Patxi Aldecoa : "La monnaie est la plus grande réussite du projet européen et elle fonctionne précisément parce qu'elle est fédérale"

Le politologue s'est rendu aux micros d'Atalayar on Capital Radio pour analyser la conférence sur l'avenir de l'Europe et les possibilités qui s'ouvrent pour l'UE
Patxi Aldecoa

 -  

Patxi Aldecoa est un politologue et internationaliste espagnol. Titulaire d'un doctorat en sciences politiques et d'une licence en économie et en sciences politiques et administratives, il s'est concentré sur l'étude des relations internationales et de l'intégration européenne. Il se distingue également par son analyse de la politique étrangère, de la coopération internationale, des transformations de la diplomatie et des processus d'intégration. Il s'est exprimé aux micros de l'émission Atalayar sur Capital Radio pour donner les clés de la nouvelle conférence sur l'avenir de l'Europe et analyser le fonctionnement de l'UE.

Une conférence sur l'avenir de l'Europe a débuté hier à Strasbourg, profitant du 9 mai, Journée de l'Europe. L'objectif est d'ouvrir des débats entre l'Europe et ses citoyens, qui permettront aux Européens de connaître les idées, les propositions et les initiatives qui façonnent l'avenir de l'Europe. 

C'est la conséquence de la déclaration Schuman, dont nous célébrons déjà le 71e anniversaire. En même temps, il faut comprendre que la déclaration Schuman découle du Congrès de La Haye de 1948, auquel il a lui-même participé en tant que fédéraliste. Au Congrès de La Haye, c'est la société civile qui a dit : "Nous avons fait la guerre, il n'y avait pas d'Europe et nous avons fait la guerre, nous devons mener à bien la construction. Quelques mois plus tard, le mouvement européen a été créé, le mouvement européen international et en février 49, notre Conseil fédéral espagnol du mouvement européen, qui a été créé à Paris et dont le premier président était Madariaga. Mais la déclaration Schuman est la deuxième étape, la première étant le mouvement de la société civile. Les fédéralistes qui avaient émergé pendant la guerre mondiale, dans les tranchées, dans les camps de concentration, se sont déplacés et ont soulevé la nécessité de construire l'Europe et ont soulevé le projet. La deuxième étape a été la présentation par Schuman, le 9 mai, du projet politique, la fameuse déclaration que nous considérons comme la naissance du projet européen. Bien que Schuman ne fasse que refléter les engagements pris par les citoyens et énoncer le projet politique. Enfin, la troisième étape est que Schuman parle de la nécessité de créer la première étape de la Fédération européenne, la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier), qui devient en 51 non seulement un engagement politique, mais aussi un engagement juridique. Les traités sont signés et le premier président de l'autorité désormais supranationale est Jean Monnet.

Il convient de souligner que l'institution a été créée dans le but d'éviter une troisième guerre mondiale. La grande réussite de l'Union européenne au cours de ces 71 années est d'avoir tissé les liens fondamentaux entre l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et le reste des pays européens après la grande tragédie de la Seconde Guerre mondiale.

La déclaration Schuman indique clairement qu'il s'agit de rendre la guerre entre Européens impensable et structurellement impossible. C'est pourquoi nous avons besoin de solidarité, en fait, nous devons créer des structures qui rendent impossible que cela se produise, et la première est la CECA, avec le contrôle du charbon et de l'acier, qui avait été en partie responsable de la guerre mondiale. Ce que nous devons faire, c'est prendre le contrôle afin de fusionner nos intérêts et, tout d'abord, de réaliser cette réconciliation franco-allemande. À mon avis, la conférence ressemble un peu à celle de La Haye, dans le sens où il faut d'abord réfléchir politiquement, dans ce cas-là, c'était les mouvements fédéralistes, les mouvements de professeurs, d'avocats, d'architectes, bref, deux cents membres de parlements nationaux s'y sont réunis, dont Schuman, mais il y avait aussi Indalecio Prieto, José Antonio Aguirre et Madariaga, pour ne citer que quelques Espagnols, qui ont été ceux qui ont créé plus tard le Mouvement européen. Maintenant, c'est quelque chose de similaire car il s'agit d'une question de réflexion. José María Gil Robles a déclaré l'autre jour que face à la guerre, la Haye a surgi et face à la pandémie, la nécessité de créer l'Europe, de refonder, reconstruire et promouvoir l'Union européenne. En ce sens, la Conférence sur l'avenir de l'Europe est l'équivalent de La Haye. Au moins en ce qui concerne le fait que nous devons trouver un accord entre la société civile et les institutions pour faire un pas en avant. 

Nous allons surtout nous concentrer sur le présent, car la Conférence tente de recueillir les impressions des citoyens européens actuels. Cette relecture de ce qu'est l'Europe et de ce qu'elle devrait être à l'avenir est impossible sans ses citoyens, nous devons compter sur leur avis et leur impulsion.

