Plusieurs associations et victimes du terrorisme demandent, avec ACAVITE, que la justice espagnole agisse contre Brahim Ghali

Le chef du Front Polisario est accusé de délits terroristes présumés
Brahim Ghali secretario general del Polisario y presidente de la autoproclamada República Árabe Saharaui Democrática AFP/FAROUK BATICHE

AFP/FAROUK BATICHE  -   Brahim Ghali Secrétaire général du Polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée.

13 associations et groupes de victimes du terrorisme se sont joints à l'Association Canarienne des Victimes du Terrorisme (ACAVITE) pour exiger par le biais d'une déclaration officielle que la justice espagnole "profite de la présence de Brahim Ghali en Espagne pour qu'il réponde devant l'Audience Nationale" au moment même où la police espagnole a identifié le leader du Front Polisario admis dans un hôpital de Logroño, comme l'ont rapporté différents médias. 

Plusieurs organisations telles que l'Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l'Homme (ASADEDH) ou ACAVITE elle-même accusent Brahim Ghali d'avoir des comptes à régler avec la justice pour des crimes présumés de génocide et de terrorisme et maintenant la justice espagnole est priée de poursuivre le chef du Front Polisario.

Texte intégral de la déclaration des associations et des victimes du terrorisme avec ACAVITE :

13 associations et victimes du terrorisme et l'Association ACAVITE, demandent à la Justice de profiter de la présence de Brahim Ghali en Espagne, afin qu'il réponde devant l'Audience Nationale des 300 attentats terroristes contre les travailleurs de FossBucra et les pêcheurs des Canaries, qu'il a perpétrés sous son mandat de président et ministre du Front Polisario, dans les années 70 et 80 dans l'ancien Sahara espagnol.

Le grand groupe de victimes espagnoles demande à l'Audiencia Nacional de clarifier - comme ils le dénoncent depuis des années devant cet organe judiciaire - "les nombreux attentats mortels et avec des blessures graves "- qui n'ont pas été prescrites -", suite aux bombes placées, sous les ordres de l'ancien ministre de la Défense et président du Front Polisario, Brahim Ghali, sur le tapis roulant des mines de phosphate de Foss-Bucraa de 1974 à 1986 (Aaiún, dans l'ancien Sahara espagnol). Et plus tard, et en parallèle, quand ils ont mitraillé les bateaux, assassiné avec des bombes mortelles, blessé, et fait exploser des bombes avec une mitrailleuse massive contre les bateaux, et kidnappé les pêcheurs nationaux espagnols, de 1974 à 1986.

Les 300 Canariens victimes du terrorisme et parents directs des attaques terroristes promues et conçues par le chef du Polisario, Brahim Ghali, "ne veulent pas, et ne peuvent pas laisser passer en silence, l'humiliation et le mépris que signifie pour les familles touchées, la présence de ce prétendu chef sanguinaire du Polisario, et d'autres, "être autorisés illégalement, l'entrée en Espagne avec une fausse identité, alors que l'Audience nationale a connaissance -en mai 2012-, des attaques terroristes contre des compatriotes espagnols, majoritairement originaires des Canaries, pour des attentats meurtriers contre des travailleurs civils qualifiés de la compagnie minière de phosphate de FossBuCraá (première vague d'attentats du Polisario ; 1974-1976. Aaiún dans l'ancien Sahara espagnol), pour avoir assassiné, enlevé, blessé, mitraillé et fait disparaître en haute mer des flottes entières de marins et de pêcheurs des Canaries, de Galice, d'Andalousie, du Pays basque, ainsi que d'autres citoyens d'autres pays internationaux, respectivement (2ème vague d'attaques du Polisario)". Il convient de rappeler à l'opinion publique que les dirigeants du FRONT POLISARIO, ont été expulsés avec fulmination, et avec la fermeture de leurs bureaux de leur délégation sahraouie dans le centre de Madrid, par l'ancien président Felipe Gonzalez, (en Octobre 1985), après les attaques sanglantes et l'assassinat ultérieur du maître d'équipage du bateau artisanal des îles Canaries "El Junquito", avec des blessures graves après l'explosion et l'enlèvement ultérieur de tout l'équipage détenu à Tindouf (Algérie). 

