Parti afghan : dehors avec les États-Unis, dedans avec la Russie et la Chine

L'ingérence occidentale a une fois de plus joué contre nous : elle a renforcé la perspective anticoloniale, consolidé la base des discours extrémistes, obtenu un plus grand soutien social et enragé la population locale
jinpin-vladimir-putin

PHOTO/AP  -   Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping, au centre gauche, au Kremlin à Moscou, dans cette photo d'archive

Les Talibans, au pouvoir en Afghanistan depuis 1996, partenaires d'Al-Qaïda, ont cédé le territoire comme refuge et base d'opérations aux moudjahidines de Ben Laden.

Après les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis ont exigé des talibans la remise du chef de l'organisation et des terroristes recherchés pour leur implication dans les attentats, ainsi que l'expulsion d'Al-Qaïda d'Afghanistan, ce que les talibans ont refusé. C'est l'étincelle qui a déclenché ce qui allait conduire à l'invasion de l'Afghanistan plus tard dans l'année. 

afganistan-taliban

Avant la GWOT, le 10 septembre 2001, l'administration de la sécurité nationale de l'administration Bush a proposé une mesure pour capturer Ben Laden : l'ultimatum aux Talibans qui, s'ils n'offraient pas le chef d'Al-Qaïda aux autorités, cesseraient de recevoir de l'"aide", de transférer des fonds aux groupes anti-Talibans et de mener une action militaire directe contre eux afin de renverser leur régime.

Après le 11 septembre, l'ultimatum a été rejeté par les talibans et le président George W. Bush a annoncé la guerre mondiale contre le terrorisme (GWOT), obtenant ainsi le soutien de l'OTAN. En octobre de la même année, l'opération Enduring Freedom est lancée. 

intervencion-eeuu-afganistan
AFP/VYACHESLAV OSELEDKO - La guerre en Afghanistan, qui a débuté après les attentats du 11 septembre, a coûté la vie à des dizaines de milliers d'Afghans et à quelque 2 400 soldats américains.

A l'analyse, une fois de plus, le recours à la force n'a pas permis de mettre fin au problème, bien au contraire. Comme cela a été le cas dans les autres territoires où des guerres ou des insurrections sont actuellement menées, la guerre n'a servi à court terme que de moyen de vengeance et de revanche, mais à long terme de terreau pour le renforcement des organisations terroristes ou des groupes de guérilla.

Les talibans, aussi craints et détestés qu'ils puissent être par la population afghane, ont vu leurs troupes et leur soutien renforcés par les morts civiles excessives causées par les bombardements occidentaux. La perspective de "salut" initialement offerte par les forces d'occupation s'est transformée en soutien au "local". La même chose s'est produite avec l'armée afghane, qui a été formée à la manière occidentale comme un conglomérat tribal, ignorant les conformités historiques entre les différentes tribus afghanes, ce qui est une raison de plus pour ajouter aux facteurs de poussée en faveur des Talibans. 

taliban-afganistan

L'ingérence occidentale a une fois de plus joué contre nous : elle a renforcé la perspective anticoloniale, consolidé la base du discours extrémiste, obtenu un plus grand soutien social et exaspéré la population locale, qui est de plus en plus proche des groupes de guérilla locaux.

En laissant de côté la méthodologie de la guerre, on a une fois de plus développé une stratégie superflue, plus médiatique qu'intelligente. Le régime des talibans a été renversé et le chef d'Al-Qaïda, Ben Laden, a été tué. Des améliorations ont été apportées après cela ?

Les talibans ont été chassés du pouvoir, mais jamais exterminés, aucun programme social n'a été mis en œuvre pour empêcher le développement d'un terrain propice à la radicalisation, aucune mesure prospective n'a été mise en place pour éradiquer ou atténuer le soutien et les forces des talibans afin d'empêcher leur retour. Ce groupe de guérilleros s'est isolé dans les zones rurales où, au cours des vingt dernières années, il a continué à se développer sur le plan logistique et économique, par le biais du marché noir, en attendant le moment idéal pour frapper à nouveau. Ce moment est arrivé lorsque les États-Unis ont accepté de retirer leurs troupes d'Afghanistan en 2020, se retirant petit à petit jusqu'au 31 août de cette année. 

delegacion-talibana-rusia

D'autre part, l'assassinat de Ben Laden. Un événement historique qui a fait la une des médias du monde entier, couronnant les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme. Cependant, Al-Qaïda reste intact, voire même plus fort, ayant agi intelligemment en étendant un système de réseaux qui a ancré ses positions. L'assassinat de Ben Laden, dix ans seulement après le 11 septembre et en plein printemps arabe, a propulsé Ayman Al Zawahiri à la tête de l'organisation. 

