PUBLICIDAD

Iberdrola

Panela, un doux pari pour maintenir les populations indigènes dans les hautes terres de Colombie

Nutritive, riche et très calorique, la panela aide les Arhuacos à lutter contre la malnutrition ; l'agence des Nations unies qui lutte contre le trafic de drogue soutient cette communauté indigène
panela-sierra-colombia-onu

UNODC/Laura Rodríguez Navarro  -   La Sierra Nevada de Santa Marta est un lieu où l'eau est abondante, les matins chauds et les nuits froides, avec des sommets de plus de cinq mille mètres dont les neiges se jettent dans les Caraïbes colombiennes et qui est protégé par la communauté indigène des Arhuacos

"S'ils ne connaissent pas la panela aux États-Unis, que mangent-ils ?" Un indigène Arhuaco d'une quarantaine d'années brise le silence avec cette question. Il est 19 heures - en Colombie, il fait toujours nuit à cette heure-là - et dans les assiettes, il y a des restes de riz et d'œufs. Quelqu'un prend une gorgée d'eau panela, un édulcorant naturel, et le son des crapauds et des grillons s'intensifie dans la maloca. Nous sommes quelque part dans la Sierra Nevada de Santa Marta, la plus haute montagne côtière du monde. La question n'est pas rhétorique mais elle reste sans réponse. Le ton de sa surprise explique que la panela est un mode de vie pour les plus de 5 000 Arhuacos qui résident dans ce lieu magique du nord de la Colombie.

panela-sierra-colombia-onu
UNODC/Laura Rodríguez Navarro - Arhuacos récoltant la canne à sucre
L'indigène Arhuaco, protecteur de la Sierra Nevada

La Sierra Nevada de Santa Marta est connue en Colombie comme "le cœur de la terre". C'est un lieu où l'eau abonde, où les matins sont chauds et les nuits froides, avec des sommets de plus de cinq mille mètres dont les neiges se jettent dans les Caraïbes colombiennes. Les routes ici n'ont pas de goudron et sont marquées par les traces des mules qui sont brouillées quotidiennement par les pluies tropicales de l'après-midi.

Ses terres fertiles, qui, il y a dix ans encore, regorgeaient de coca et de marijuana, produisent aujourd'hui du cacao, du café et de la panela. La plénitude de la vie s'exprime dans un silence sépulcral. Il s'agit d'un sanctuaire naturel protégé par les communautés indigènes, qui ont récupéré il y a seulement 15 ans ce qui, d'après leurs ancêtres, leur appartient.  "Être Arhuaco, c'est prendre soin de la nature, avoir le cœur dans la Sierra, dans l'eau, dans les arbres, dans les lagunes et dans la neige", explique Rogelio Mejía, représentant légal d'Asoarhuacos (Association des producteurs indigènes Arhuaco).

Les Arhuacos de la Sierra Nevada vivent dans douze resguardos* répartis sur les 17 000 kilomètres carrés de ce parc naturel national. Le centre de tout cela est le resguardo de Kankawarwa, le plus proche d'une municipalité pavée et le seul à disposer d'un centre de santé et d'un accès à Internet. "C'est ici que sont prises toutes les décisions pour le resguardo", dit Rogelio, un ancien gouverneur du resguardo.

Malgré les distances qui les séparent (il faut plusieurs jours pour atteindre certains resguardos), les communautés indigènes travaillent ensemble pour le bien-être général. Aujourd'hui, plusieurs problèmes sont préoccupants à Kankawarwa : le mauvais état des routes, le manque d'accès aux centres de santé (en effet, tout le monde n'a pas pu se faire vacciner contre le COVID-19) et surtout le problème de la malnutrition des enfants. 

panela-sierra-colombia-onu
UNODC/Laura Rodríguez Navarro - Filles de la communauté indigène Arhuaco, Colombie
Panela : un mode de vie

"On boit de l'aguapanela avec du citron, de l'aguapanela chaude ou mélangée à du café. Il est très nutritif, très riche et contient beaucoup de calories, ce qui nous aide, nous les Arhuacos qui marchons d'un endroit à l'autre pendant plusieurs kilomètres", explique Gunawwi Mejía, membre de la communauté Arhuaca de la Sierra Nevada.

La panela est fabriquée à partir de la canne à sucre, une plante dont la tige massive atteint une hauteur de deux à quatre mètres. Un an après la plantation, la tige est coupée et broyée dans un moulin pour en extraire le jus de sucre. "Nous connaissons le moulin depuis de nombreuses années, mais c'est un moulin à mulets ; la bête se retourne et traîne la poutre qui broie la canne", explique Rogelio. 

panela-sierra-colombia-onu
UNODC/Laura Rodríguez Navarro - Panela séchant sur le crâne

Une fois le jus extrait, il est bouilli à haute température et remué jusqu'à ce que la cachaza (impuretés) soit extraite et qu'une texture semblable à celle du miel soit obtenue. On le laisse sécher dans des gaveras (moules en bois où le miel s'épaissit) jusqu'à l'obtention des fameuses "briques" de panela.

