Pedro Castillo très proche de devenir le nouveau président du Pérou

La candidate du Pérou Libre devance sa rivale Keiko Fujimori de près de 70 000 voix, après dépouillement de 99,8 % des votes
Pedro Castillo, candidat à la présidence de la gauche péruvienne pour le parti Peru Libre.

AFP/ERNESTO BENAVIDES  -   Pedro Castillo, candidat à la présidence de la gauche péruvienne pour le parti Peru Libre

Trois jours se sont écoulés depuis le second tour des élections présidentielles au Pérou, et il n'y a toujours pas de résultat officiel de l'ONPE (Office national des processus électoraux). Pour l'instant, le candidat de gauche devance Keiko Fujimori de près de 70 000 voix. Pour Fujimori, la bataille n'est pas perdue puisqu'elle a soumis plusieurs dossiers de vote à un processus de révision, où 500 000 votes sont en litige. Hier, le candidat conservateur a déclaré lors d'une conférence de presse : "Si nous ajoutons 802 tableaux dans lesquels des irrégularités ont été présentées, ce qui représente plus ou moins 200 000 votes, et si nous ajoutons les mêmes feuilles de décompte des votes observés qui représentent 300 000 votes, il y a encore 500 000 votes en jeu ici, un demi-million de votes. La décision finale sera prise par le jury électoral, qui devra analyser s'il trouve un type de nullité ou de changement dans les votes qui sont examinés. 

Simpatizantes del candidato presidencial Pedro Castillo marchan en Lima, Perú, el 9 de junio de 2021
AP/MARTIN MEJIA - Les partisans du candidat présidentiel Pedro Castillo défilent à Lima, au Pérou, le 9 juin 2021.

Dans la ville de Lima, plusieurs manifestations de partisans des deux candidats ont eu lieu cette semaine, et la police a dû garder le siège de l'ONPE pour éviter de retarder davantage le processus de recomptage des votes contestés.  Pendant ce temps, l'armée péruvienne a annoncé aux citoyens de rester calmes et les a exhortés à respecter les délais et le processus électoral régulier après que Pedro Castillo ait été déclaré vainqueur par avance. "Le ministère de la Défense et les institutions armées réitèrent leur engagement envers la Constitution, la démocratie et le principe de neutralité assumé par le gouvernement de transition et d'urgence. De même, nous réaffirmons notre engagement à respecter la volonté des citoyens exprimée dans les urnes le 6 juin, comme il se doit. En outre, nous exhortons tous les Péruviens à respecter les résultats du processus électoral et à travailler ensemble pour renforcer la démocratie et promouvoir le développement du pays. Nous appelons à l'unité au-delà de nos différences", indique le communiqué du ministère. 

La candidata presidencial Keiko Fujimori
PHOTO/AP - Candidate à la présidence Keiko Fujimori

Selon les militants et intervenants du parti Peru Libre, ils auraient suffisamment de voix pour proclamer Pedro Castillo président, bien que le processus soit encore en train de traiter les dossiers électoraux contestés. Pendant toute la journée électorale du 6 juin, Pedro Castillo a demandé à ses électeurs de rester vigilants dans les rues du Pérou, de veiller sur les votes jusqu'au dernier moment, "merci d'être attentifs à la volonté du peuple, merci pour cette vigilance. Je demande aux autorités électorales d'être respectueuses de notre pays. Ne bafouons pas la volonté du peuple". D'autre part, l'ancien président de la Bolivie, Evo Morales, a félicité le candidat sur Twitter : "Pedro Castillo, frère d'âme et camarade de lutte, tu es la fierté des mouvements sociaux et des professionnels patriotes. Félicitations pour cette victoire, qui est celle du peuple péruvien, mais aussi des peuples latino-américains qui veulent vivre avec la justice sociale !"

Un policía hace guardia mientras trabajadores de la Oficina Nacional de Procesos Electorales (ONPE) de Perú distribuyen material electoral en centros de votación en el Callao, cerca de Lima, el 5 de junio de 2021
AFP/LUKAS GONZALEZ - Un policier monte la garde alors que des employés de l'Office national des processus électoraux (ONPE) du Pérou distribuent du matériel électoral dans des bureaux de vote à Callao, près de Lima, le 5 juin 2021.

D'autre part, Keiko Fujimori a dénoncé l'attitude des partisans du Pérou Libre pour ne pas avoir respecté les temps et les étapes de la contestation des différents registres électoraux, et, tout comme Castillo Nous avons remarqué qu'il y a eu une stratégie de la part de Perú Libre pour déformer ou retarder les résultats qui reflètent la volonté populaire. Je fais référence au processus de contestation des rapports électoraux, où la majorité, surtout, essaie d'empêcher que les rapports avec les plus grands votes pour la Force Populaire ne soient pas comptés", a dit Fujimori. Dans les prochains jours nous connaîtrons la décision du Jury Electoral, donnant un gagnant officiel pour savoir qui sera le nouveau président du Pérou.

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra