PUBLICIDAD

Marruecos

Plus de 300 000 Afghans fuient le pays face à l'offensive des Talibans

Les insurgés contrôlent désormais 65 % du territoire afghan et l'ONU qualifie leurs offensives de crimes de guerre
frontera-afganistan-iran

AP/RAHMAT GUL  -   Islam Qala, frontière avec l'Iran, dans l'ouest de la province de Herat

Les Talibans dévastent l'Afghanistan. Les capitales provinciales tombent rapidement aux mains des talibans et, avec le retrait des troupes internationales du sol afghan, la situation ne semble pas prête de s'apaiser. Au cours des dernières heures, nous avons appris que les terroristes avaient pris la ville de Ghazni, située à seulement 150 kilomètres de Kaboul, après que les Talibans aient conclu un accord avec le gouverneur, devenant ainsi la dixième capitale provinciale à être capturée en moins d'une semaine et contrôlant ainsi 65% du territoire afghan.

Par ailleurs, dans la ville de Lashkar Gar, capitale de la province de Helmand, le groupe d'insurgés a déjà hissé son drapeau dans le centre-ville après s'être emparé du quartier général de la police afghane, ce qui a entraîné la reddition d'un commandant pro-gouvernemental et de ses hommes. Dans le même temps, ils ont capturé des armes à l'aéroport de Kinduz, ce qui a incité les avions américains à lancer des frappes aériennes visant à détruire l'arsenal capturé. Cette situation a entraîné la démission du ministre afghan des finances, Khalid Panyeda, qui a fui le pays en invoquant des "priorités personnelles". 

fuerzas-seguridad-afganas
REUTERS/MOHAMMAD ISMALI - Les forces de sécurité afghanes près du site d'une attaque contre une base aérienne militaire américaine à Bagram, au nord de Kaboul, en Afghanistan.

Ces gains rapides coïncident avec le retrait des troupes américaines et internationales. La semaine dernière, les brigades déployées ont quitté la base afghane de Bagram, qui abritait autrefois plus de 10 000 personnes. Leur départ rapide, ainsi que celui d'autres troupes de l'OTAN, est la preuve d'un présage déjà tangible : l'armée afghane ne sera pas en mesure de défendre le pays contre les talibans sans aide internationale.

afganistan-bandera

De son côté, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a précisé qu'"à ce stade, les autorités ont l'ordre de soutenir les Afghans jusqu'à la fin du mois. Aucune décision politique n'a été prise quant à ce qui se passera ensuite. Pour l'instant, ce dont il est sûr, c'est que les troupes américaines seront totalement retirées d'ici la fin du mois d'août.

Il ne fait aucun doute que cette expansion des talibans à travers le pays cause une fois de plus des dommages à la population civile et les déplacements qui en découlent. Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a mis en garde contre la situation préoccupante en Afghanistan : "Les parties au conflit doivent cesser de se battre pour éviter de nouvelles effusions de sang. Les talibans doivent cesser leurs opérations militaires dans les villes. Si toutes les parties ne retournent pas à la table des négociations et ne parviennent pas à un règlement pacifique, la situation déjà désastreuse de tant d'Afghans ne fera qu'empirer", a-t-il averti. 

poblacion-civil-afganistan
AFP/HOSHANG HASHIMI  - Membres d'une famille afghane déplacée à l'intérieur du pays

En outre, Mme Bachelet s'est dite particulièrement préoccupée par les premières indications selon lesquelles les talibans imposent déjà leurs règles oppressives et restrictives aux femmes afghanes et aux droits de l'homme en général dans les zones qu'ils contrôlent : "Les gens craignent à juste titre qu'une prise de pouvoir par les talibans n'efface les acquis en matière de droits de l'homme des deux dernières décennies", a-t-elle déclaré.

L'avancée des insurgés met en péril de manière alarmante les acquis en matière de droits de l'homme obtenus au cours des deux décennies de déploiement de l'armée américaine dans le pays. Les femmes en particulier ont été les principales victimes du pouvoir des talibans. Pour elles, l'accès à l'éducation était interdit et elles étaient reléguées à s'occuper de leurs enfants et du foyer. Ainsi, ils craignent que face à l'avancée rapide des talibans, ils ne reviennent à la régression de leurs droits, ce qui est déjà vécu dans les villes reprises par les insurgés, selon les organisations civiles. 

mujeres-afgaistan-taliban
PHOTO/ PIXABAY - Femmes afghanes

Les talibans imposent également le port obligatoire de la burqa, qui couvre le corps des femmes de la tête aux pieds, les châtiments publics, les lapidations contre les femmes accusées d'avoir eu des relations sexuelles en dehors du mariage, l'interdiction de parler à des hommes qui ne sont pas des parents directs ou de mener toute sorte d'activité en dehors de leur maison sans la présence de leur mari, de leur père ou de leurs frères.

