PUBLICIDAD

Marruecos

Pas de raison d'être optimiste : Blinken tempère les attentes de l'UE concernant l'accord nucléaire

Le secrétaire d'État américain estime que les premiers contacts avec Téhéran ne sont pas positifs
blinken-eeuu

AP/CAROL KASTER  -   Secrétaire d'État américain Antony Blinken

Il a fallu un peu moins d'une semaine pour constater un changement dans les attentes quant à la possibilité de parvenir à un nouvel accord nucléaire. Si au début des discussions à Vienne, le diplomate européen Enrique Mora se disait confiant "que nous pouvons faire des choses importantes dans les semaines à venir", aujourd'hui, Antony Blinken, secrétaire d'État américain, assure que "la récente rhétorique ne nous donne pas beaucoup de raisons d'être optimistes". Quatre jours entre une déclaration et une autre changent le paysage des négociations les plus délicates depuis la rupture de l'accord nucléaire signé en 2015.

Le plan d'action global conjoint (JCPOA) vise à obtenir un renouvellement dans la capitale autrichienne qui pourrait réglementer l'enrichissement de l'uranium iranien. Ce n'est pas le seul objectif, mais c'est l'un des plus importants. Le stock iranien d'uranium enrichi à 60 % a déclenché l'alarme au sein de la communauté internationale, qui voit dans le développement d'armes nucléaires par Téhéran une menace imminente. Il faut de l'uranium d'une pureté proche de 90% pour pouvoir produire de telles armes, il y a donc une certaine marge qui continuera à se réduire jusqu'à ce qu'un nouvel accord soit conclu.

presidente-ebrahim-raisi
AFP/ ATTA KENARE - Le président élu de l'Iran, Ebrahim Raisi, tient sa première conférence de presse dans la capitale Téhéran, le 21 juin 2021.

La première étape consiste à déterminer si l'Iran a réellement l'intention de s'asseoir et de négocier un nouveau plan pour réglementer l'enrichissement de l'uranium. Cependant, il est clair que le point de départ des discussions est bien pire qu'en 2015 puisque le JCPOA a fixé la limite de pureté de l'uranium à 3,67 %, ce qui signifie que le gouvernement d'Ebrahim Raisi l'a enrichi plus de 16 fois. C'est pourquoi beaucoup considèrent que les réunions de Vienne n'ont que trop tardé, même si le secrétaire d'État Blinken estime qu'"il n'est pas trop tard pour que l'Iran change de cap".

L'atteinte d'un point de rencontre dépendra en grande partie des mouvements des premiers jours. "Nous allons savoir très, très rapidement, je pense d'ici un jour ou deux, si l'Iran est sérieux ou non", déclare Antony Blinken, qui, dans le même temps, n'a pas un sentiment positif quant aux premiers pourparlers : "Je dois vous dire qu'après les récents mouvements, la rhétorique ne nous donne pas beaucoup de raisons d'être optimistes". Un changement de position de l'Iran était attendu après les élections qui ont porté Ebrahim Raisi au gouvernement en remplacement de Hassan Rohani. Ce que l'on ignorait, c'était la mesure dans laquelle elle affecterait l'Iran. Il commence maintenant à apparaître que le changement n'a peut-être pas été entièrement favorable à ces négociations.

conversaciones-nucleares-iran
WANA/MAJID ASGARIPOUR - Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (G) rencontre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi (D) à Téhéran, en Iran, le 21 février 2021.

"Ce que l'Iran ne peut pas faire, c'est maintenir le statu quo en développant son programme nucléaire tout en retardant les pourparlers. Cela ne se produira pas", déclare fermement le secrétaire d'État américain. Toutefois, il ne semble pas que les États-Unis soient dans une position suffisamment avantageuse pour poser des exigences, surtout lorsque l'Iran maintient la condition de lever les sanctions imposées par Washington avant de renégocier les termes d'un nouveau JCPOA. Le départ unilatéral des Américains en 2018 avec Donald Trump à la Maison Blanche a été le tournant qui a conduit à une violation systématique des conditions qu'aujourd'hui, trois ans plus tard, ils veulent récupérer.

Des conditions qui ont maintenant été mises sur la table par la partie iranienne. Le négociateur en chef de Téhéran, Ali Bagheri, a déclaré à la télévision iranienne à propos des propositions de l'Iran : "Le premier document expose le point de vue de la République islamique sur la levée des sanctions, tandis que le second porte sur les actions nucléaires de l'Iran". Il ajoute que "l'autre partie doit maintenant examiner ces documents et se préparer à mener des négociations avec l'Iran sur la base de ces documents". L'Iran semble disposé à s'asseoir et à discuter, mais il reste à voir si les États-Unis sont prêts à négocier aux conditions fixées par un Téhéran de plus en plus imprévisible.