Pas de grandes surprises dans les élections parlementaires en Jordanie

Le nouveau Parlement jordanien comptera moins d'islamistes et de femmes, selon les résultats des élections législatives annoncées comme le point de départ
Sin grandes sorpresas en las elecciones parlamentarias en Jordania

PHOTO/AFP  -   Le nouveau Parlement jordanien comptera moins d'islamistes et de femmes, selon les résultats des élections législatives annoncées comme le point de départ

es Jordaniens ont voté mardi aux élections législatives sans trop d'agitation dans un pays qui s'enfonce dans une crise économique aggravée par la pandémie de coronavirus.  

Un nouveau gouvernement a prêté serment le 12 octobre, suite à la démission du précédent et à la dissolution du Parlement par le roi le 27 septembre, après quatre ans de mandat, comme l'exige la Constitution. 

Plus de 4,5 millions de Jordaniens ont été appelés à voter dans 23 circonscriptions électorales. Mais seulement 1,38 million de personnes, soit 29,9 %, ont voté 

Un couvre-feu a été instauré immédiatement après les élections, de 22 heures à 6 heures du matin le dimanche dans tout le royaume, afin de lutter contre la propagation du virus lors d'éventuelles célébrations. 

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AFPLe nouveau Parlement jordanien comptera moins d'islamistes et de femmes, selon les résultats des élections législatives annoncées comme le point de départ

Les élections se sont tenues à un moment où le pays est confronté à une pandémie de coronavirus qui a gravement affecté l'économie et sa principale industrie touristique. 

La Jordanie a des frontières communes avec la Syrie et l'Irak et accueille un grand nombre de réfugiés syriens et palestiniens. Elle est actuellement confrontée à une situation économique difficile, avec un taux de chômage de 23 % au premier trimestre 2020. Elle a été le théâtre de protestations réclamant, entre autres, des augmentations de salaire.  

Le royaume, qui compte une population d'environ 10 millions d'habitants, a confirmé plus de 126 000 cas de coronavirus et près de 1 500 décès. 

Plus de 50 000 membres des forces de sécurité ont été déployés dans les 12 gouvernorats pour assurer le bon déroulement du processus et, en particulier, le respect des normes sanitaires liées à l'épidémie. 

Segunda ola de COVID-19 en Europa
PHOTO/AFP-Le nouveau Parlement jordanien comptera moins d'islamistes et de femmes, selon les résultats des élections législatives annoncées comme le point de départ

Le système électoral favorisait les représentants tribaux, dont la plupart étaient très fidèles au roi, les hommes d'affaires et les groupes indépendants. 

Le nouveau Parlement jordanien comptera moins d'islamistes et de femmes, selon les résultats des élections législatives annoncés hier à Amman par la Commission électorale indépendante. Les élections, qui se sont tenues mardi, n'ont pas été très bien accueillies par la population, le parlement jouant déjà un rôle limité dans un pays où le roi nomme le premier ministre et les 65 membres du sénat. 

Le nombre déjà restreint de femmes parlementaires au parlement jordanien a encore diminué jeudi, tandis que les partis d'opposition islamistes ont également perdu des sièges, les responsables ayant annoncé les résultats des élections législatives de cette semaine. 

Khalid Al Kalaldeh, président de la Commission électorale indépendante, a déclaré que le nombre de femmes parlementaires est passé de 20 à 15. Quinze sièges sont réservés aux femmes dans le cadre d'un système de quotas, et aucune femme n'a été élue lors de courses compétitives, a déclaré la commission. 

Memorias de corresponsal: las campañas a la Casa Blanca
PHOTO/Parlement jordanien

Au total, les électeurs ont élu 130 membres de la chambre basse du Parlement, dont 15 sièges réservés aux femmes, neuf aux chrétiens et trois aux minorités tchétchène et circassienne. 

Le Front d'action islamique, lié au groupe des Frères musulmans, n'a remporté que 10 sièges, contre 15 lors de la précédente élection de 2016. Le parti s'est plaint que le système électoral est injuste. Elle a forgé des alliances électorales avec des candidats chrétiens, issus de minorités ethniques ou tribales dans certaines régions.