De même, le directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations, Antonio Vitorino, a souligné que "l'escalade des combats au cours des derniers jours dans diverses provinces du pays a ajouté une souffrance indescriptible dans un pays où il y a déjà plus de cinq millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays". Parallèlement, il a noté que le nombre de personnes nouvellement déplacées à travers le pays a atteint plus de 359 000 personnes, un chiffre qui met à rude épreuve le plan d'aide des Nations unies, qui a besoin de 800 millions de dollars supplémentaires. 
 

ashraf-gani-residente
AP/WAKIL KOHSAR - Le président afghan Ashraf Ghani lors d'une conférence de presse au palais présidentiel de Kaboul.

Les organisations humanitaires ont également tiré la sonnette d'alarme sur ce qui pourrait devenir "une crise humanitaire beaucoup plus importante" avec des conséquences dévastatrices pour les Afghans, y compris les enfants. Selon Save the Children, 80 000 enfants ont été déplacés au cours des deux derniers mois. Au total, 18 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire. 

À ces chiffres s'ajoutent les quatre millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui ont un besoin urgent d'assistance sanitaire en raison de la propagation de la pandémie COVID-19 en Afghanistan. 

herat-afganistan
REUTERS/JALIL AHMAD - anciens moudjahidins tiennent des armes pour soutenir les forces afghanes dans leur lutte contre les talibans, à la périphérie de la province de Herat, en Afghanistan.

"Les camps sont surpeuplés et manquent de conditions d'hygiène et même des installations médicales les plus élémentaires. Malgré cette combinaison mortelle, les personnes déplacées n'ont reçu que peu d'aide pour alléger leur sort ", a déclaré Samira Hamidi, directrice régionale adjointe pour l'Asie du Sud à Amnesty International. 

Dans ce contexte, l'Union européenne intensifie ses efforts pour exercer une pression diplomatique en vue d'une médiation et d'un accord entre Kaboul et les Talibans. À cet égard, l'Europe craint que l'avancée des talibans ne provoque une vague de réfugiés similaire à celle qui s'est produite en Syrie. La Commission européenne demande un soutien accru aux pays voisins, l'Iran et le Pakistan. Pour l'instant, Kaboul a déjà annoncé que la situation actuelle a conduit à une suspension de trois mois du rapatriement des Afghans arrivés irrégulièrement.

En outre, l'Allemagne et l'Autriche, les principaux pays d'accueil de ce type de réfugiés, ont annulé les opérations de retour forcé pour les personnes qui ne sont pas reconnues comme des réfugiés. Des pressions continuent d'être exercées depuis Bruxelles pour que les pourparlers avec la délégation des talibans au Qatar aboutissent à des accords de paix. Cependant, les différents groupes de talibans sont en désaccord les uns avec les autres, de sorte que les intérêts communs ne sont pas représentés dans les pourparlers, ce qui rend difficile la conclusion d'accords.

ejercito-nacional-afgano

C'est la preuve que ce qui a été convenu lors de la conférence de Moscou n'est pas respecté. Dans une déclaration commune, la Russie, la Chine, les États-Unis et le Pakistan ont exhorté la délégation des talibans à "entamer sans délai des discussions sur les questions essentielles de la résolution du conflit, y compris la base du futur État pacifique et stable d'Afghanistan", ainsi qu'à former "un gouvernement inclusif" et une cessation "permanente et complète" des hostilités.

Cependant, rien de tout cela ne se produit, l'OTAN et les États-Unis se sont pratiquement retirés et les talibans ont déjà pris sous leur contrôle plus de la moitié du territoire afghan, provoquant des milliers de déplacements, de morts et de pertes en matière de droits de l'homme. L'Afghanistan est désormais à la merci des groupes talibans et la communauté internationale assiste impassiblement à la plongée du pays dans une nouvelle vague de violence et de déstabilisation.