Sans un nom aussi charismatique que celui de Ben Laden, Al Zawahiri a réussi non seulement à maintenir l'organisation à flot, mais aussi à étendre son système de franchise ces dernières années. Dans une période aussi compliquée en termes de rivalité terroriste, après avoir focalisé l'attention du monde sur son organisation dissidente Daesh, Al-Qaïda a réussi à travailler intelligemment dans l'ombre, plutôt que de s'effondrer face à sa perte de popularité, et reste aujourd'hui l'organisation la plus puissante du monde. Comme je l'ai mentionné dans mon précédent article "La victoire stratégique d'Al-Qaeda sur Daesh" : "Le projecteur médiatique capté par Daesh a été utilisé à son propre avantage par Al-Qaeda, qui a opéré un changement stratégique dans l'ombre, de manière subtile, inaperçue et, surtout, intelligente, se révélant être, malgré tout, une option plus forte et plus mature pour les adeptes du djihad". 

tropas-eeuu-afganistan

Compte tenu du paysage afghan actuel, il est essentiel de revenir 20 ans en arrière et de s'intéresser à l'organisation mère, qui a des liens avec les talibans et qui peut unifier ses forces et son soutien avec les autres organisations affiliées environnantes et s'autonomiser comme elle ne l'aurait jamais fait auparavant. Après des années d'autonomisation discrète, c'est peut-être "leur moment".

En attendant, il est curieux d'analyser la position "communiste" sur le conflit. La position de la Russie reste sur la touche, essayant d'éviter de revivre son passé, se limitant à limiter et à réduire l'action des talibans au territoire afghan, profitant de la perte de prévalence des États-Unis et maintenant son rôle de médiateur dans l'escalade du conflit. Sa principale préoccupation porte sur la situation dans les pays d'Asie centrale, ceux qui intéressent la Russie et qui sont la limite de l'action militaire du Kremlin. L'échec des Américains et de l'OTAN en Afghanistan pourrait être utilisé à l'avantage de la Russie.

Deuxièmement, et non moins important, la Chine. La situation géostratégique de l'Afghanistan présente un grand intérêt pour les Chinois qui, profitant du retrait américain, renforceront leurs liens tant avec les Talibans qu'avec le gouvernement russe, dynamisant ainsi leurs relations dans la région. Bordant l'Afghanistan (le col du Wakhan, long de 76 km), en plein dans la région du Xinjiang, où se trouvent les camps de "rééducation" qui violent de manière répétée les droits de l'homme de l'ethnie ouïgoure, musulmane d'origine turque (plus d'informations dans l'article "Terrorisme djihadiste ou terrorisme d'État ? Le problème chinois au Xinjiang"). Il est plus que probable que des mouvements terroristes émergent dans la région à la suite de la répression menée par le gouvernement et de la diaspora ouïgoure qui en découle, avec l'Afghanistan ou le Pakistan comme l'une de leurs principales destinations, avec une interaction possible avec Al-Qaïda et d'autres groupes djihadistes, ce qui n'a jamais été prouvé mais est possible. Ce passage frontalier se consolide comme un point stratégique fondamental pour la route de la soie et l'ambitieux projet à développer dans la région, l'Afghanistan étant une source importante de différents minéraux et matières premières, dont le lithium

maniobras-militares-rusas-frontera

Les propos de Wang Yi sur le projet d'aide humanitaire aux talibans sont dignes d'intérêt : "Nous saluons l'attitude positive des talibans à l'égard de la construction politique, de la lutte contre le terrorisme et des relations avec les pays voisins après leur entrée à Kaboul, mais l'essentiel est de les mettre en pratique ; il y a deux points essentiels : le premier est d'être inclusif ; le second est de combattre résolument le terrorisme. Nous espérons que les Talibans pourront tirer les leçons du passé, interagir activement avec tous les groupes ethniques et factions sous le gouvernement intérimaire, tenir leurs promesses envers le monde extérieur et devenir plus reconnus mondialement", comme le souligne France 24 dans un article publié le 9 septembre.

Cela montre le nouvel échiquier qu'est devenu l'Afghanistan, un véritable bonbon appétissant pour diverses puissances, sur lequel la Russie et la Chine ont jeté leur dévolu, profitant du retrait et de la perte de puissance des États-Unis. La partie ne fait que commencer dans le jeu géostratégique, mais ce qu'il faut retenir, c'est que le terrorisme sera l'ennemi commun.

Bibliographie
 

  1. Borger, J. (24 de Marzo de 2004). Bush team `agreed plan to attack the Taliban the day before September 11´. The Guardian.
  2. Doñate, M. (24 de Agosto de 2021). Afganistán, el pistoletazo de salida para la hegemonía de China. RTVE.
  3. Sedano, R. (9 de Septiembre de 2021). China hace millonaria donación a Afganistán sin obviar la amenaza terrorista. Frnce 24.