Pollution marine : comment les marchés émergents s'efforcent d'enrayer la pandémie de plastique

COVID-19 a entraîné une augmentation considérable de la production de plastiques jetables
La basura, incluidos los residuos de plástico, se ve en la playa de Costa del Este, en la ciudad de Panamá, el 19 de abril de 2021 AFP/LUIS ACOSTA

AFP/LUIS ACOSTA  -   Des déchets, notamment des déchets plastiques, sont vus sur la plage de Costa del Este à Panama City, au Panama, le 19 avril 2021.

La COVID-19 a entraîné une forte augmentation de la production de plastiques à usage unique, dont une proportion importante finit dans les océans du monde. La pandémie étant progressivement maîtrisée, les marchés émergents intensifient désormais leurs efforts pour lutter contre la pollution marine.

En grande partie due à la demande d'équipements de protection individuelle et d'emballages pour les services de livraison de nourriture, la pandémie a entraîné une augmentation spectaculaire de l'utilisation de plastiques à usage unique.

Soulignant l'ampleur de la production, une étude menée par des chercheurs de l'université d'Aveiro au Portugal a estimé que 129 milliards de masques de protection et 65 milliards de gants jetables ont été utilisés chaque mois l'année dernière.

Un hombre residuos de plástico, en la playa de Costa del Este, en Ciudad de Panamá, el 19 de abril de 2021 AFP/LUIS ACOSTA
AFP/LUIS ACOSTA-Un homme dépose des déchets plastiques, sur la plage de Costa del Este, à Panama City, le 19 avril 2021.

Bien qu'une grande partie de ces déchets ait fini dans des décharges, l'explosion de la production de plastique a exercé une pression considérable sur les écosystèmes marins, le plastique représentant environ 80 % de tous les débris marins dans le monde.

En fait, une étude publiée par le Pew Charitable Trusts et SYSTEMIQ en juillet de l'année dernière prévoyait que, à moins d'une baisse significative de la production, la quantité de plastique atteignant la mer chaque année pourrait passer des niveaux actuels de 11 millions de tonnes à 29 millions de tonnes, ce qui entraînerait un cumul de 600 millions de tonnes dans les océans du monde d'ici 2040.

 Gráfico de la degradación medioambiental de los océanos causada por la actividad humana AFP/AFP
AFP/AFP-Tableau de la dégradation environnementale des océans causée par l'activité humaine

Les effets de cette pollution sur la faune sont graves. L'UNESCO estime que les débris plastiques causent la mort de plus d'un million d'oiseaux de mer chaque année, ainsi que de plus de 100 000 mammifères marins.

Dans le même temps, des recherches menées par l'université de Newcastle, en Australie, et le Fonds mondial pour la nature (WWF) estiment que les êtres humains consomment en moyenne 21 grammes de microplastiques, soit l'équivalent d'un demi-bol de riz, chaque mois, et que cette quantité provient en grande partie de la nourriture et de l'eau.

Lutte contre les plastiques marins dans l'ANASE

L'une des régions les plus touchées par les débris plastiques est l'Asie du Sud-Est, où il a été signalé, au cours des premiers mois de la pandémie, que des masques et des gants en latex étaient régulièrement rejetés sur les plages.

En fait, si COVID-19 a aggravé la situation en matière de débris plastiques marins, le problème n'est pas nouveau dans la région.

Una botella de plástico se ve flotando en un mar Adriático de la isla Mljet, Croacia REUTERS/ANTONIO BRONIC
REUTERS/ANTONIO BRONIC-Une bouteille en plastique est vue flottant dans la mer Adriatique au large de l'île de Mljet, en Croatie.

Selon une étude réalisée en 2015 par l'experte américaine en matière de déchets et de recyclage Jenna Jambeck, six pays d'Asie du Sud-Est figuraient parmi les 20 premiers pays au monde en termes de mauvaise gestion des déchets.

L'Indonésie s'est classée deuxième, les Philippines troisième, le Vietnam quatrième, la Thaïlande sixième, la Malaisie huitième et le Myanmar dix-septième dans l'étude, qui estime que la pollution marine plastique combinée de ces pays atteint 1,4 million à 3,5 millions de tonnes par an, sur un total mondial de 8 millions à 12 millions de tonnes.

Dans une tentative intergouvernementale de remédier à la situation, les États membres de l'ANASE ont lancé, fin mai, un plan d'action régional pour lutter contre les déchets marins.

Trabajadores recogen la basura, incluidos los residuos plásticos, en el río Matías Hernández en Costa del Este, Ciudad de Panamá, el 23 de septiembre de 2019. AFP/LUIS ACOSTA
AFP/LUIS ACOSTA-Des travailleurs ramassent des ordures, notamment des déchets plastiques, dans la rivière Matias Hernandez à Costa del Este, à Panama, le 23 septembre 2019.

Le plan vise à réduire les apports de plastique dans le système, à améliorer les capacités de collecte, à minimiser les fuites et à créer de la valeur pour la réutilisation des déchets. Il comprend des lignes directrices pour que les pays éliminent progressivement les plastiques à usage unique, harmonisent les normes régionales sur le recyclage et l'emballage des plastiques, et renforcent la mesure et la surveillance régionales des déchets marins.

