Pas de bises ni de câlins : CaixaForum analyse la disparition des rituels sociaux causée par la pandémie

L'écrivain Nora Catelli et l'anthropologue Manuel Delgado sont les protagonistes du colloque ‘¿Qué perdemos cuando no podemos celebrar los ritos sociales?’ (« Que perdons-nous lorsque nous ne pouvons pas célébrer les rites sociaux ? »)
L'un des aspects qui a modifié la pandémie est la façon dont nous vivons Noël

 -   L'un des aspects qui a modifié la pandémie est la façon dont nous vivons Noël

Sans grandes célébrations et sans pouvoir dire au revoir à nos proches, sans bises ni câlins. La pandémie du COVID-19 a supprimé les gestes avec lesquels nous communiquions auparavant, modifiant ainsi notre façon de communiquer : la plupart de nos interactions sociales se font désormais à partir de la froideur d'un écran. Cette prémisse marque le point de départ du colloque ‘¿Qué perdemos cuando no podemos celebrar los ritos sociales?’, organisé par CaixaForum dans le cadre du cycle ‘Fuera de eje. Desplazamientos de una pandemia’, promue par la Fondation "la Caixa".

Lors de cette rencontre, la spécialiste en littérature Nora Catelli s'entretient avec l'anthropologue Manuel Delgado, avec la complicité de la journaliste Milagros Pérez Oliva. Ensemble, ils passent des gestes de salutation, qui ont été suspendus, au contact physique, à la relation avec l'extérieur ou à la démonisation des espaces sociaux. Avec leurs contributions, ils forment un espace « pour faire danser les neurones » au rythme de réflexions intéressantes truffées de références littéraires et philosophiques, comme celles apportées par Byung-Chul Han, Carmen Laforet, Michel Foucault et Friedrich Nietzsche. 

La célébration du Nouvel An, les anniversaires, le carnaval, un repas familial à Noël ou un mariage sont quelques-uns des premiers rituels qui viennent à l'esprit. Mais le terme englobe davantage de contenu : « La vie quotidienne est saturée d'actes rituels, qui, au fond, sont ceux qui nous permettent de percevoir de manière non équivoque notre loyauté envers un groupe spécifique », commence Manuel Delgado. Et, dans cette ligne, ajoute Nora Catelli, « comme nous, les humains, avons le besoin de partager, les rituels deviennent un moyen d'assurer la condition humaine ».

Noël, un rite de retour à la maison

L'un des aspects qui a modifié la pandémie est la façon dont nous vivons Noël. Pour Delgado, ce nouveau scénario a mis en évidence un paradoxe : « D'une part, Noël est une nuisance en raison de l'accumulation des obligations, mais d'autre part, si les personnes qui rentrent à la maison pour Noël chaque année ne viennent pas, nous nous sentons offensés ». Parce que le rituel, entre autres aspects, implique une « unification de ceux qui le fêtent ». 

La disparition des rituels due à la pandémie a mis en lumière nos particularités. « Le rituel est constitué d'obligations sociales, et ce qui nous angoisse, c'est de ne pas avoir d'obligations sociales, car cela implique que nous n'avons pas de société », selon les termes de Delgado. C'est pourquoi, selon les deux experts, pendant le confinement, nous sortons au balcon pour applaudir, cherchant à établir un nouveau rituel. « C'est une façon d'accéder à la symbolisation, d'occuper la litanie », dit Catelli. 

La vida cotidiana está saturada de actos rituales, que en el fondo son aquellos que nos permiten advertir de una forma inequívoca nuestra lealtad a un grupo específico
La vie quotidienne est saturée d'actes rituels, qui sont essentiellement ceux qui nous permettent de ressentir de manière non équivoque notre loyauté envers un groupe spécifique
Les funérailles, un rite de passage

Un autre des rituels qui ont été modifiés est celui des funérailles. « Nous n'avons pas pu dire au revoir à nos proches. De plus, les anciens n'ont pas été considérés comme une partie active du rituel, mais en ont été l'objet du rituel. Ce sont des citoyens qui ont le droit d'être ambivalents face à la mort », a déclaré Catelli. 