Une double attaque simultanée a eu lieu, lorsque le patrouilleur de la marine espagnole "Tagomago" s'est porté à leur secours et les a aidés, une nouvelle attaque terroriste a eu lieu, avec plusieurs soldats tués et blessés".

Dans le respect de l'état de droit, de la Justice, et de la garantie des Pouvoirs Publics, nous demandons instamment aux Autorités, au Gouvernement de la Nation, aux ministères concernés, aux partis politiques, aux pays, et aux tiers concernés, d'"intervenir immédiatement, pour clarifier devant la Cour Nationale et les organismes officiels compétents, les attaques perpétrées par le Front Révolutionnaire Populaire El Hamra et Rio Oro, qui opère sous le sigle du FRONT POLISARIO-, et "que le président du FRONT POLISARIO Brahim Ghali soit arrêté rapidement, étant donné qu'"il a été autorisé à entrer et à se faire soigner illégalement dans un hôpital public de Logroño, en étant recherché et capturé, pour des attentats terroristes brutaux à la bombe avec meurtres, et blessures très graves contre des travailleurs civils canariens de la compagnie minière de phosphate de Foss-Bucraá (dans l'ancien Sahara espagnol). En plus d'"être l'auteur intellectuel et matériel présumé, et celui qui a ordonné le mitraillage, les assassinats, les enlèvements massifs, les blessures très graves et les disparitions d'équipages en haute mer de marins canariens dans les décennies allant de 1973 à la fin de 1986, alors qu'il était ministre de la défense dans ces années-là, et même ambassadeur en Espagne".