Malgré son importance, ce produit ne touche pas tout le monde. La production irrégulière de la communauté Arhuaca et la situation économique de certaines familles ne permettent pas à certains enfants de consommer cette source de calories de base ou toute autre dans leur alimentation. Cela se traduit par un problème de malnutrition.

"Chaque famille consomme trois livres de panela par jour et nous sommes, plus ou moins, 1 800 familles. Si vous multipliez cela, c'est beaucoup. Ce que nous voulons, c'est rendre le broyage de la panela plus technique, l'améliorer, en faire une plus grande quantité pour approvisionner toute la communauté", explique Rogelio.

 Le défi de Seynerin

Bien qu'il s'appelle Camilo, son nom est Seynerín, qui en Arhuaco signifie "le début de tout". Âgé de 23 ans, il est étudiant en administration publique à l'Institución Universitaria Politécnico Grancolombiano. Il étudie à Kankawarwa et, comme le reste des membres du resguardo, porte toujours une couverture en laine blanche et son toczuma (chapeau) de la même couleur. "Je suis indigène, j'ai ma place ici et je ne veux pas quitter mes origines", dit-il sans fierté. "Je me suis toujours consacré à l'accompagnement des communautés pour la réalisation d'activités, comme la culture du cacao ou des légumes.

Seynerin, dont le nom de famille est Villafaña Torres, est conscient que la génération de ses parents a récupéré les terres où ils vivent actuellement. Aujourd'hui, sa génération, et lui en particulier, doit relever le défi de maintenir une qualité de vie qui ralentira l'exode des Arhuacos vers la ville. "Il y a des gens qui partent. Mon objectif est de continuer à vivre ici, car un Arhuaco, quel que soit le nombre de personnes qui partent, restera toujours un Arhuaco", dit-il. Elle ne juge jamais, pas même ceux qui renient leurs racines : "La plupart d'entre eux reviennent", ajoute-t-elle.

Les objectifs de Seynerin sont de garantir la nourriture pour tous les enfants et de créer un système économique autonome. Panela pourrait être la solution.

Il y a sept ans, la communauté d'Arhuaca a reçu du gouvernement colombien un moulin industriel destiné à extraire le jus de canne à sucre, connu en Colombie sous le nom de "trapiche". L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et Ecopetrol (la principale compagnie pétrolière et gazière de Colombie) se sont associés pour mettre cette usine en service. Seynerín a été choisi par la communauté pour être leur liaison avec ces entités. "Avant, nous avions un hectare de canne à sucre, mais avec le soutien de l'ONU et d'Ecopetrol, nous avons maintenant cinq hectares à Kankawarwa", explique Seynerín.

Carlos Alberto Jordán est un animateur de terrain pour l'agence des Nations unies. Bien qu'il ne fasse pas partie de la communauté, il se promène dans le resguardo comme n'importe quel autre Arhuaco, et il dit lui-même qu'il a le sentiment de faire partie de la communauté. Il travaille depuis des années avec les communautés indigènes et fait preuve d'un grand respect pour la culture ancestrale qui, entre autres, ne permet pas l'exploitation de 100 % de leurs terres ; 70 % doivent être laissés pour la régénération de l'écosystème. Carlos forme les Arhuacos à la culture de la canne à sucre, et les accompagne également dans la transition vers le nouveau moulin à sucre, qui ne sera plus actionné par des mules, pour le bien des animaux, mais par un moteur. "L'idée est que chaque semaine, ils pourront produire de la panela avec des coupes échelonnées. Parfois, on les laisse pendant deux ou trois semaines sans panela et ils doivent aller en acheter, l'idée étant qu'ils en aient ici", explique-t-il. 

panela-sierra-colombia-onu
UNODC/Laura Rodríguez Navarro -  La communauté indigène des Arhuacos se consacre à la production de panela dans cette région de Colombie.
 Une communauté reconnaissante

La communauté, quant à elle, est plus que reconnaissante : "Nous avons appris qu'il faut savoir régler le feu et qu'il faut d'abord goûter le sucre. Avant, on disait que le panela ne pouvait pas être fabriqué dans un sol chaud parce qu'il ne durcit pas, mais c'était par manque de connaissances", explique Rogelio.

Carlos visite fréquemment les cinq resguardos où les moulins ont été adaptés. Il est toujours accompagné de Seynerín. Contrairement à Kankawarwa, Windiwa, Yeiwin, Bunkwamake et Singuney se trouvent au cœur de la Sierra, à plus de six heures de route du principal resguardo. Une grande partie du trekking se fait à pied ou à dos de mulet, et les déplacements sont soumis à des conditions météorologiques et des pistes imprévisibles.