Étant donné la nature internationale des déchets marins (une quantité importante de plastique traverse les frontières nationales via les rivières ou les courants océaniques), ce développement intergouvernemental marque un tournant important pour les pays de l'ANASE en termes de lutte contre la pollution.

Il s'appuie également sur de nombreuses stratégies et initiatives nationales, telles que l'interdiction des plastiques non biodégradables en Malaisie, la taxe sur les déchets électroniques proposée par le gouvernement thaïlandais et les efforts déployés par l'Indonésie pour améliorer les techniques de recyclage des déchets et développer les bacs de collecte des déchets.

Voluntarios limpian la basura junto al mar en la isla de Tioman, Pahang, Malasia, el 13 de septiembre de 2020, PHOTO/ The Monkey Project vía REUTERS
PHOTO/ The Monkey Project vía REUTERS-Des bénévoles nettoient des déchets en bord de mer sur l'île de Tioman, Pahang, Malaisie, le 13 septembre 2020,
Stimuler l'économie bleue

Outre les facteurs liés à la santé humaine et marine, la réduction des débris plastiques dans les voies navigables peut également générer des avantages économiques tangibles pour les pays concernés.

Comme l'a expliqué OBG, ce que l'on appelle l'économie bleue, un terme large qui englobe des domaines allant de la pêche, de la gestion des déchets et du transport maritime au tourisme et aux énergies renouvelables, a une valeur sociale et économique considérable, certaines estimations suggérant que l'économie océanique mondiale vaut environ 1 500 milliards de dollars par an.

En fait, en décembre dernier, le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable, un groupe de 14 pays comprenant l'Australie, le Canada, le Chili, Fidji, le Ghana, l'Indonésie, la Jamaïque, le Japon, le Kenya, le Mexique, la Namibie, la Norvège, Palau et le Portugal, a lancé un nouveau programme d'action pour l'océan.

Dans le cadre de cet accord, tous les États membres ont accepté de gérer durablement 100 % de leurs eaux nationales d'ici 2025, dans le cadre d'un programme en 74 points destiné à améliorer la santé des océans et des voies navigables du monde.

Fuentes de microplásticos primarios en los océanos del mundo que incluyen desde el lavado de ropa sintética y la abrasión de los neumáticos de los vehículos de motor mientras se conduce. AFP/AFP
AFP/AFP-Les sources primaires de microplastiques dans les océans du monde entier comprennent tout, du lavage des vêtements synthétiques à l'abrasion des pneus des véhicules à moteur pendant la conduite.

Si le programme est respecté, le groupe d'experts affirme qu'il permettra aux océans du monde de produire six fois plus de nourriture et 40 fois plus d'énergie renouvelable que les niveaux actuels, ainsi que de sortir des millions de personnes de la pauvreté et de contribuer à un cinquième des réductions des émissions de gaz à effet de serre nécessaires pour rester dans les limites des objectifs de 1,5°C.

Le traitement des plastiques usagés offre également d'importantes possibilités économiques.

Une série d'études menées par la Banque mondiale en Malaisie, aux Philippines et en Thaïlande, publiées en mars, a révélé que plus de 75 % de la valeur matérielle des plastiques est perdue, soit l'équivalent de 6 milliards de dollars par an dans ces trois pays, lorsque les plastiques à usage unique sont jetés plutôt que récupérés et recyclés.

En termes d'exemples de recyclage et de réutilisation réussis, l'année dernière à Accra, au Ghana, les autorités locales ont distribué des masques faciaux produits par Trashy Bags, une organisation non gouvernementale qui recycle les bouteilles d'eau et les sachets de crème glacée.

En esta foto tomada el 13 de mayo de 2020, Gary Stokes, fundador del grupo medioambiental Oceans Asia, posa con unas mascarillas desechadas que encontró en una playa de la zona residencial de Discovery Bay, en la isla periférica de Lantau, en Hong Kong  AFP/ANTHONY WALLACE
AFP/ANTHONY WALLACE-Gary Stokes, fondateur du groupe environnemental Oceans Asia, pose avec des masques jetés qu'il a trouvés sur une plage du quartier résidentiel de Discovery Bay, sur l'île de Lantau, à Hong Kong.

Pendant ce temps, la société tanzanienne Zaidi Recyclers, qui traitait les déchets de papier avant la pandémie, a commencé à produire des protections faciales à partir de bouteilles en plastique recyclées, tandis que la société de conception thaïlandaise Qualy a transformé des filets de pêche inutilisés en protections faciales et en bouteilles de désinfectant COVID-19.

Parallèlement, une étude pionnière menée par des chercheurs de l'université d'Édimbourg a récemment réussi à utiliser des bactéries génétiquement modifiées pour transformer des bouteilles en plastique en arôme de vanille.

S'appuyant sur des recherches antérieures qui utilisaient des enzymes mutantes pour décomposer les matériaux utilisés dans les bouteilles de boissons en plastique en leur forme de base, l'acide téréphtalique (AT), les chercheurs ont utilisé des bactéries E-coli modifiées pour transformer l'AT en vanilline, un composant utilisé dans les industries alimentaire et cosmétique ainsi que dans les produits pharmaceutiques et de nettoyage.