POUR CES RAISONS, NOUS DEMANDONS AUX AUTORITÉS PUBLIQUES

1. -Nous rappelons à l'opinion publique espagnole et internationale "l'obligation morale, politique et légale de nos gouvernants, en particulier de la ministre des Affaires étrangères et européennes, Arancha González-Laya, et de la ministre de la Santé des Canaries, Carolina Darías, toutes deux ministres de l'actuel gouvernement national, qui, après leurs déclarations publiques, dans lesquelles elles "défendent et approuvent avant tout les prétendues raisons humanitaires, (la ministre Darías les a faites par coïncidence et également à Logroño, en Espagne), dans lequel ils "défendent et approuvent surtout les prétendues raisons humanitaires, (le ministre Darías les a faites par coïncidence et aussi à Logroño, où se trouve Ghali), concernant l'entrée illégale et la cure du président du FRONT POLISARIO, Brahim Ghali, par opposition à la légitimité, l'attention, la reconnaissance, la réparation et la souffrance des 300 personnes du FRONT POLISARIO, la reconnaissance, la réparation et la souffrance des 300 victimes canariennes du terrorisme et des parents directs des attentats perpétrés par le FRONT POLISARIO, en facilitant la collaboration avec les autorités judiciaires dans sa convocation le 5 mai 2021, afin qu'il soit arrêté, et qu'il n'y ait pas de tentation de différentes sphères, pour faciliter l'impunité, blanchiment, alibi / alibi / piège judiciaire et administratif, ou faciliter sa fuite de la justice, le président du FRONT POLISARIO Brahim Ghali, ("comme cela s'est produit avec le membre de l'ETA De Juana Chaos, quand il a été libéré pour des raisons médicales pour une prétendue maladie terminale, fuyant l'Espagne, et vivant ensuite au Venezuela").
2.  -Tous les soussignés, victimes du terrorisme en Espagne, nous demandons instamment à la Justice et aux Pouvoirs Publics de préserver la vérité des événements qui ont eu lieu avec rigueur, reconnaissance, dignité, réparation, mémoire, et de faire respecter l'état de droit, afin que personne ne soit tenté de se justifier, de nier systématiquement, d'accorder l'impunité ou de déformer la réalité des actions terroristes, des séquelles et des expériences traumatisantes qui se sont produites à la suite des très graves attaques terroristes "dont les dirigeants du Polisario, ainsi que leur chef actuel, Brahim Ghali, ont ordonné l'exécution". Les victimes canariennes du terrorisme d'ACAVITE sont des citoyens, des compatriotes de nationalité espagnole, qui sont déjà reconnus comme telles par l'État espagnol et le ministère de l'Intérieur pour les attentats perpétrés par le FRONT POLISARIO - avec les mêmes droits et la même reconnaissance que ceux de l'ETA, du 11M, du terrorisme djihadiste, du GRAPO ou du MPAIAC, entre autres, depuis des années. Et, ce qu'ils exigent, c'est que l'Etat de droit, la Justice, les Pouvoirs Publics, les Instances Politiques et les médias, évitent par tous les moyens, la tentation de l'impunité et de l'alibi judiciaire devant l'Audiencia Nacional, comme dans le cas du leader du Polisario Brahim Ghali et d'autres leaders du Polisario. Et de ne pas permettre, la disculpation et l'impunité de ses attaques terroristes sanguinaires, ainsi que "l'évasion possible après sa guérison de sa prétendue maladie", sous de "prétendues raisons humanitaires". La justice et les pouvoirs publics espagnols, les acteurs nationaux et internationaux impliqués, l'opinion publique et les médias doivent protéger les victimes du terrorisme aux Canaries qui ont été soumises à des attaques brutales par le FRONT POLISARIO dans les années 70 et jusqu'à la fin des années 80, "pour éviter leur humiliation, leur mépris et leur désaffection, et ne pas tomber dans la collaboration, l'aide, l'exaltation et l'humiliation des victimes, par les présumés terroristes en recherche et capture". ACAVITE "est une association espagnole de victimes du terrorisme, qui n'a aucune relation avec d'autres groupes d'autres associations de victimes du Maroc, ou du Sahara, qui, en parallèle, ont, ou ont fait d'autres plaintes également dans la Cour nationale. D'autre part, "nous condamnons et manifestons notre répulsion la plus énergique et notre rejet catégorique de toutes les justifications officielles auxquelles il est fait allusion, et / ou / ou de prétendues raisons humanitaires, qui pourraient aider Brahim Ghali à échapper aux actions terroristes perpétrées, que ce soit par les autorités politiques, publiques, et / ou / ou juridiques, "étant donné qu'il a été étonnamment, irresponsablement facilité la logistique, le transfert, paiement gratuit des soins, et entrée illégale en Espagne sous une autre identité, pour être soigné dans un hôpital public de Logroño (La Rioja), Espagne", lorsque les victimes espagnoles réunies au sein d'ACAVITE, (principalement des orphelins, des veuves et des victimes survivantes malades), souffrent encore aujourd'hui, d'une situation lamentable d'abandon, d'appauvrissement, de manque de protection, de manque de réparation et de restitution à bien des égards, la plupart de ces familles canariennes. Il convient de rappeler que le ministère des affaires étrangères, dirigé par Gonzalez-Laya, a récemment accordé au Front Polisario "une subvention volumineuse et millionnaire de 23 millions d'euros en concept d'"aide humanitaire".

Les associations et groupes soussignés manifestent leur soutien et leur adhésion à l'Association Canarienne des Victimes du Terrorisme, ACAVITE :

-Fédération des Associations Autonomes de Victimes du Terrorisme d'Espagne, FAAVTE (majorité de l'ensemble de l'Etat espagnol).
-Association Andalouse des Victimes du Terrorisme, AAVT.
-Association Catalane des Victimes du Terrorisme, ACVOT.
-Association des Victimes du Terrorisme des Iles Canaries, ACAVITE.
-Association des Victimes du Terrorisme de Murcie, AAVT.
-Association des victimes du terrorisme d'Estrémadure, AAVT.
-Association valencienne des victimes du terrorisme, AAVT.