Bien sûr, ainsi que celle de la société civile. Le problème est, comme vous l'aurez vu, que la composition recherchée n'est peut-être pas la plus appropriée.

Qu'en est-il de la Conférence elle-même, quelle est la composition de ce corps ?

Cet accord, d'ailleurs, n'a pas été publié dans les médias espagnols. Quelques heures avant la conférence, il y a eu des difficultés, comme vous le savez, la conférence devait se tenir le 9 mai de l'année dernière, mais à cause de la pandémie, elle a été retardée. Mais pas seulement à cause de la pandémie, mais aussi parce qu'il y avait des difficultés entre les représentants du Parlement, du Conseil et de la Commission. Finalement, le Premier ministre belge a convoqué formellement la conférence le 10 mars et certains des coprésidents, comme le Premier ministre portugais António Costa, l'ont fait. Ursula von der Leyen a délégué le vice-président croate, qui sera en charge de la conférence, et il n'y a pas eu beaucoup de réunions.  Il devait y avoir 108 représentants du Parlement européen, 108 représentants des parlements nationaux et 54 représentants des États, c'est-à-dire deux par État. A mon avis, l'un des grands problèmes est le choix des panels avec la représentation de la société civile et des citoyens qui sont choisis au hasard, parce que c'est très difficile à comprendre. C'est l'éternel rapport de force qu'il y a toujours dans l'Union européenne, mais tout le monde balaie les choses du revers de la main et tout le monde veut plus de représentation, il n'y a aucun doute là-dessus.

Il ne faut pas oublier que l'accord du Conseil européen du 21 juillet était une initiative du Parlement et une proposition de la Commission, qu'un accord interinstitutionnel est un premier pas fédéral et qu'il va au-delà des fonds de reconstruction.

La lumière, les fonds de reconstruction, le fonds pour les nouvelles générations, la question des vaccins et le plan de relance vont au-delà des bases juridiques prévues par le traité.

Je ne prendrais pas le cas des vaccins comme exemple, car il n'a pas vraiment été exemplaire.

Je parle du fait lui-même, qui est ce qui est important, que l'Union européenne fonctionne comme une Union européenne. 

Patxi Aldecoa

Un autre problème est qu'AstraZeneca s'est vendue au plus offrant, qui a payé 3 ou 4 dollars de plus par vaccin et ce qu'elle avait réservé à l'Union européenne a été détourné vers d'autres pays. Mais, pendant la crise de 2008-2014, l'Union européenne n'était pas comme l'Union européenne et était et a été le précipice, parce que le populisme, l'euroscepticisme, le Brexit, ont laissé l'Union européenne dans une situation très délicate. Et maintenant, heureusement, avec la pandémie, ils ont agi comme l'Union européenne. Une autre chose est qu'ils auraient dû bien mieux ficeler ces contrats.

Au moins, il a été admis que c'était le syndicat qui devait mener ces négociations. Que ce soit bien ou mal fait, il n'y avait pas non plus de base légale.

Cela a été fait d'une manière collégiale, ce qui était la chose importante.

Bien sûr, cela aurait été complètement différent. Cela a peut-être bien fonctionné, mais l'autre possibilité aurait été un véritable désastre si les États membres s'étaient fait concurrence en achetant des vaccins chacun de leur côté. En outre, nous faisons parfois la comparaison avec les États-Unis, et cela n'a rien à voir avec le fait que nous ne sommes pas encore un État, et encore moins une structure de fédéralisme intergouvernemental, nous dirions, moitié-moitié. Ces dernières années, comme vous le dites, lorsque la crise a frappé, c'était principalement intergouvernemental, et il y a eu un retour à l'intergouvernementalisme. Maintenant, soudainement, face à un besoin, ils ont accepté une logique fédérale. Distribuer en fonction des besoins à l'Italie 210 milliards, à l'Espagne 160.000, à la Hollande, les Pays-Bas, qui ont un PIB équivalent au nôtre, seulement 3.000, c'est ça le fédéralisme.

Vous venez de mentionner les États-Unis, ne pensez-vous pas que les Européens accepteraient mieux la formule d'un État formé par 50 États, disons, avec un niveau de compétences inférieur, mais formant un ensemble uni et homogène ?

