la sécurité et les programmes sociaux.

"Dieu merci, nous allons à ces élections dans des conditions pacifiques", a noté Ortega, qui a accusé les Nicaraguayens de l'extérieur du pays de "chercher des moyens d'infiltrer des gens pour commettre des actes de terrorisme", sans toutefois offrir de preuves.

"De l'extérieur du pays, ils se promènent en demandant, en exigeant que des sanctions soient appliquées au Nicaragua, qui ne sont plus des actes criminels, des crimes contre l'humanité", a-t-il déclaré.

atalayar_ortega murillo
AFP PHOTO/NICARAGUAN PRESIDENCY/CESAR PEREZ - Le président nicaraguayen Daniel Ortega (au centre), la vice-présidente Rosario Murillo (à gauche) et Carlos Fonseca Terán (à droite) assistant à la cérémonie d'anniversaire de naissance du leader sandiniste Carlos Fonseca Amador sur la Plaza de la Revolución à Managua, le 23 juin 2021.

Ortega, qui est revenu au pouvoir en 2007 après avoir dirigé une junte gouvernementale de 1979 à 1985 et présidé le pays pour la première fois de 1985 à 1990, a déclaré que, pour les élections du 7 novembre, "le chemin est déjà tracé" et qu'"il s'agit de donner une continuité à la paix".

Le président a donné le coup d'envoi de sa campagne lundi en rendant hommage au 109e anniversaire de la mort du héros national Benjamín Zeledón.