Persécution religieuse des musulmans ahmadi

Les ahmadi sont persécutés dans des pays comme le Bangladesh et l'Algérie, ainsi qu'au Pakistan
Séminaire "La persécution religieuse dans le monde d'aujourd'hui".

 -   Séminaire "La persécution religieuse dans le monde d'aujourd'hui".

La persécution religieuse, selon Rafael Palomino, professeur à l'université Complutense de Madrid, est une atteinte à la liberté religieuse dans le but de "faire disparaître ses pratiquants". La persécution peut prendre de nombreuses formes et expressions.  

À l'occasion de la persécution religieuse subie par les musulmans ahmadi dans le monde entier, une conférence télématique a été organisée pour aborder la question en profondeur sous le titre "La persécution religieuse dans le monde aujourd'hui" ; avec la participation de Qamar Fazal en tant que porte-parole et introducteur, de Rafael Palomino Lozano lui-même, professeur de droit international et de droit ecclésiastique et philosophie du droit à l'université Complutense de Madrid, et du journaliste Óscar Gómez.  

L'événement a commencé par une lecture coranique de Qamar Fazal qui a expliqué que le thème répétitif du Coran est la liberté de conscience. "Celui qui veut croire, qu'il croie, et celui qui ne veut pas croire, qu'il ne croie pas", a-t-il dit en citant le Coran.  

Qamar Fazal
Qamar Fazal

Les musulmans ahmadis ont été persécutés depuis leurs débuts, principalement au Pakistan, où vivent de 2 à 5 millions d'ahmadi, qui a la plus grande population ahmadie du monde. Hazrat Mirza Ghulam Ahmad de Qadian, en Inde, s'est reconnu comme le messie de son temps puisqu'il a dit qu'Allah lui avait envoyé un message. Dans ses livres, il se reconnaît comme le messie de toutes les religions et pas seulement de l'Islam, et dans ses plus de 82 écrits, il cherche la paix.  

Les Ahmadi appellent sa voie "le véritable Islam" qui a été ravivé par le messie promis et l'Imam Al-Mahdi et selon les prophéties du saint et prophète Muhammad.  

En avril 1984, le général Zia-ul-Haq, alors président militaire du Pakistan, a publié le décret XX. Elle criminalisait tous les ahmadis, qui pouvaient être emprisonnés ou même condamnés à la prison à vie ou à la mort. Ils ne pouvaient pas se considérer comme musulmans, ne pouvaient pas pratiquer leurs croyances et ne pouvaient pas utiliser le vocabulaire musulman, ce qui équivalait à un harcèlement pur et simple. 

De nombreux ahmadis ont subi de longues périodes d'emprisonnement et ont même été interdits de vote. Depuis plus de 30 ans, aucun ahmadi n'a été représenté dans aucune assemblée, qu'elle soit nationale, provinciale, de district ou même locale. Les ahmadis ne sont pas représentés au sein du conseil municipal de Rabwah, leur propre ville et centre où 95 % des résidents sont des ahmadi. 

Ils ont également subi la destruction de mosquées, des assassinats, la profanation de leurs tombes et une longue liste d'autres difficultés pour mener une vie normale. La vie des Ahmadis est compliquée au Pakistan, mais aussi dans des pays comme le Bangladesh et l'Algérie.  

Le journaliste Oscar Gomez a déclaré que lors de son voyage au Pakistan il y a un an et demi, il a mené une série de 27 interviews avec des musulmans ahmadis. L'une des histoires les plus choquantes qu'il a racontées est celle d'une jeune fille de 23 ans qui ne pourra pas réaliser son rêve à cause de sa croyance. Son rêve était d'étudier la biologie, elle était déjà à deux doigts de devenir ce qu'elle voulait être, mais l'université a découvert qu'elle était ahmadie et l'a expulsée non seulement de cette université, mais aussi de toutes les autres.  