Je pense que nous, Européens, acceptons le projet que nous avons, que nous devons continuer à développer, qui n'est pas une union d'États, c'est une fédération. La Fédération implique qu'il y a un transfert de compétences souveraines qui existaient déjà dans la CECA en 71. Certains domaines matériels, une attribution de compétences des États aux institutions, ce sujet a été beaucoup développé maintenant et dans presque tout c'est notre modèle, mais c'est ce modèle d'équilibre entre le fédéralisme. Les représentants du Parlement, qui est fédéral, sont élus au suffrage universel direct, sans questions. Les représentants du Conseil sont élus par les représentants des gouvernements des États, la législation travaille en collaboration entre eux. Quel a été le problème au cours des huit dernières années ? Le problème est qu'en raison de la crise, les États ont pris plus de pouvoir qu'ils n'y avaient droit, peut-être pour sortir de la crise. La différence aujourd'hui est que les institutions se sont mises d'accord et ont pensé que cela devait se faire dans une logique fédérale plutôt qu'intergouvernementale et ont pris des décisions qui vont au-delà des bases légales dont elles disposent pour le faire. Et la politique commune devra être élaborée par la suite, ce qui nécessite des réformes du traité sur de nombreuses questions, la santé, la migration, et toutes ces questions doivent être traitées lors de la conférence, mais surtout pour lui donner un nouvel équilibre entre les États et le Parlement. Et il est normal que certains États disent qu'ils ne veulent pas réformer les traités. Personne n'aime perdre des compétences, mais c'est le processus politique qui est déjà en cours.

Cependant, si certains gouvernements, les principaux gouvernements, n'avaient pas accepté cela, ce sont eux qui ont mis en place ceux qui dirigent les institutions. L'Europe des 27 a maintenant un noyau dur, une locomotive qui tire.

J'irais même jusqu'à dire qu'il faut aller jusqu'en Pologne et en Hongrie sur cette question pour rendre les pays heureux, en touchant aux questions des droits de l'homme et des libertés. Mais pour moi, ce que me disent ceux qui assistent aux conseils sectoriels, c'est que la Pologne et la Hongrie ne s'y opposent pas parce qu'elles sont très à l'aise. Une autre chose est qu'à leur sortie, ils sautent immédiatement de haut en bas. Le Brexit a entraîné une cohésion entre les États membres qu'aucun d'entre nous n'imaginait ces dernières années. C'est très important, car nous avons cru, lors de la crise existentielle, que les pays de l'Est, avec les Baltes, allaient s'en sortir. Avec le Royaume-Uni, ils ont exercé un lobbying assez fort, et dès que le chef du lobby est parti, cela s'est dissous.

Peut-on conclure à ce stade que l'Europe est devenue plus cohésive au Royaume-Uni ? 

Je le pense, clairement, j'étais avec l'ambassadeur tchèque hier, pour donner un exemple, d'un pays que nous questionnons. Il ne doutait pas que personne là-bas ne songerait à proposer des alternatives de nature différente, pas même la Hongrie. En tout cas, s'ils continuent comme ça, il faudra les mettre dehors, pas les chasser. Je suis de ceux qui pensent que l'Union européenne est une si bonne invention, malgré le fait que le Royaume-Uni frappera à nouveau à la porte dans quelques années. Et si ce n'est pas le cas, c'est à cause de la fierté irréaliste qu'ils ont. Surtout avec la question de l'Écosse et de l'Irlande du Nord, avec la violence de l'IRA, etc. L'Union européenne faisait partie de la colle.

En Espagne, le mouvement européen, compte tenu de l'environnement politique, le PP, le PSOE et Ciudadanos travaillent côte à côte.

Nous en voyons toujours des exemples dans tous les accords importants qui ont été adoptés depuis un an et demi. Tous les députés espagnols, il y a peut-être eu une abstention, celle de VOX, mais pas même ceux de Podemos, tout le monde a voté pour. Tout le monde a voté avec la majorité des 500, c'est-à-dire avec 70% de la Chambre. J'utilise toujours l'exemple de Borrell et de la fameuse visite en Russie, qui ne s'est peut-être pas bien passée. Eh bien, cent et quelques députés des pays baltes et de l'Est ont déposé une motion de censure contre lui. Elle est ensuite votée au Parlement et obtient 80 voix pour et environ 200 contre. Et les Espagnols sont tous favorables à cette mesure, qui n'apparaît qu'en petits caractères dans les journaux. 

El futuro de Europa

Parce que les nouvelles positives ne sont pas des nouvelles, vous savez.

Mais il y en a tous les jours, ils votent de la même façon. Un exemple de cela est ce que me disait le président des fédéralistes italiens, ce n'est pas même en Italie que cela se passe. Ils sont plus divisés que nous, pourtant, apparemment, c'est le contraire qui se passe, et ici, en Espagne, on ne parle que de désaccords, de confrontation, de tension. Nous avons une situation interne compliquée, mais on ne dit pas que nous sommes mieux que jamais à l'extérieur. 