« Vous ne pouvez pas être vivant et puis mort. Il doit y avoir un juste milieu, un matelas qui assure que la vie et la mort ne se touchent pas. Et c'est exactement ce que fait un enterrement. L'adieu a cette valeur rituelle, pour s'assurer qu'un être cher est mort et parti », dit Delgado. 

Compte tenu du nouveau contexte de la distance sociale, les rituels sociaux ont été relégués au second plan, bien que pour les orateurs « ce sera temporaire » et qu'ils retrouveront plus tard leur place. « Ce sera un très long épisode, mais nous allons encore baisser notre garde et reprendre l'habitude du contact humain », prédit Catelli. Delgado, pour sa part, en est l'exemple du point de vue éducatif. « Une grande partie de la vie universitaire se déroule au bar. La classe officie une cérémonie puis effectue ce renversement de rôle au bar. Si soudainement la ritualisation de cet aspect est perdue, automatiquement l'académie est perdue. Rien n'aurait plus de sens ».

Fuera de eje. Desplazamientos de una pandemia

Ce colloque s'inscrit dans le cycle de conversation Fuera de eje.  Desplazamientos de una pandemia’, organisé par la Fondation "la Caixa" sur des questions centrales qui, suite à l'apparition du COVID-19, ont acquis de nouvelles nuances et nécessitent de nouvelles réponses.

Éthique, relations et liens, dialogues entre le Nord et le Sud, communication et technologie, éducation et histoires du futur sont les six axes du cycle, qui peuvent être suivis en intégralité dans l'Agora numérique du CaixaForum. Dans cette ligne, l'entité a également promu ‘¿Y ahora qué?’ « Et maintenant ? », un axe qui soulève la façon dont nous sommes maintenant et les perspectives futures qui nous sont présentées. En outre, pendant les mois de janvier et février, des thèmes tels que la vieillesse, la santé mentale et la communauté seront abordés. 

Vous pouvez visualiser la conversation grâce à ce lien : https://caixaforum.es/es/digital/p/-que-perdemos-cuando-no-celebramos-los- ritos-sociales-_a13620559 

La estudiosa de la literatura Nora Catelli conversa con el antropólogo Manuel Delgado, con la complicidad de la periodista Milagros Pérez Oliva, en el coloquio ‘¿Qué perdemos cuando no podemos celebrar los ritos sociales?’
La spécialiste en littérature Nora Catelli s'entretient avec l'anthropologue Manuel Delgado, avec la complicité de la journaliste Milagros Pérez Oliva, lors du colloque "Que perdons-nous lorsque nous ne pouvons pas célébrer les rites sociaux ?

Nora Catelli a été professeur à l'Université nationale de Rosario, en Argentine, jusqu'à son exil en 1976. À Barcelone, elle a obtenu un doctorat en philologie hispanique et est professeur émérite de théorie littéraire et de littérature comparée à l'université de Barcelone. Elle est traductrice et a écrit des préfaces à Franz Kafka, George Eliot, Henry James, Virginia Woolf, Clarice Lispector et Miquel Bauçà, entre autres. En plus de nombreux articles, elle est l'auteur de ‘El espacio autobiográfico y Testimonios tangibles. Pasión y extinción de la lectura en la narrativa moderna’. 

Manuel Delgado est professeur d'anthropologie à l'Université de Barcelone, directeur du GRECS et membre de l'Observatoire d'anthropologie des conflits urbains. Il a notamment publié des ouvrages sur la violence rituelle et l'appropriation sociale de l'espace public, thèmes de livres tels que "La ira sagrada", "Ciudad líquida, ciudad interrumpida", "El animal público", "Sociedades movizas", "El espacio público como ideología" et "Ciudadanismo".