Óscar Gómez
Óscar Gómez

Le professeur Rafael Palomino a expliqué qu'"il peut y avoir davantage de manifestations de persécution (...) Il suffit de refuser la personnalité juridique ou le statut d'association à un groupe religieux dans un pays pour qu'il ne puisse pas établir un lieu de culte, pour qu'il ne puisse pas avoir de mosquée, pour qu'il ne puisse pas avoir de synagogue, pour qu'il ne puisse pas se réunir". 

Il s'est ensuite lancé dans une question qui mérite d'être soulignée. "La persécution religieuse peut-elle être éradiquée ?" La réponse négative ne nous plaît peut-être pas, mais c'est une réalité. Le professeur explique que lorsque cela arrivera, le monde s'écroulera, c'est-à-dire que c'est "la condition humaine qui nous conduit souvent à l'injustice, à la persécution, à l'immoralité". Il a mentionné que ce qui peut être fait aujourd'hui est de prendre conscience que la persécution religieuse est une forme d'injustice.   

Il a fait référence à une carte de 2015, une information sur la situation de la liberté religieuse dans laquelle on peut voir de nombreux pays où il y a beaucoup de persécutions religieuses. Où vous pouvez être emprisonné ou condamné à mort. Il a également mentionné que. dans les pays très peuplés, comme la Chine, l'Inde, le Pakistan, entre autres. Il a clairement indiqué qu'il existe une grande persécution religieuse. 

Óscar Gómez
Óscar Gómez

Le professeur a terminé son discours en mentionnant un rapport publié il y a une semaine par l'ONG Open Doors. Ce rapport, la World Watch List pour l'année 2021, énumère les 50 pays où les chrétiens souffrent de la plus grande et de la plus extrême persécution ; une liste avec en tête la Corée du Nord, l'Afghanistan, la Somalie, la Libye, le Pakistan et l'Erythrée. 

Oscar a rappelé son voyage au Pakistan, qu'il a fait avec Qamar, avec bonheur, mais avec un goût amer, dans lequel il a mis en évidence la spiritualité et le lien avec les gens avec lesquels il a pu parler.  

Le journaliste a voulu plonger les participants au séminaire dans son voyage à travers des photographies qui montrent comment il a vécu la persécution des ahmadis, la pauvreté dans laquelle ils sont plongés et les histoires de dépassement que les 27 personnes interrogées lui ont racontées.  

Entrevista Óscar Gómez
Entrevista Óscar Gómez

L'une des images remarquables est celle d'un homme qui explique comment les terroristes qui ont attaqué sa mosquée se sont serrés les uns contre les autres pour faire exploser les explosifs qu'ils transportaient. Il a expliqué que, juste derrière eux, sur le pilier, on peut encore voir les fissures causées par les éclats de cette déflagration qui leur ont coûté la vie et ont eu un impact énorme sur eux. 

Chacune des histoires racontées, comme celle de l'homme qui est entré en prison à l'âge de 82 ans et qui a été libéré à 87 ans juste pour avoir vendu un livre de poésie ahmadi, a ébranlé les émotions.  

Mapa persecución religiosa Rafael Palomino
Carte des persécutions religieuses Rafael Palomino

La persécution religieuse, comme l'a dit le professeur, ne cessera pas, mais nous pouvons tous faire notre part pour sensibiliser les gens à ce problème et essayer de créer un changement.  

Atalayar a demandé au porte-parole Qamar Fazal son opinion sur les persécutions subies par les musulmans ouïghours en Chine. Le porte-parole des Ahmadis a indiqué qu'il ne voulait pas les comparer, car il s'agit d'une question géopolitique et non d'une question de persécution pour une simple proclamation religieuse comme dans le cas de la communauté Ahmadi. Cette différenciation ne peut toutefois pas conclure qu'aucune forme de persécution religieuse, qu'elle soit chrétienne, juive, musulmane ou autre, n'est injuste. La liberté de religion est la liberté humaine.