Si je devais vous parler des grandes réalisations de ce qui a été cette invention, le grand projet européen, par exemple, le marché intérieur, la liberté de circulation, des personnes entre les frontières et des travailleurs, la monnaie unique, bien sûr, l'aide aux pays qui avaient besoin de soutien chez eux, la cohésion ou la politique étrangère, ce qui serait peut-être le plus douteux, quelle est la grande réalisation de l'Union européenne au cours de ces années ?

Pour moi, le plus important est la monnaie, qui fonctionne précisément parce qu'elle est fédérale. La politique étrangère, qui est un projet communautaire, ne fonctionne pas. Il est toujours question que chaque pays tire un peu vers ses propres intérêts. L'union fiscale et la politique étrangère doivent être résolues lors de la conférence. En tout cas, en matière de politique étrangère, nous progressons avec le livre de M. Borrell, qui vient d'être publié et qui explique bien ce qui a été tenté pendant l'année et un peu de travail, et il y a des progrès malgré le fait qu'il faille l'unanimité pour prendre des décisions importantes. Un seul État peut bloquer des propositions.

C'est une question compliquée pour unir une opposition politique étrangère, mais il y avait surtout plus compliqué, la défense commune, qui est encore pire. Les majorités renforcées doivent être renforcées.

Je pense que c'est ainsi que les choses doivent être pour le moment. Le modèle dans lequel nous nous trouvons est un bon modèle. Vous aurez vu qu'il y a une proposition des sociaux-démocrates allemands pour une armée européenne, mais je ne la vois pas pour le moment. Un modèle vers lequel nous nous dirigeons en matière de défense est celui de l'OTAN, l'engagement de l'article 42.7 du traité qui établit l'obligation de se défendre par tous les moyens face à une agression extérieure. Le modèle OTAN de l'Armée des Armées, pour le moment, ainsi que dans la diplomatie, nous avons une diplomatie commune qui est différente de celle des États au-dessus, dans le domaine de la défense nous avançons petit à petit, les derniers pas ont été faits cette semaine à travers la coopération permanente et cela progresse, mais cela demande du temps.

La demande des Américains est que les Européens s'engagent davantage dans leur défense, c'est-à-dire qu'ils consacrent 2% de leur PIB à la défense. Il nous manque ici le multilatéralisme que nous n'avions pas avec Trump et que nous semblons avoir retrouvé avec Biden. Une armée exclusivement européenne serait un pas en arrière. 

Dans ce sens, l'Union, la Défense, l'Europe, je crois que ces capacités sont 45 projets, y compris le nouvel avion de combat. Et bien, il y a un développement énormément important des capacités et je crois que la technologie pas à pas est très importante. Et maintenant, en ce qui concerne la question des sanctions, par exemple, dont les médias espagnols ont peu parlé, le nouveau système du régime de sanctions qui est pris automatiquement, en six mois nous avons imposé des sanctions à des personnes par l'Union européenne dans 34 pays, y compris la Chine ; je pense que vous vous souvenez que c'était en février quand les États-Unis ont fait la même chose 24 heures plus tard. C'est l'une des premières fois que l'initiative a été prise.

La Russie a également fait l'objet de sanctions récemment.

De plus, elles sont désormais ciblées sur les individus.

El futuro de Europa

Les sanctions de l'Union européenne sont-elles efficaces ?

Je le pense, quand on gèle le compte courant d'un dirigeant quel qu'il soit, il y pense, ça fait des dégâts énormes. C'est un beau sujet qui n'a pas été étudié. Pour ma part, j'ai eu l'occasion de présider une thèse il y a quelques semaines à l'Université de Valence sur ces entreprises dont les patrons, les directeurs, ont vu leurs biens saisis et ont fait appel à la Cour de justice. La Cour de justice leur a d'abord donné une raison, mais ils cherchent maintenant un mécanisme, car bien sûr, ce qu'ils disaient, c'est qu'ils n'avaient pas le droit de se défendre, pas le droit à une protection judiciaire efficace. Mais bien sûr, vous ne pouvez pas prendre les biens de quelqu'un si vous ne l'avez pas averti que vous allez le faire et s'il a mis en place un système efficace. Ce que nous ne savons pas, c'est si ça va tenir le coup. 

Patxi, parlez-nous du fait que nous pourrions avoir un Traité de Madrid, par exemple, tout comme il y a un Traité de Maastricht.

Plusieurs personnes présentes à la conférence cet après-midi ont déclaré qu'il n'y avait pas de réforme du traité. Je pense que, si Macron est allé jusqu'à dire que dans un an il veut des conséquences, c'est-à-dire le 9 mai, qui sera deux semaines avant les élections en France, ils vont jouer dur. Je pense donc que le processus de réforme des traités va commencer, qui se fera par le biais d'une convention européenne, comme le prévoit l'article 48 du traité actuel. De plus, ce calendrier qui favorise la France nous convient aussi, ce sera probablement au second semestre 2023.