Le soleil de la Sierra est impitoyable et l'altitude étouffe dans les montées. Seynerín, en sandales, marche pendant des heures. Il traverse, sans tacher ses vêtements blancs, les flaques d'eau, les vasières et les rivières. Il voyage toujours léger avec deux sacs à dos : un de chaque côté. Dans l'un, il porte son poporo [1] et dans l'autre, des feuilles de coca plus petites qu'il mâche en chemin et que, chaque fois qu'il rencontre un autre Arhuaco, il échange en guise de salut.

Seynerín ne se plaint sur la route que si personne ne parle : il n'est pas du genre à parler beaucoup, mais il aime écouter les autres, surtout Carlos.

Le trajet se déroule sans encombre, pas une goutte ne tombe. Carlos et Seynerín arrivent épuisés au resguardo de Singuney, mais le travail ne fait que commencer : "Il y a environ trois hectares de canne à sucre ici, dont on peut tirer environ neuf tonnes de panela", explique Carlos. La récolte est deux fois plus importante qu'il y a un an, grâce au travail de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime avec Ecopetrol, et dans quelques mois, la récolte sera prête à nourrir les 68 familles vivant dans le resguardo.

Vicente Izquierdo, commissaire du resguardo, les accueille dans la maloca [2]. Il se préoccupe également de l'alimentation des enfants : "Il y a des familles qui manquent de ressources et d'eau, et en ce sens, nous devons les aider", dit-il.

L'objectif à Singuney ainsi qu'à Windiwa, Yeiwin et Bunkwamake, qui sont les resguardos les plus éloignés, est que les Arhuacos produisent suffisamment de panela pour nourrir toute leur communauté. Après l'adaptation du moulin, trois personnes sont formées dans chaque resguardo. "De cette façon, en cas de panne, ils peuvent changer la pièce sans avoir à arrêter la production pendant des jours jusqu'à ce qu'un technicien arrive de Santa Marta", ajoute Carlos. 

panela-sierra-colombia-onu
UNODC/Laura Rodríguez Navarro - La Sierra Nevada de Santa Marta est un lieu où l'eau est abondante, les matins chauds et les nuits froides, avec des sommets de plus de cinq mille mètres dont les neiges se jettent dans les Caraïbes colombiennes et qui est protégé par la communauté indigène des Arhuacos.
Autosuffisance et même exportation

A Kankawarwa, où ils ont un moulin industriel, le projet de panela est plus ambitieux. "Nous avons pensé que 50% devaient être utilisés pour la consommation dans la région et les autres 50% pour l'exportation", explique Rogelio. L'idée est applaudie par toute la communauté, car tous les revenus iraient au resguardo et pourraient garantir au moins dix emplois rémunérés. "C'est innovant et nous serions la première communauté à promouvoir l'industrie de la panela dans ce secteur, et sa commercialisation est un grand défi", déclare M. Gunnawi.

Pour l'instant, la panela produite à Kankawarwa sera envoyée au programme d'alimentation scolaire indigène, une initiative de l'État dont bénéficieront plus de 1 700 enfants Arhuaco fréquentant 22 écoles de la Sierra Nevada. "Nous avons des élèves qui font jusqu'à deux heures de trajet pour se rendre à l'école, ce qui leur permettra de recharger leurs batteries", explique Gunawwi Mejía, qui coordonne le programme dans la région. Avec ce projet, les enfants auront une double garantie de consommer ce produit : à la fois avec l'autosuffisance produite par leur refuge et avec le Programme.

Seynerín compte les semaines avant l'arrivée de la première grande récolte de canne à sucre dans la Sierra Nevada. Les Arhuacos de Singuney, Windiwa, Yeiwin et Bunkwamake se lèveront tôt pour récolter et moudre avec le moulin à canne à sucre à moteur. Ce n'est pas seulement une réussite pour sa communauté, c'est aussi un signe d'espoir pour lui et pour tous les jeunes qui veulent continuer à vivre dans les resguardos de la Sierra.

De leur côté, à Kankawarwa, avec le soutien de l'agence des Nations unies et d'Ecopetrol, ils demandent déjà un certificat à l'Institut national de surveillance des médicaments et des aliments de Colombie afin que leur produit puisse être vendu à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Dans quelques années, les États-Unis pourraient également consommer de la panela provenant de la Sierra Nevada de Santa Marta.

*Selon Wikipédia, le resguardo est une institution juridique socio-politique d'origine coloniale espagnole en Amérique, consistant en un territoire reconnu d'une communauté d'ascendance amérindienne, avec un titre de propriété inaliénable, collectif ou communautaire, régi par un statut spécial autonome, avec ses propres directives et traditions culturelles.
[1] Poporo*= Calabazo sec contenant de la poudre de coquillage, dans lequel la coca mâchée est introduite au moyen d'un bois. L'objectif est de frotter et d'accumuler les feuilles humidifiées sur l'extérieur du calabazo afin qu'il augmente de volume tout au long de la vie adulte du porteur. Exclusivement pour un usage masculin.
[2] Maison communale.